Publicité

Par la rédaction

en stagnation

Pétrole

Le FMI s'attend à ce que le prix du baril de pétrole s'établisse à 23 dollars en moyenne cette année puis à 22 dollars l'an prochain. Le dernier rapport de l’AIE estime que le marché est suffisamment approvisionné, malgré une légère croissance de la demande mondiale. En mai, la production de l’Opep a été supérieure de 1,4 million de barils par jour au plafond théorique imposé. Cet écart provient pour près de 50 % de deux pays : Venezuela et Irak.
Alors que les pays de l'Opep tiendront leur conférence ministérielle le 26 juin et devraient, à cette occasion, reconduire leur politique de limitation de la production pour soutenir les cours, la Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole, a annoncé qu’elle ne s'alignerait plus sur les limitations de production de l'Opep à compter du 1er juillet. Elle estime que la hausse des prix du brut ne nécessite plus sa coopération. Ses exportations de-vraient alors retrouver leurs niveaux antérieurs à ceux qui prévalaient avant l'arrangement avec l'Opep. Aucune prévision officielle sur les exportations de la Russie n’a été communiquée, mais il est certain que sa production pétrolière est en forte croissance pour la troisième année consécutive alors que la consommation intérieure augmente à peine.
Si la position de l’Opep concernant le troisième trimestre paraît être sans ambiguïté, aucune projection n’est encore faite en ce qui concerne le quatrième trimestre. Pour mémoire, l’Opep avait convenu en mars de s'en tenir à son plafond théorique de production de 2,17 millions de barils par jour au moins jusqu'en juin pour rétablir les cours.

> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°295 - Juillet - Août 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play