Publicité

Par Véronique Pierron

Marc Jakubowski - Directeur des achats international - Bouygues Construction

« Un cas d’école de Best Practices »

Après avoir mené un travail de montée en compétences sur l’innovation d’un premier groupe d’une dizaine de PME, Bouygues Construction met un deuxième groupe de fournisseurs sur les rangs en septembre.

Vous avez été initiateur dans les grands groupes, de l’initiative grappe de PME du cluster Peak qui expérimente de nouvelles collaborations entre achats et fournisseurs…

En effet mais nous avions déjà développé au sein du groupe des 450 acheteurs de Bouygues, un programme innovation international pour favoriser sa détection chez nos fournisseurs. L’innovation a toujours été pour les acheteurs, un vecteur de sélection complémentaire. Le programme Peak était plus que pertinent car plus de 70 % de nos fournisseurs sont des PME. Nous sommes persuadés que des pépites se cachent dans ces sociétés et qu’elles ne sont pas exploitées. Nous avons décidé de pousser ces PME en compétence grâce au programme du cluster qui a la vertu d’être régional car notre volonté était de commencer modestement et de le propager à terme, sur l’ensemble du territoire français.
Nous avons travaillé avec la R&D pour choisir des familles de produits dans des activités comme l’énergie, la fibre optique, la mécanique et l’isolation. Nous avons ensuite sélectionné dix PME dans ces activités pour les pousser à mieux maîtriser l’innovation en les faisant participer aux trois modules de formation de Peak : la stratégie de l’innovation, le marketing de l’innovation et le management de l’innovation.

Pourquoi s’impliquer autant en tant qu’acheteur ?

Nous avons un panel de 50 000 fournisseurs dont 10 000 tournent de façon récurrente. Toutefois, nous avons avec eux, une relation très cyclique. Nous nous sommes rendu compte que les PME n’ont pour la plupart, pas de service innovation et ne savent pas les marketer. De plus, elles craignent le contact avec les grands groupes et ont peur qu’ils ne s’accaparent leurs innovations. Nous ne sommes absolument pas dans cet état d’esprit car notre volonté est de les faire monter en compétence pour développer nos relations commerciales.

Cette première grappe de PME a-t-elle été probante ?

Oui car même si le résultat est microscopique par rapport au nombre de nos fournisseurs, c’est vraiment un cas d’école de best pratices. Ainsi, une société comme Tetradix recrutée pour le programme car elle faisait de la reconnaissance faciale, a développé grâce à cette nouvelle relation, des innovations en matière de fibre optique. Nous voulons dépasser l’image de l’acheteur qui entretient avec son fournisseur une relation de catalogue où les prix se négocient une fois par an pour développer des relations pérennes et construire un véritable partenariat. Ainsi, lorsque le premier programme grappe PME s’est achevé, un de nos acheteurs a eu pour mission d’accompagner pendant 6 mois les PME sélectionnées pour leur faire connaître et comprendre le groupe.

Pour la suite ?

Nous avons décidé de relancer une seconde vague de grappe de PME dont le programme démarrera en septembre. De plus, nous avons lancé avec la CCI de Lyon, une étude pour voir s’il était possible d’étendre ce programme à d’autres régions et d’autres CCI car pour l’instant ce programme n’existe qu’en Rhône Alpes. Ce type d’initiatives fait basculer l’acheteur dans une nouvelle perspective d’acheteur 4.0 car nous travaillons déjà en mode projet et dans cet esprit collaboratif avec le fournisseur.

Par Véronique Pierron

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play