Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2014 N°223
Janvier 2014

Support

Enquête

Retour sur investissement

La rentabilité des projets en équation

Un ROI finement estimé et des gains vérifiés chaque mois

Témoignages

Jean-Luc Prache - Directeur des achats groupe -Transdev
« Par sa complexité, notre calcul du ROI est resté partiel »

Charles-Henri Vollet - Directeur des achats et DSI groupe - Mersen
« Lors d’un renouvellement, l'exercice du ROI n’est plus nécessaire »

Par la rédaction

Jean-Luc Prache - Directeur des achats groupe -Transdev

« Par sa complexité, notre calcul du ROI est resté partiel »

Pour la construction de votre SI achats, avez-vous estimé la rentabilité des solutions envisagées ?

Comme pour tout investissement, l’exercice était incontournable. Depuis quelques années, d’ailleurs, un comité d’engagement est systématiquement mis en place pour valider chacun des projets lancés dans l’entreprise. Lors du choix de notre solution d’e-achat, qui s’est finalement porté sur SynerTrade, le calcul du ROI est toutefois resté partiel. Le chiffrage est en effet complexe. S’il est aisé de valoriser une partie des bénéfices potentiels, en estimant les gains supplémentaires sur les actions achats, par notre expérience, d’autres sont difficilement quantifiables. C’est par exemple le cas des gains liés à une meilleure gestion des risques, à la fluidification des échanges d’informations entre les parties prenantes ou encore à l’ouverture d’un portail fournisseurs.

Les projets e-achat méritent-ils d’être autant justifiés ?

Alors que la fonction est à l’origine des démarches de justification pour toutes les demandes d’achats au-delà d’un certain seuil, il est de bon ton qu’elle s’applique cette discipline à elle-même ! Pour notre projet d’e-achat, l’approche a été menée de concert avec la direction financière, toujours plus demandeuse d’éléments économiques permettant d’orienter ses décisions. Dans la grille d’analyse multicritères utilisée pour choisir notre solution, les aspects financiers ont pesé pour environ 30 %. Le reste s’est réparti entre les critères techniques, à hauteur de 30 %, et ceux liés à la structure et aux capacités de l’éditeur, pour 40 %.

Votre argumentaire autour du retour sur investissement aurait-il pu remettre en question le projet ?

Non, car dans le cadre de la séparation de la branche transport de Veolia Environnement et de la création de Transdev, dans un objectif de cession, nous ne pouvions plus utiliser sa plate-forme d’e-achat, bâtie sur BravoSolution et Ivalua. Nous étions contraints de nous doter de notre propre système. A l’heure actuelle, l’analyse des dépenses est en place dans les principaux pays. La mesure de la performance achats est aussi opérationnelle sur ce même périmètre géographique, et le déploiement de la gestion des contrats est en cours. Suivront l’ouverture du portail fournisseurs, puis la mise en place de la gestion des appels d’offres, du pilotage des actions achats et de la gestion des risques fournisseurs.


En chiffres
Transdev
Transport
Chiffre d’affaires (2012) : 7,9 milliards d’euros dans 21 pays
Effectif : 95 000 personnes
Montant des achats : 2,8 milliards d’euros
Effectif achats : 70 personnes

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play