Publicité
La Lettre des Achats - Juillet-Août 2002   N°97
Juillet-Août 2002

Management

Dossier

Les tableaux de bord

Autres articles

Tableaux de bord
De la mesure en toutes choses

Témoignages

Younes Ali Chérif Directeur des achats et logistique, Laboratoire LTC, Dataciné Group
“ Dans nos tableaux de bord achats, nous avons les détails techniques ”

Frédéric Doche, Hubert d’Hondt, Hervé Hillion, Andersen Business Consulting
“ Partir des besoins métier et mettre en place une démarche transversale ”

Bernard Viguier Directeur général délégué, MBK Industries
“ La finance a mis en place les règles du jeu ”

Jean-Victor Bregliano Directeur des achats France, Panzani
“ Ces indicateurs ont une portée analytique et prospective ”

Points-clés

Les tableaux de bord
Les cinq points-clés

Interviews

Louis Collardeau, directeur des achats France, A Raymond
“ Nous retenons les données les plus marquantes de l’activité et celles qui intéressent les autres services ”

Jacques Lascoumes, directeur des achats, Evobus France
“ Des outils de pilotage pour entraîner les acheteurs vers les objectifs ”

Sylvain Barbier, supply base manager, Solectron
“ La gestion d'un compte client a un impact direct sur nos achats ”

Par la rédaction

Louis Collardeau, directeur des achats France, A Raymond

“ Nous retenons les données les plus marquantes de l’activité et celles qui intéressent les autres services ”

La direction générale et les services financiers requièrent des éléments d’information de la part des achats. Louis Collardeau, directeur des achats France d’A Raymond, explique leurs attentes et comment elles s’articulent à la stratégie des achats ; il détaille également les outils et les règles à observer pour reporter l’activité achats.

Quels tableaux de bord présentez-vous à la direction générale ?
Le reporting d’A Raymond consiste à demander mensuellement, à chaque service, trois indicateurs de performance qu’il juge les plus pertinents. Nous retenons les données les plus marquantes de l’activité et celles qui intéressent les autres services. Notre premier indicateur du tableau de bord reprend des informations sur la performance économique achats. Nous mesurons la cohérence entre les ressources et les dépenses en calculant l’écart entre le chiffre d’affaires et le chiffre d’achat total.
Quels sont les autres éléments du tableau de bord ?
Le deuxième indicateur représente l’action des achats à travers la réduction du nombre de fournisseurs, qui est un axe important de notre politique achats. Depuis deux ans nous avons réduit le panel de plus de 25 % par an. Cet indicateur est important car la diminution du nombre de fournisseurs permet de négocier plus de volume dans de meilleures conditions économiques. Elle signifie aussi moins de commandes (- 30 % par an) par regroupement, moins de factures, donc moins de coûts administratifs et un suivi plus efficace. L’impact sur les résultats est très fort car il traite le coût d’acquisition dans son ensemble. Le troisième indicateur mesure le taux de service. Nous regardons le délai moyen de traitement d’une demande d’achat et le nombre de demandes d’achat traitées.
Ces tableaux de bord sont-ils évolutifs ?
Ces tableaux de bord permettent de présenter une vision synthétique de nos achats. Ils ne sont pas figés mais peuvent évoluer en fonction de nos axes d’effort. Par exemple, nous venons d’élargir l’indicateur de taux de service qui auparavant mesurait surtout la charge de travail à partir du nombre de commandes ou de livraisons. L’introduction récente du délai de traitement d’une demande d’achat nous donne une information complémentaire et correspond mieux aux attentes de nos clients internes. Il permettra de suivre l’impact du regroupement des commandes sur le délai de traitement total.
D’où proviennent les données ?
Toutes ces données, mesure de l’activité, du taux de service ou de la performance, sont extraites des modules achats et finance de notre ERP (SAP). Pour le taux de service, nous avons construit une requête pour comparer les dates des demandes d’achat, des commandes et des livraisons. Ces données sont triées automatiquement, ce qui nous permet de construire très rapidement les tableaux de bord.
Quelles sont les principales questions que vous posent la direction ou les services financiers ?
Ils s’intéressent particulièrement aux évolutions de prix. La part des achats est très importante dans notre coût de revient. C’est pourquoi tout le monde est très vigilant sur les variations des coûts des matières et des composants. Les financiers nous demandent aussi une régulation sur les délais de paiement pour les rendre compatibles avec les délais de nos clients.
Quels indicateurs utilisez-vous en interne ?
En plus de ceux précédemment cités, nous avons mis en place des indicateurs pour suivre nos fournisseurs. Notre attention se porte principalement sur le système qualité, la prestation qualité livrée, la prestation logistique et la réactivité du fournisseur. Dans l’automobile, nous sommes dans un contexte d’amélioration permanente des performances. Si nos tableaux de bord montrent une dégradation du service de la part des fournisseurs, nous exigeons des actions correctives et effectuons un audit si nécessaire. Ces indicateurs pèsent dans les négociations. La performance économique et la capacité de progrès des fournisseurs sont aussi prises en compte.
Vos tableaux de bord sont-ils audités ?
Avec une majorité de clients équipementiers automobiles ou constructeurs, nous devons être capables de rendre des comptes. Nous avons régulièrement des audits. Les indicateurs regardés sont par exemple le nombre de fournisseurs en AQP (assurance qualité produit), les procédures de sélection d’un fournisseur et l’amélioration de la performance fournisseurs. Nous effectuons un bilan annuel servant de base à un plan de progrès suivi régulièrement par ces indicateurs.

A Raymond en bref
Fabricant de fixations, A Raymond est spécialisé dans le clipage, l’agrafage et le collage
5 milliards de pièces livrées et 460 produits nouveaux par an
2 500 personnes (dont 750 en France)
Douze sites de production dans le monde
Portrait
Louis Collardeau (46 ans, Desma en cours) est en charge des achats France d’A Raymond depuis deux ans. Entré au sein du groupe en 1988, il a occupé, de 1989 à 2000, le poste de responsable assurance qualité, avant de rejoindre les achats.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°295 - Juillet - Août 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play