Publicité
La Lettre des Achats - Septembre 2019 N°285
Septembre 2019

Secteur Public

Reportage

Île-de-France
La plateforme Maximilien fait peau neuve

Par Guillaume Trécan

Île-de-France

La plateforme Maximilien fait peau neuve

Le GIP Maximilien créateur du portail dématérialisé des marchés publics en Île de France, vient de développer une nouvelle version de son portail, assortie de plusieurs modules complémentaires.

Représentant un investissement de 600 000 euros, ce marché a été confié à la société Worldline pour une durée de six ans comprenant la maintenance et les éventuelles montées en version. Worldline est déjà créateur et hébergeurs de la plateforme des marchés publics bourguignons (e-Bourgogne) et bretons (Megalys), ainsi que de plateformes de gestion de données sensibles comme par exemple celle des personnes placées sous bracelet électronique.
Créé en 2012, le portail Maximilien comprenait initialement deux outils : un « profil acheteur », sur lequel publier les marchés et Actes, un outil de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. En 2016 se sont ajoutés Rédac, un outil d’aide à la rédaction des pièces juridiques ; MPS (marchés publics simplifiés), un dispositif permettant à une entreprise de répondre à un marché public avec son seul numéro SIRET ; ainsi qu’une bourse à la co et sous-traitance.
Parmi les nouveaux modules disponibles désormais, on trouve un outil d’exécution administrative des marchés et des contrats (suivi du contrat dématérialisé jusqu’à la fin de son exécution) ; un parapheur électronique (actes d’engagement, flux financiers, avenants, bons de commande…) qui tient également lieu d’outil de workflow ; le « porte-documents de l’élu » équipé d’un orchestrateur de flux et de données de différentes applications. Le portail de l’acheteur inclut dans l’outil a également été enrichi.

Des API pour un enrichissement de la donnée


L’enrichissement de la plateforme Maximilien passe aussi par le développement d’un grand nombre d’API, avec des outils de gestion financière ; des logiciels d’archivage électronique ; des SI achats… Des API ont été créées avec d’autres plateformes de marchés publics, comme celle mise en place avec le Medef pour les JO 2024.
Côté e-sourcing, Maximilien est également reliée à la base de l’ensemble des documents DCE publiés par les clients du logiciel Atexo (40 000 à 60 000 DCE de moins de deux ans) et à la base de sourcing du groupe Infoprodigital (140 000 entreprises), avec lequel le GIP Maximilien a signé une convention. Maximilien est également relié à E-attestation.
Depuis sa création, le GIP s’est largement développé, avec aujourd’hui 305 adhérents, bien au-delà donc des onze membres fondateurs. Plusieurs adhérents ont désormais rejoint le GIP : de très petites structures comme des lycées jusque de beaucoup plus importantes telles que le Cojo (Comité d’organisation des Jeux Olympiques).
Maximilien, qui emploie neuf agents à temps plein, traite à ce jour 8 000 consultations par an, pour 11 milliards d’euros de commandes publiques passées par la plateforme par an. Sur la seule première semaine de mise en route de sa nouvelle plateforme pas moins de 300 marchés ont été publiés. « D’où la nécessite d’industrialiser notre outil », le directeur de la plateforme, Daniel Coissard.

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play