Publicité

Par la rédaction

K-Buy

Dix ans d'externalisation des achats

Axé sur la réduction des coûts lors sa création, K-Buy a depuis évolué pour se concentrer notamment sur l'offre d'externalisation des services achats de ses clients.

K-Buy a fêté ses dix ans le 8 mars dernier à l’occasion d’une soirée au Musée des Arts et Métiers à Paris. L’occasion pour ses deux fondateurs, Flavien Kulawik et Jean-Marc Lebreton, de faire le point sur leur activité. K-Buy organise maintenant son offre selon trois grands axes : les « partnerships achats », le management de services achats et le « staffing » de projets achats. L’entreprise, qui a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros, rassemble désormais un effectif de 160 personnes dont 120 France. Elle est aussi présente en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Canada et à l’Île Maurice avec un centre opérationnel. Pour ses clients, K-Buy couvre un total de 2 milliards d’euros d’achats, pour les segments liés au hors production voire à des achats de catégorie B. À noter que le nom commercial K-Supply a été abandonné.
Sous le terme de partnership achats, K-Buy cible des entreprises qui gèrent 5 à 100 millions d’euros d’achats et qui souffrent de sous-effectifs pour optimiser leurs dépenses. « Nous leur proposons un investissement en ressources pour générer des économies. Nous partageons le risque avec elles », explique Flavien Kulawik. Sur un cycle minimum de trois ans, l’objectif est de garantir un ROI sur la fonction achats et de dégager 8 % à 10 % d’économies.
Une démarche qui concerne les directions des achats mais aussi les directions générales, directement impliquées dans le choix du prestataire.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play