Publicité

Par la rédaction

en hausse

Pétrole

La baisse des stocks de l’OCDE et une double prime de risque politique et spéculative poussent le pétrole à la hausse ; la prime de « guerre » oscille entre 3 et 6 dollars par baril. Les fondamentaux du marché militent en faveur d’un pétrole à 25 dollars au troisième trimestre, ce qui n’exclut pas des pointes à 30 dollars en fonction des aléas politiques. Ce prix moyen convient tout à fait à l’Arabie Saoudite et devrait l’inciter à ne pas augmenter les quotas de production lors de la prochaine réunion de l’Opep en juin.
Le niveau des stocks de l’OCDE s’établissait à 56,9 jours de demande au premier trimestre, selon les données publiées par l’Agence internationale de l’énergie (IEA). La conjonction du rebond de la croissance mondiale et d’une offre toujours limitée par les quotas décidés par l’Opep à la fin 2001, va progressivement faire diminuer les stocks. Sur la base des projections de l’IEA, ils pourraient descendre à 55,2 jours de demande au deuxième trimestre, puis à moins de 54 jours au troisième et jusqu’à 52 jours ensuite. Dans ce scénario, le prix fondamental du brent sera sous pression tout au long de l’année, passant d’un niveau fondamental de 20-22 dollars au premier semestre, à 24-26 dollars en fin d’année.
Deuxième exportateur mondial de pétrole après l'Arabie Saoudite, la Russie ne limitera plus sa production après la fin du deuxième trimestre, a déclaré le ministre russe des Finances dans un discours devant le conseil russo-américain. La Russie a exporté 2,65 millions de barils par jour au premier trimestre, comparés à 2,54 millions au quatrième trimestre 2001.



> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°298 - Novembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play