Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2020 N°289
Janvier 2020

Éditorial

Méthode NIMBLE

Par François-Charles Rebeix

Méthode NIMBLE

Peu bavard (hélas) du temps où il était le patron des achats du groupe Bic, Christian Jouan, qui enseigne désormais à l’Essec et à Centrale Supélec n’a pas lâché le stylo pour autant !

À l’occasion du Gala des Achats qui clôture traditionnellement l’année Achats, il a produit une petite profession de foi dans le programme de la soirée (8e édition cette année). Celle-ci avait pour thème « comment disrupter la relation client-fournisseur ? Réponse : en créant un modèle d’organisations achats plus « Nimble » (agile). NIMBLE ou un nouvel acronyme : N pour New business model, I pour Innovative, M pour Monitor the risks, B pour Balanced Relationships, L pour Lean Management, E pour Environnemental Oriented.
Difficile de dire si cette définition aura un avenir mais reconnaissons-lui déjà une qualité : elle a marqué les esprits le temps d’une soirée qui a vu des échanges audacieux ! Florilège des propos entendus : il faut réinventer les achats, stimuler l’innovation, construire de nouveaux modèles économiques (entre acheteurs et fournisseurs), pour des relations épanouies et fécondes, etc. Et pour couronner le tout, cette assertion qui sonne comme un avertissement : disrupter ne signifie pas détruire !
L’ADRA’UP se déroulait le lendemain du Gala. C’est une habitude de calendrier. Rien de plus. Mais la 5e édition de cet événement qui fait intervenir chaque année un lot de startups poussées par leurs parrains ou marraines Achats (Mood Work, Laou, Biliplan, Safecube, Twic Pics, InsideBoard, Batvoice, Content Square) n’avait rien de la journée sourcing mondaine. Les « jeunes » impétrants « pitchaient » bien dans l’espoir d’arracher, non pas des bouts d’essai ou d’éternels POC (Proof of concept) non rémunérés, mais l’entrée dans de nouveaux panels fournisseurs. Seront-ils entendus ? Les entreprises présentes sauront-elles les faire « matcher » avec des besoins (déjà identifiés ou à venir) dans leurs rangs ? Nous ne manquerons pas de le vérifier ! Déjà pour les amateurs de petite histoire, reprenez l’ADRA’UP 2018 (LDA 278 – janvier 2019) et vous verrez dans les pages qui suivent une (petite) entreprise qui fait son chemin depuis (voir l’enquête Support, La lumière au bout des datas)… Ce sera le quizz de la rentrée ! Notre constat tout de même : les Achats sont au bon endroit dans l’entreprise pour traiter d’innovation et guider les startups vers le succès, reste à accepter d’adopter un peu de leur culture… Encore trop peu d’entreprises ont de véritables démarches adaptées à nos futures pépites ! Puissent les principes évoqués plus haut les y inciter.
Dans le même temps, les Achats s’organisent aussi pour gagner sinon en innovation permanente au moins en productivité ! C’est la mission que de plus en plus d’entreprises assignent à leurs centres de services partagés (voir l’enquête Management, Centraliser pour gagner en efficacité). L’enjeu ? Se dégager de tâches essentielles mais chronophages et investir ce gain de temps dans… l’innovation. Celle-ci n’est d’ailleurs pas absente des initiatives prises. Les CSP ne sont pas seulement l’occasion de déployer des plateformes technologiques. Ils peuvent aussi intervenir sur des marchés de plus en plus pointus. À lire, c’est déjà disruptif ! Et pour la tradition : très bonne nouvelle année !

Par François-Charles Rebeix

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°295 - Juillet - Août 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play