Publicité

Par la rédaction

PME : elles achètent comme les grandes

Les pratiques achats des pme ont beau plonger leurs racines dans l’approvisionnement, elles n’y restent pas fatalement cantonnées, a fortiori dans l’industrie. Ces petites et moyennes entreprises savent recruter des directeurs achats issus de viviers reconnus, tels que l’automobile ou – dans un autre registre – la distribution. Libérés des méandres d’une hiérarchie complexe, leurs managers achats évoluent au côté d’équipes dirigeantes plus resserrées, qui décident plus vite. Lorsqu’ils savent établir un dialogue en tête à tête avec leur chef d’entreprise, ils font aussi l’économie d’un savant mécanisme de calcul de leur performance chiffrée, construit avec la direction financière. Dans cette logique de pragmatisme propre aux PME, le directeur achats qui aura fourni à son patron la preuve de son efficacité rencontrera peu de chasses gardées. D’ailleurs, pourquoi les opérationnels se priveraient-ils d’impliquer le directeur achats en amont de leur projet, dans un environnement où les ressources sont calculées au plus près et toutes les bonnes volontés requises ? Ces directions achats de PMI sont d’autant plus impliquées dans la création de valeur que leur levier de volumes est bien souvent limité. Les regroupements apparaissent comme une solution au manque de moyens des entreprises de taille modeste, lorsqu’elles doivent faire face aux demandes croissantes de leurs donneurs d’ordres. C’est vrai pour améliorer la performance de leurs achats, mais pas seulement : sécuriser ses sources, financer une qualification, une montée en qualité, prospecter de nouveaux marchés... les raisons de se rapprocher de leurs pairs sont légion pour les PME et bon nombre d’organismes de développement territorial sont là pour les y aider.

Au sommaire de ce dossier :

Témoignages

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play