Publicité
La Lettre des Achats - Septembre 2003 N°109
Septembre 2003

Tendances

Par la rédaction

Les secteurs qui recrutent

Le public prend la main

EDF, la SNCF, les ministères ou les collectivités locales se sont mises au recrutement pour muscler leurs achats. À La Poste par exemple, un recrutement important se prépare pour 2004, avec des candidats recherchés autant dans l’entreprise qu’à l’extérieur. Ils devraient pourvoir des postes au siège et sur l’ensemble du territoire. La Poste réorganisant son service achats, les profils devraient être connus avant la fin de l’année. « Ces entreprises et ces administrations demandent des gens qualifiés et sont prêtes à y mettre le prix », constate Gordon Crichton. Le public ou le semi-public change de culture : les acheteurs commencent à y être perçus comme des professionnels et plus seulement comme du personnel purement administratif. Auparavant, les acheteurs étaient davantage des approvisionneurs qui devaient trouver des fournisseurs et s’occuper du suivi des achats, sans réelle stratégie. Cependant, toutes ne sont pas encore prêtes à recruter, et parfois la création d’un service achats peut se faire sur un mode différent, comme c’est le cas chez France Télévision : le service se présente davantage comme un bureau de coordination des achats. Le groupe a en effet décidé d’utiliser les ressources internes pour effectuer les achats, le nouveau directeur ayant un rôle de pilote. De même, à la Cité des Sciences, le nouveau service achats devrait être investi par des acheteurs recrutés en interne.

Former en interne

Ce type de réorganisation peut s’accompagner d’une formation du personnel aux achats. Dans les formations continues proposées par les écoles, les employés de ces structures semi-publiques apprennent à revenir sur leur façon de travailler : habitués à une certaine discipline, ils doivent se remettre en cause et savoir qu’en tant qu’acheteurs, ils ont une liberté de parole et peuvent exprimer leurs points de vue sans hésitation. « Pour nous formateurs, il faut également revoir le contenu de nos enseignements. C’est un challenge de former aux achats des employés de Giat. Il faut prendre en compte la dimension politique et étatique des achats de cette entreprise d’armement et enseigner le Code des marchés publics », explique Natacha Tréhan. Outre les formations continues, la responsable de la formation initiale de l’ESA mise sur la volonté de ces entreprises semi-publiques d’embaucher de jeunes gens pour dynamiser leurs équipes « et apporter du sang neuf ».
D’autres groupes surprennent par leur intérêt pour les achats, comme les firmes agroalimentaires, pharmaceutiques ou de cosmétiques. Elles recrutent et n’hésitent pas à y mettre le prix. « Cette nouvelle tendance nous a demandé de revoir le profils des étudiants que nous recrutons : il nous a fallu aller démarcher dans les universités pour trouver des personnes avec des cursus de chimie. Les achats restent en effet un domaine méconnu par les étudiants », explique Gordon Crichton. De nombreux postes sont également à pourvoir à l’international, comme le souligne le directeur du MAI dont l’école a passé de nombreux partenariats avec des entreprises étrangères. « Par exemple, si j’avais des personnes bilingues en espagnol ou en italien, je les prendrais tout de suite dans mon établissement : il y a de superbes opportunités dans les pays méditerranéens. D’ailleurs, l’espagnol est obligatoire depuis deux ans au MAI ». Les profils de type international sont en fait très recherchés et le haut niveau des salaires proposés à ces acheteurs « multinationaux » le prouve.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°293 - Mai 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play