Publicité
La Lettre des Achats - Octobre 2020 N°297
Octobre 2020

Marchés

Etude

Brapi
Les acheteurs n’ont plus peur des freelances

Par Guillaume Trécan

Brapi

Les acheteurs n’ont plus peur des freelances

La huitième étude annuelle de Brapi (Benchmark des responsables achats de prestations intellectuelles) se penche en détail sur les plateformes d’intermédiation, avec un référencement détaillé du marché et met en lumière l’ouverture de plus en plus grande des pratiques achats à ces nouveaux acteurs qui fédèrent les indépendants.

Chaque année, Brapi (benchmark des responsables achats de prestations intellectuelles) passe au crible les grandes tendances du marché des prestations intellectuelles à travers une enquête statistique et un tableau des TJM du marché de l’informatique. A ces deux classiques, le fondateur de Brapi, François Tourette, a ajouté cette année un précieux référencement des plateformes d’intermédiation.
Ce sont pas moins de 45 plateformes d’intermédiation qui sont référencées et passées au crible, avec pour chacune une fiche de présentation sur une double-page, détaillant son offre, son activité, son histoire et son mode de rémunération. On y retrouve des leaders du marché tels que Malt et des acteurs de niche. Parmi ces derniers, les spécialistes des acheteurs indépendants, Twineeds ; les spécialistes de la création graphique Creads (soutenu par le fond d’investissement HI Innov qui vient d’investir 3,2 millions d’euros dans l’éditeur Per Angusta), ou encore Yogosha, qui fédère une communauté de 300 hackers internationaux mobilisés pour tester les limites de la sécurité des sites web de ses clients.

Un marché de 850 M d’€ de chiffre d’affaires


François Tourette a pu observer de longue date la constante progression de ce marché, dont il estime à partir des informations recueillies auprès des acteurs eux-mêmes, le chiffre d’affaires prévisionnel 2020 à 850 millions d’euros, contre 570 millions d’euros en 2019 et 390 millions d’euros en 2018. « Il y a encore quatre ans, les ESN détenaient plus de 90 % du marché de la prestation intellectuelle pour ce qui concerne les besoins des grands groupes dans le domaine de l’IT », rappelle le fondateur de Brapi, qui a vu la donne radicalement changer. « Les sachants ne sont plus uniquement dans les ESN, ils sont aussi indépendants avec un statut de société ou en portage salarial », remarque-t-il.
Un marché également en constante recomposition, avec des acteurs qui pivotent et d’autres qui disparaissent, tout aussi rapidement, comme par exemple la plateforme Yoss, fondée par le groupe Adecco en 2017 et fermée en 2019.
Et les acheteurs ont d’ailleurs commencé à s’adapter à cette nouvelle donne, puisque, sur le panel de plus de 70 services achats de prestations intellectuelles interrogés dans cette enquête, 38 % ont référencé au moins une plateforme d’intermédiation, contre 16 % en 2019 et seuls 8 % n’ont pas de référencement programmé à court ou moyen terme, contre 31 % l’an dernier.
Il faut dire que la nécessité d’ouvrir les référencements à une plus grande diversité d’acteurs s’impose face aux fort taux d’échec des appels d’offres. Ainsi, 71 % des personnes interrogées dans l’enquête Brapi reconnaissent un taux d’infructuosité de plus de 20 % de leurs appels d’offres et pour 37 % ce taux dépasse même les 30 %. A leur décharge, il est parfois difficile de bien cerner des besoins qui sont eux-mêmes en perpétuelle évolution. « Un grand nombre de métiers émerge encore actuellement dans les domaines IT, digital, marketing ou communication. On les retrouve principalement au sein des plateformes », remarque François Tourette.
Pour pallier la défaillance de leur sourcing, 78 % des responsables achats de prestations intellectuelles travaillent avec des référencements ouverts. Ils le font en adoptant un « référencement de second rang » ouvert à des acteurs de même nature que ceux du référencement principal dans 46 % des cas, en référençant en complément de ces acteurs des plateformes d’intermédiation dans 32 % des cas (deux fois plus que l’an dernier) et en référençant un mélange d’acteurs matures et de plateformes d’intermédiation dans 22 % des cas.

Le portage salarial en pleine croissance


Autre nouvelle forme de travail pour les experts en prestations intellectuelles, le portage salarial voit également son chiffre d’affaires croître rapidement, avec une estimation de 1,160 milliard d’euros de revenus cumulés en 2019. La connaissance par les acheteurs de ces acteurs a légèrement progressé. L’enquête Brapi classe le niveau de connaissance des acheteurs de 1 à 5 et (de 1 méconnaissance à 5 connaissance parfaite) et les propositions 1 et 2 sont passées de 36 % en 2016 à 16 % aujourd’hui.
François Tourette note encore des marges de progrès dans la relation aux indépendants. « Les acheteurs doivent adapter leurs contrats à la montée en puissance des indépendants avec différents statuts. On n’adresse pas le même type de contrat à une grande ESN et à un indépendant », rappelle-t-il. Autre domaine dans lequel on peut espérer des avancées, celui du recours au secteur du travail protégé et adapté (STPA). Seuls 17 % des responsables achats de prestations intellectuelles interrogés déclarent avoir recours en direct à des entreprises adaptées, 35 % n’y ont recours qu’en co-traitance et 48 % n’y ont tout simplement pas recours.
Côté TJM, l’enquête Brapi 2020 liste 39 profils informatiques et 11 profils digitaux en indiquant à chaque fois un prix moyen, un prix minimum, un prix maximum et l’évolution par rapport à 2019. Avant la  crise du Covid, la hausse des prix sur un an se situait entre 2 % et 4 %. . Ce constat fera peut-être l’objet de réajustements mais certaines des fonctions ont indéniablement le vent en poupe : en particulier celles de spécialistes des données, ou encore d’experts cybersécurité qui semblent particulièrement recherchées.




Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play