Publicité
La Lettre des Achats - Novembre 2002 N°100
Novembre 2002

Marchés

Dossier

Achats en ligne

Article

Prestataires internet
Entre faillites et embellies

Commerce électronique
Des fournisseurs actifs mais dubitatifs

E-commerce et fournisseurs
Des enchères inversées et controversées

Témoignages

Michel Filatieff Délégué général de la Fédération des articles de papeterie
“ Une charte sur les enchères pour clarifier les règles ”

Renaud Ide Responsable e-business, marketing et communication de Valoutil
“ Avec un client important, nous avons augmenté de 30 % notre chiffre d’affaires ”

Pierre-Olivier Brial, e-business manager de Manutan
“ Les acheteurs doivent comparer une prestation globale et non un prix ”

Philippe Faroy, directeur général d’Altavia Prodity
“ Les enchères doivent intégrer la dimension du service ”

Pascal Orlando, directeur général d’Alda
“ Pour le moment, les places de marché ne génèrent pas de chiffre ”

Jacques Delsaut Directeur des clients nationaux, Adecco
“ Aucune place de marché ne traite notre problématique de manière correcte ”

Patrick Deplaix Responsable e-commerce de Radiospares
“ L’e-procurement nous a permis de tisser des liens plus étroits avec nos clients ”

Par la rédaction

Philippe Faroy, directeur général d’Altavia Prodity

“ Les enchères doivent intégrer la dimension du service ”

« Depuis le début de l’année, nous avons testé quatre places de marché où nous avons répondu à environ sept appels d’offres et nous sommes arrivés en tête pour trois d’entre eux. Cette expérience des enchères inversées me conduit à différencier les places de marché. D’une part, nous avons des industriels qui décident d’externaliser et s’appuient sur des spécialistes qui vont monter des appels d’offres et faire le suivi de façon très rigoureuse, par exemple sur Covisint. Les règles sont alors saines, avec notamment des engagements contractuels de confidentialité, les partenaires sont référencés sur de vrais critères et les compétiteurs sont comparables. Dans ce contexte, les enchères sont pratiquées en bonne intelligence, elles offrent une grande réactivité et donnent une acuité et une visibilité meilleures du marché. Il existe alors un réel travail collaboratif, vecteur de progrès et d’économie.
En revanche, nous avons certaines places de marché où le panel des fournisseurs est beaucoup trop large et la mise en compétition se joue entre des fournisseurs qui ne disposent pas du même service. Nous arrivons à des situations aberrantes où, par exemple, la mise à prix se situe déjà à notre prix plancher et l’enchère se termine à moins 30 %. Ces comportements sont irresponsables dans le contexte économique auquel sont confrontés nos prestataires imprimeurs. Nous devons respecter une éthique, il y va de la clairvoyance des uns et des autres, il ne faut pas dépasser une ligne virtuelle. Nous essayons de ne pas travailler en dessous d’une marge nette raisonnable.
Les enchères peuvent s’avérer productives sous couvert de les piloter en bonne intelligence en intégrant la dimension du service. Considérer uniquement le prix comme critère de sélection n’a pas de sens dans notre métier basé sur le service, la compétence et la qualité. Dans un secteur comme la gestion déléguée de l’édition publicitaire et la communication en général, nous avons des contraintes multiples au niveau des plannings des imprimeurs, du transport, des timings ou des impératifs de qualité. Chaque retard entraîne des coûts supplémentaires que les annonceurs doivent prendre en considération. L’économie n’est plus seulement le prix ».

Le pôle publishing du Groupe Altavia en chiffres
Publishing. 2 milliards de documents imprimés et 470 000 tonnes de papier négociées en 2001
Chiffre d’affaires consolidé :   398 millions d’euros
Effectif : 235 personnes
Altavia Prodity : print management (3M France, PSA, Carrefour, Champion, Cegetel/SFR, L’Oréal, Sony, Canal +, Maeva Pierre & Vacances, Acova, etc.)
 

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°298 - Novembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play