Publicité

Par la rédaction

Informatique

Les DSI revoient leur approche « make or buy »

Selon une étude de Capgemini Consulting, les DSI européens réduisent toujours leurs dépenses. Le recours à l'offshore s'accroît nettement, avec certaines réticences en France.

L’enquête menée à l’automne 2005 auprès de 161 DSI de douze pays européens, révèle la pression sur les coûts que subit la fonction informatique : 36 % des DSI doivent réviser leur budget à la baisse, bien que deux entreprises sondées sur trois réalisent une performance économique positive. La priorité des DSI est donc au retour sur investissement, pour 52 % d’entre eux.
Premier axe de travail, clarifier le positionnement de la fonction et optimiser son mode de travail. Ce qui se traduit par le déplacement de l’activité vers l’amont (stratégie, conception, réalisation, tests) au détriment de l’exécution (maintenance, production, support). Second axe, repenser l’approche « make or buy ». 65 % des entreprises européennes et 89 % en France prévoient ainsi de changer de modèle. Et les DSI recourent davantage à la délocalisation en offshore ou en « modèle distribué », c’est-à-dire en sous-traitance auprès d’un fournisseur local utilisant des ressources en offshore. La part de ces deux modes de sous-traitance devrait passer de 6 % à 13 % d’ici deux ans. Notons que le budget informatique des DSI sondés s’établit en moyenne à 135 millions d’euros, soit 5 % du chiffre d’affaires. Le mouvement vers l’offshore devrait se poursuivre puisque 39 % des entreprises européennes l’envisagent. La France semble en retrait sur ce point : plus de 60 % des entreprises hexagonales se disent réticentes.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play