Publicité

Par la rédaction

en baisse

Or

« Il n’est pas illusoire de parier sur une envolée de l’once »

Comment expliquer le recul de l’or ?

L’or a renoué avec ses plus bas depuis ses sommets historiques de novembre 2011. L’once s’échange actuellement à 1 228 dollars contre plus de 1 900 dollars à ses plus hauts. Pour expliquer cette baisse pas besoin de se tourner vers les fondamentaux du précieux métal. Depuis la crise financière et la faillite de Lehman Brothers en 2008, l’évolution de l’or est drivée par les injections massives de liquidités des banques centrales. Les inquiétudes sur la pérennité de l’Euro… s’étant estompées, les instruments financiers indexés sur l’or, tels que les ETF, sont vendus, ce qui fait reculer les cours de leur sous-jacent : l’or !

Malgré tout, quid des fondamentaux du marché physique de l’or ?

La moitié des gisements d’or en production perd de l’argent. Si l’once tombe à 1 000 dollars, les fermetures de mines vont se multiplier. Preuve de la sinistrose du milieu aurifère, Barrick Gold a mis en sommeil son projet géant de Pascua-Lama, au Chili, pourtant annoncé comme très rentable, après y avoir investi 1 milliard de dollars. Mais avec la crise des pays émergents, la demande d’or a décliné en particulier en Inde. Au final, la demande d’or des bijoutiers et des industriels… est actuellement anecdotique dans la fixation des prix. Pour preuve, l’équivalent d’une année de production tourne plus d’une fois par mois sur les marchés financiers.

Les prix de l’or vont-ils continuer à se replier ?

A court et moyen terme, l’or pourrait renouer avec les 1 000 dollars l’once. Les prix du métal jaune ne semblent pas trouver de soutien. Mais, les niveaux actuels me paraissent anormaux. De fait, si les marchés financiers ne s’inquiètent plus des niveaux des dettes publiques, rien n’a été résolu. Dans la Zone euro, le ratio de dette/PIB s’est même envolé à 100 %, tout comme aux Etats-Unis, et le Japon culmine à plus de 200 %. En résumé, les dangers ont grandi. Il n’est donc pas illusoire de parier sur une envolée de l’once d’or à 3 000 ou 4 000 dollars, voire plus. En revanche, il est impossible de prévoir à quel horizon. Tout dépendra de quand se dissipera l’écran de fumée des injections de liquidités !


Portrait


Francis Berthelin

Gérant du fonds Prestige Or chez La Financière Desselligny

> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play