Publicité

Par la rédaction

en hausse

Gaz

Le prix du gaz naturel en Europe va-t-il s’envoler dans le sillage des tensions entre la Russie et l’Ukraine ?

Le risque d’assister à une flambée des prix du gaz est extrêmement faible. Le calendrier n’est pas favorable à la Russie. Nous sommes à la sortie de l’hiver et les températures sont particulièrement douces. La demande est par conséquent contenue. De plus, l’Europe est alimentée en gaz russe via trois pipelines. Or, les infrastructures traversant l’Ukraine ne transportent que 5 % de l’offre russe destinée à l’Europe. Il serait facile de compenser cette perte en se tournant vers l’Afrique du nord. Sans compter que Gazprom a vendu pour 63 milliards de dollars de gaz à l’Europe en 2013. Arrêter les livraisons équivaudrait à se tirer une balle dans le pied !

A quelle évolution s’attendre dès lors en matière de prix du gaz ?

Les prix du gaz devraient peu bouger en France et en Europe dans les prochains mois. Ils vont se maintenir autour des 10 dollars par million de BTU. En dehors du Royaume-Uni et de la Norvège, où les prix sont spot, le marché reste en effet régi par des contrats à long terme, d’une durée de 30 à 40 ans, indexés sur les prix du pétrole. Les ajustements de prix prévus par ces contrats tous les trois à neuf mois font toutefois qu’une certaine convergence est observée avec les prix spot, ce qui actuellement tend à enrayer toute hausse marquée des prix du gaz.

Annoncée depuis plusieurs années, la révolution du gaz de schiste peut-elle bouleverser ces équilibres ?
 
Tout dépendra en réalité de la volonté ou non des Etats-Unis d’exporter leur gaz de schiste. Mais entre le moment où ils prendront cette décision et un passage à l’acte, il faudra attendre cinq à sept ans. A l’heure actuelle, les Etats-Unis n’ont en effet qu’un seul terminal d’exportation. Pour inonder la planète, il faudra en construire d’autres. Cela ferait à n’en pas douter baisser le prix du GNL en Asie et en Europe. En Asie, il pourrait reculer entre 14 et 16 dollars contre 16 à 18 dollars actuellement. Et en Europe, le prix du gaz naturel pourrait refluer à 8 dollars.


Portrait


Sandrine Cauvin

Gérante du fonds Turgot Pure Energy chez Turgot AM

> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play