Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2004 N°116
Avril 2004

Marchés

Dossier

Imprimantes

Article

Les acheteurs jouent la carte du service

Prestataires
Les fabricants se positionnent sur le service

L’implication des acheteurs
Un travail partagé

Sodexho Alliance
Rationaliser avant l’externalisation

Un marché fournisseurs encore éclaté

Produits de fonctionnement industriel
Un référencement commun pour réduire les coûts

Distribution industrielle
L’e-business au secours d’un marché fragmenté

Témoignages

Sylviane Monnier Responsable du référencement fournisseurs, BNP Paribas groupe
“ Le coût à la page ou l’externalisation n’étaient pas viables ”

Jean-Jacques Lang Directeur des achats corporate, SI et télécoms, Alcatel
“ Le service achats a joué un rôle de catalyseur ”

André Haziza Responsable des achats, BNP Paribas Épargne
“ Un seul fournisseur, une référence unique ”

Christophe Mallet-Monceau Responsable des achats, NRJ Group
“ Les achats interviennent en support ”

Éric Duarte Directeur des achats hors production, Belron
“ Travailler la discipline en interne avant d’externaliser ”

Richard Gabry Responsable des achats, WoltersKluwer
“ Dans un groupe de presse, la culture papier est très forte ”

Stéphane Lebarbier Directeur des achats, Astra Zeneca
“ 45 % de gains sans changement de prestataire ”

Gérald Benchetrit Responsable des achats média, télécoms et informatique, Volkswagen
“ Nous avons supprimé les trois-quarts de nos imprimantes ”

Points-clés

Imprimantes
Les cinq points-clés

Fournitures industrielles
Les cinq points-clés

Fournitures industrielles

Interviews

Laurent Chevallier - Responsable des achats hors production, - Aventis
« Utiliser les mêmes leviers de négociationque pour les achats de production »

Axel Jardin - Responsable du service achats, - Stratinor
« Rationaliser et standardiser nos achatsavec un catalogue interne dédié »

Marc Lamendour - Responsable de marchés achats, - KeyMRO
« Réduire le nombre de distributeurs plutôt que le nombre de marques »

Par Christine Sévillano chsevillano@lettredesachats.fr

Sylviane Monnier Responsable du référencement fournisseurs, BNP Paribas groupe

“ Le coût à la page ou l’externalisation n’étaient pas viables ”

« Début 2003, nous avons lancé un appel d’offres mondial sur les imprimantes, en partenariat avec les services informatiques qui fixent davantage les standards techniques. Il s’agissait de négocier un accord global pour l’ensemble de nos unités situées dans 80 pays. Par conséquent, nous avons choisi un fournisseur présent à l’échelle mondiale, mais des besoins précis sur des imprimantes couleur nous ont contraints à prendre un autre prestataire et un troisième pour répondre à des demandes internes particulières en imprimantes personnelles. Notre travail a consisté à négocier des réductions de coûts sur le matériel, les consommables et les extensions de garantie, comme nous l’avaient demandé nos collaborateurs. Mais les achats en central n’ont aucune fonction d’approvisionnement.
Pour mener à bien notre projet, nous avons évalué les coûts d’impression entre 5 et 10 millions d’euros. Cette estimation comprend l’achat de matériel et de consommables. Il ne s’agissait pas d’opter pour un coût à la page qui aurait nécessité une connaissance précise des volumes consommés par les 200 entités du groupe et de faire des projections sur leur consommation à venir. Une étude qui aurait pris du temps car il aurait fallu la mener par pays, par métier, voire par département. De plus, le résultat n’aurait pas été forcément accepté par la direction générale. Les prestataires nous ont fait des propositions d’externalisation mais ce n’était pas jouable vu la taille de notre groupe. D’autant plus que notre histoire et notre structure n’admettent pas ce type de fonctionnement dans les achats. Chaque site gère son propre budget et il n’est donc pas exclu que certains adoptent cette pratique de coût à la page. Sur une entité restreinte, l’identification de la consommation est bien plus aisée. Au final, nous avons pu obtenir entre 20 et 30 % de réduction après enchères inversées.
Nous avons rencontré des difficultés à globaliser notre demande. Les commerciaux des constructeurs manquent de vision mondiale sur leurs produits : nous avons eu du mal à avoir l’assurance qu’un contrat signé à Paris soit effectif en Asie ou en Afrique. En outre, le marché des consommables est d’une grande opacité : les prix sont facilement identifiables en France ou aux États-Unis, mais beaucoup moins dans certains pays.
Nous avons noté une progression du nombre d’impressions ces dernières années. Afin de donner des pistes de bonnes pratiques de rationalisation à nos collaborateurs, je réalise un document pédagogique pour montrer comment diminuer les coûts, notamment ceux générés par les imprimantes personnelles. Nous pouvons ainsi préconiser ce type de réflexion mais pas en imposer l’application. Cependant, toutes les impressions ne peuvent être supprimées, particulièrement celles des contrats de nos clients ».

 

Sylviane Monnier (46 ans, HEC option finances) a effectué l’ensemble de sa carrière au sein de BNP Paribas, notamment comme responsable du recrutement, puis d’une équipe de commerciaux dans le réseau France, et enfin de projets transversaux. En 2003, elle a intégré les achats en tant que responsable du référencement fournisseurs pour les consommables et les moyens généraux.


BNP Paribas groupe
Produit net bancaire : 17,9 milliards d’euros
Montant des achats : 5 milliards d’euros
Effectif : 90 000 personnes
Effectif achats à la direction du groupe
50 personnes

 

Par Christine Sévillano chsevillano@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°292 - Avril 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play