Publicité

Par la rédaction

en baisse

Zinc

« Le zinc est l’une des commodités ayant le plus de probabilité de s’apprécier »


Comment expliquer la consolidation des prix du zinc en septembre ?

Ce recul est pour le moins relatif. C’est en effet un mouvement commun à l’ensemble des commodités. Leurs cours se sont dépréciées sous l’effet du renchérissement du dollar, la BCE ayant confirmé poursuivre une politique monétaire accommodante. Par ailleurs, si le métal gris s’échange actuellement à 2 307 dollars la tonne, il convient de rappeler qu’il a grimpé de 2 050 dollars à 2 400 dollars entre janvier et juillet. Pour la première fois depuis 2006, le marché du zinc est de fait devenu déficitaire de 60 000 tonnes en 2013. Ce déséquilibre de l’offre par rapport à la demande est néanmoins minime, au regard d’une production annuelle avoisinant les 13 millions de tonnes. En 2014 et en 2015, le déficit pourrait dépasser 200 000 tonnes.

Dans ce contexte, le recul du zinc va-t-il se confirmer ?

Les fondamentaux du marché du zinc militent plutôt pour une appréciation des cours. Des déficits sont attendus jusqu’en 2016. La fermeture d’importantes mines en Australie, en Pologne, en Irlande et au Canada vont en effet limiter l’offre. Et, même si de nouveaux sites doivent rentrer en production, les retards à la mise en production sont plus que fréquents sur ce type de projets. A l’opposé, malgré une conjoncture mondiale quelque peu fébrile, la demande de zinc demeure relativement ferme, en particulier en Chine. Le secteur automobile affiche un certain dynamisme et Pékin a annoncé d’importants programmes dans l’immobilier, avec la construction de logements sociaux.

Quels niveaux de cours anticipez-vous ?

Le prix du zinc devrait remonter à 2 400 et peut-être même 2 500 dollars la tonne à horizon de deux ans. Avec des coûts marginaux de production flirtant avec les 2 200 dollars la tonne dans les nouvelles mines, le métal gris devrait difficilement repasser en dessous de ce support. Un des géants miniers estime en tout cas que le zinc est l’une des commodités ayant le plus de probabilité de s’apprécier, compte tenu des déficits attendus de l’offre par rapport à la demande dans les prochaines années.


Portrait


Alexandre Carrier

Gérant du fonds « Fructifonds International Or » chez Natixis AM

> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play