Publicité
La Lettre des Achats - Juillet - Août 2019 N°284
Juillet - Août 2019

Tendances

Événements

Mirakl Summit 2019
Mirakl Connect pour dynamiser le collaboratif

Trophées des Achats
Des acheteurs créatifs sur le podium

SAP Ariba Live Barcelone : une plateforme de données de plus en plus large

SAP Ariba Live Barcelone : une plateforme de données de plus en plus large

Témoignages

James Lee - COO Ariba & Fieldglass
« Combiner nos organisations pour mieux servir nos clients »

Marc Rodriguez - Directeur des achats groupe - Swarovski
« La clé d'une implémentation réussie, c'est la conduite du changement »

Par Guillaume Trécan

SAP Ariba Live Barcelone : une plateforme de données de plus en plus large

L’éditeur SAP vient de présenter à ses clients son Intelligent Spend Group, issu du rapprochement en cours entre Ariba, Concur et Fieldglass, l’idée étant d’accroître sa capacité d’exploitation des données en les fusionnant. Mais pour augmenter la taille de son Data Lake, l’éditeur peut aussi compter sur une armée de partenaires technologiques.

Avec plus de 4 000 participants le SAP Ariba Live qui s’est tenu à Barcelone du 3 au 5 juin serait à ce jour, selon l’éditeur du groupe SAP, son événement le plus important organisé en Europe. Dans cette foule, ont été recensés près de 2 000 clients européens, au nombre desquels Ariba peut notamment compter de très grands donneurs d’ordres français tels que Total, Safran, Faurecia ou encore Engie (voir l’interview de Damien Térouanne), mais aussi près d’un millier de partenaires de l’éditeur, présents durant les trois jours de ce forum dans un vaste espace « marketplace ». Il faudra se contenter de ces chiffres puisque la firme SAP refuse toujours de donner la moindre précision sur le chiffre d’affaires d’Ariba.

Ariba, Concur et Fieldglass unis


Aussi réussi soit-il, peut-être cet événement sera-t-il le dernier où l’un des derniers à porter ce nom puisque, plus proches que jamais, Ariba, Concur et Fieldglass ont engagé un processus d’unification technologique et commerciale. « L’an dernier à cette époque SAP Ariba et Fiedlgalss étaient des amis proches, maintenant nous sommes une famille : Ariba, Concur et Fieldglass sont unis dans l’Intelligent Spend Group », a ainsi annoncé Tifenn Dano Kwan, la directrice marketing d’Ariba, qui exerce désormais ces fonctions pour Ariba et Fieldglass, comme la plupart des têtes de l’état-major de l’éditeur. Un état-major qui n’a pas ménagé son enthousiasme… peut-être pour dissiper le malaise laissé par la défection de Barry Padgett, directeur général d’Ariba qui a décidé de quitter le navire quelques semaines avant la grand-messe de Barcelone, d’une manière sans doute assez inattendue puisque son nom figurait encore au programme sur l’application dédiée à l’événement. Un départ remplacé au pied levé par l’ancien directeur général de Concur, Mike Eberhard, qui pour l’occasion a ajourné son départ en retraite.
Pour conduire son offensive de charme auprès de ses clients, la firme SAP n’a pas hésité à envoyer au front l’une de ses dirigeantes, en la personne de Jennifer Morgan, présidente de Cloud Business Group et membre du comex de SAP. Avant de donner son email à ses clients pour bien les convaincre de sa farouche volonté de répondre à leurs attentes, Jennifer Morgan a dressé la liste des priorités pour Ariba, Concur, Fieldglass : qualité et support ; expertise ; intégration (par exemple sur le cloud, l’intégration entre les données dépenses et contrats de Fieldglass et Ariba) ; et l’innovation. Les partenariats étant sur ce point un atout clef mis en avant par l’Intelligent Spend Group.

Une armée de partenaires technologiques


Barclay est un de ces partenaires qui a créé l’événement en officialisant à Barcelone un accord avec SAP Ariba… comme il l’avait déjà fait quelques mois plutôt avec Coupa à Londres (voir la LDA n°277). Cette fois encore, il s’agit d’intégrer directement dans Ariba des solutions de paiement avec du Supply chain Financing, du Dynamic Discounting et des cartes virtuelles, ainsi que de l’analyse de données pour optimiser ses délais de paiement.
Autre star parmi les partenaires d’Ariba, IBM Watson, avec lequel il poursuit l’objectif de travailler sur des données non structurées pour les utiliser de manière proactive et aider les acheteurs à orienter les stratégies achats à bon escient. IBM Watson travaille ainsi avec les utilisateurs d’Ariba pour développer des cas d’usages en fonction de leurs besoins en mode Design Thniking sur de l’iOT, le RPA, etc.
Autre partenaire à tenir un stand dans la marketplace de Barcelone, Thomson Reuters Onesource qui associe à l’outil e-achat des informations sur les évolutions fiscales dans les réglementations de tous les pays. Intégré à l’outil Ariba, il permet de calculer en temps réel les taux qui s’appliquent lorsqu’une demande d’achats est envoyée dans l’outil. Une première interface a été codéveloppée avec Ariba et une seconde version est imminente.
Dans un tout autre domaine, le partenariat conclu dernièrement avec le spécialiste du Process Mining, Celonis, en appliquant l’analyse des données aux comportements d’utilisateurs, permet d’estimer les étapes du process où se manifestent le plus de déviations et les pertes d’efficacité, étape par étape, fournisseur par fournisseur, produit par produit…
Pour d’autres fonctionnalités, la stratégie d’extension de la couverture technologique de SAP est passée par des acquisitions, comme par exemple celle de Qualtrics, en novembre 2018, expert en expérience utilisateur qui, intégré dans l’outil, permet d’enquêter sur le ressenti des utilisateurs et qui a la capacité d’analyser ses remontées pour faire progresser l’outil.

La conduite du changement en tête des préoccupations


Si cette profondeur fonctionnelle est un élément d’attractivité pour les grands groupes clients de l’éditeur, la complexité des projets engagés par ces derniers met également une grosse pression sur l’accompagnement de la conduite du changement. C’est notamment le cas chez Ford, où le déploiement d’Ariba sur quelque 25 milliards de dollars d’achats d’indirects et 80 milliards de dollars d’achats directs devrait prendre entre trois et quatre ans. Lancé en novembre 2017, avec le directeur des opérations du groupe, Greg Hamel et les directeurs achats indirects de toutes les régions, ce projet consiste à déployer une suite Source do pay pour tous les achats et Procure to pay pour les indirects. Conduit par la directrice Global Purchasing Business Transformation, Lisa Smith Gonzalez, il mobilise quarante personnes dédiées en interne, accompagnées par les consultants d’E&Y. Il vise par exemple à passer de 25 000 chaînes d’approbation de demande clients à 14 automatisées à l’échelle mondiale.
Lancé après la création d’une organisation global business service unissant les différentes branches métier du groupe, le projet e-achat de Faurecia s’accompagne également d’un travail en profondeur de standardisation des process. Il correspond aussi à la nécessité de bénéficier de meilleures données pour accompagner la perspective de faire monter le chiffre d’affaires du groupe à 30 milliards d’euros en 2030. La transformation qu’implique le déploiement d’Ariba doit durer jusqu’en 2020. Elle concerne 35 000 fournisseurs pour 3,5 millions d’appels d’offres par an et 8 000 prescripteurs susceptibles d’utiliser l’outil. Pour les accompagner, la direction des achats a mis en œuvre des formations et a créé une Purchasing Support Plateform dotée de trois sites, en Europe, en Amérique du Nord et en Inde. Le conseil du directeur de l’excellence achats, Charles-Edouard Vasse : « donnez du fil à retordre aux personnes de l’avant-vente d’Ariba. Poussez vos partenaires dans leurs limites. Ne prenez pas pour argent comptant ce qu’ils vous disent au départ. Il s’agit d’une solution complexe. » Les bons clients font les bons outils.

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play