Publicité
La Lettre des Achats - Mars 2019 N°280
Mars 2019

Marchés

Enquête

Travaux : du gros œuvre dans les directions achats

Du gros œuvre dans les directions achats

Le marché des travaux publics en France : sortie de crise !

Témoignage

Diana Perisin - Responsable achat du département de la maîtrise d’ouvrage des projets - RATP
« Il est important d’acculturer un nouvel entrant à nos enjeux financiers et techniques »

Par la rédaction

Diana Perisin - Responsable achat du département de la maîtrise d’ouvrage des projets - RATP

« Il est important d’acculturer un nouvel entrant à nos enjeux financiers et techniques »

La régie autonome des transports parisiens, soumise au code des marchés publics, achète selon les années entre 2 et 3 milliards d’euros, dont environ un milliard d’euros de travaux et d’aménagement, en fonction des plans d’investissement de l’entreprise.

Comment percevez-vous l’évolution du marché des travaux ?

Le marché se tend, notamment parce que la demande est forte en Ile-de-France, autour du Grand Paris et des projets multiples et parallèles de la RATP et de la SNCF. Si je constate une hausse des prix, je vois peu d’évolutions structurelles dans le génie civil, où rares sont les nouvelles entreprises. Cela s’explique par la haute technicité du sujet, des machines complexes et coûteuses et des ouvriers très spécialisés (par exemple dans les travaux sous-terrain). Malgré tout, je constate que les entreprises qui auparavant étaient spécialisées en génie civil proposent désormais les travaux d’aménagement ; c’est le cas des majors du BTP qui proposent une offre multimétiers.

De fait, la concurrence s’est-elle élargie ?

Oui, avec de plus en plus d’entreprises européennes – Italie et Suisse en tête – qui se positionnent sur nos appels d’offres.

Comment travaillez-vous ce segment ?

Rattachés à ma direction, les achats de travaux et d’aménagement sont un des sept groupes achats du département valorisation achats et logistique de la RATP. Dans chaque groupe achats, dont celle des travaux, un acheteur «pilote de segment » développe la politique d’achat, en plus de ses fonctions d’acheteur. Pour les achats de travaux, il est rattaché à ma direction, la maîtrise d’ouvrage de projets. Le pilote de segment élabore des stratégies, une cartographie du marché fournisseurs, pour qu’ensuite les autres acheteurs, sur des dossiers plus ponctuels, aient une vision globale et stratégique du marché. Le pilote de segment donne les grandes lignes du marché ; puis l’acheteur métier va s’appuyer sur ses analyses pour affiner ou prendre des décisions dans son projet d’achat. Le pilote peut aussi proposer une rationalisation des achats, mettre en place des contrats cadres, etc.

Quels sont les grands travaux dans lesquels est engagée la RATP ?

Nous avons passé récemment des travaux de génie civil et gros œuvre pour le prolongement des lignes de métro 14, 4 et 11. Dans quelques mois, nous passerons les marchés d’aménagement. Autre exemple : aux stations Champs-Élysées et Luxembourg, nous créons de nouveaux accès.

Quels sont vos conseils d’acheteuse sur le segment travaux ?

Il faut de la pédagogie avec les fournisseurs. Cela se fait en deux temps : en phase de sourcing et à l’issue de la procédure, en présence d’un prescripteur. L’acheteur est plus qu’un passeur de contrats, et c’est d’autant plus vrai sur un marché de génie civil où le référencement d’un fournisseur ne peut pas se faire du jour au lendemain. Il est important de pouvoir acculturer un nouvel entrant aux enjeux financiers et techniques de nos projets. Cela nous permettra de garantir un meilleur niveau de concurrence entre les offres et une meilleure qualité de réalisation.

Et ensuite ?

La pédagogie est également nécessaire à l’issue de l’appel d’offres, auprès des entreprises non retenues. La réponse à un appel d’offres est coûteuse et nous tenons à leur donner un retour d’expérience : leur expliquer pourquoi elles n’ont pas été retenues, les points forts et faibles de leurs offres. Certes, nous sommes tenus par la réglementation d’expliquer par lettre aux perdants les grands motifs du refus. Mais nous portons une attention particulière à les recevoir pour débriefer leur offre, surtout si ce sont de nouveaux entrants, dans l’optique de leur permettre de présenter à l’avenir une offre toujours plus adaptée à nos critères.
En chiffres
RATP
Transport de passagers
Chiffre d’affaires : 4,7 Mds d’€
Effectif total : 44 050 personnes
Montant des achats : 2,3 Mds d’€
Effectif achats : 173 personnes

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play