Publicité
La Lettre des Achats - Novembre 2020 N°298
Novembre 2020

Marchés

Enquête

Vélos : une supply chain à l’épreuve de l’hyper-croissance

Une supply chain à l’épreuve de l’hyper-croissance

Marché tricolore du vélo

Témoignage

Mathieu Arrambourg - Directeur général adjoint division vélo - Shimano France
« Le marché du vélo ne peut pas durablement bondir de 30 % à 40 % »

Par la rédaction

Mathieu Arrambourg - Directeur général adjoint division vélo - Shimano France

« Le marché du vélo ne peut pas durablement bondir de 30 % à 40 % »

Comment la crise impacte-t-elle votre supply chain ?

La partie supply chain dépend principalement de Shimano Europe à laquelle nous sommes rattachés, ainsi que de Shimano Japon qui est notre maison mère. Le groupe est une société industrielle qui intègre la production de ses produits de A à Z. L’impact soudain de la demande a effectivement des conséquences sur notre organisation, mais nous gérons surtout aujourd’hui la pénurie et les délais de livraison en forte augmentation.

Et pour vos stocks ?

Shimano ne travaille qu’en flux tendus depuis toujours : nous ne gérons pas de stock tampon, hormis au plus près de la fin de chaîne, de nos bureaux de vente vers nos revendeurs finaux. La vraie problématique pour nous tourne autour de la production et de ses capacités. Nous ne souhaitons pas en externaliser, même une partie, pour des raisons de savoir-faire et de maîtrise de la qualité. De fait, de gros investissements matériels et de formations de nouveaux collaborateurs sont actuellement entrepris dans toutes les usines du groupe.

Le marché connaît une croissance phénoménale. Comment l’analysez-vous ?

Nous ne croyons pas à une hausse aussi colossale et durable du marché. Les stocks de vélos ayant été vidés au printemps, toutes les marques s’enthousiasment de ventes au-delà de tout historique connu. Mais d’une part beaucoup oublient qu’une partie de ces ventes vont servir à réalimenter les stocks tampons des magasins, aujourd’hui à un niveau historiquement bas ; et d’autre part, le marché du vélo ne peut pas durablement bondir de 30 % à 40 %.
Pourtant, au-delà de l’effet « déconfinement », il y a une vraie tendance à la mobilité douce.
Oui mais les "nouveaux cyclistes", attirés par le vélo électrique notamment, ne vont pas changer de vélo tous les ans. Aussi, nous tablons sur un ralentissement des ventes à moyen terme, sans être pour autant capables de savoir quand ni comment la consommation se stabilisera. Au global, nous sommes convaincus qu’une consommation de +10 à +15 % est réaliste à terme. Et que ce retour à la normale se fera dans les douze prochains mois.

Comment Shimano envisage l’avenir ?

Sereinement. Nous restons prudents sur les investissements pour augmenter les capacités de production. Car si nous suivions la tendance actuelle à court terme, nous nous retrouverions en surproduction dans les douze à 18 prochains mois.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°298 - Novembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play