Publicité
La Lettre des Achats - Septembre 2003 N°109
Septembre 2003

Management

Dossier

Achats hors production

Autres articles

Achats hors production
Pour mieux s’imposer, les acheteurs passent à la vitesse supérieure

Systèmes d’information
Finaliser la liaison entre e-procurement et ERP

Externalisation des achats hors production
L’outsourcing gagne du terrain en Europe

L’externalisation en Europe
L’infogérance et les services administratifs au premier rang

Observatoire de l’externalisation
La grande métamorphose de l’externalisation donne le premier rôle aux acheteurs

Observatoire de l’externalisation
Externalisation : les 10 points à surveiller lors de la contractualisation

Secteur public
Les acheteurs du public professionnalisent leurs achats

Dépenses publiques
Des économies, mais comment ?

Acheteurs-services généraux
Qui prendra la main ?

Externalisation
Menace ou opportunité pour les services généraux ?

Étude American Express-AT Kearney
Comment réduire les coûts indirects liés aux voyages

Services généraux et services achats
Les fournisseurs optent pour un mariage de raison

Témoignages

Terry Davis, directeur des achats et des moyens généraux, Schindler France
“ J’ai visité toute la France pour sensibiliser les réseaux à la culture achats ”

Philippe Compagnon, directeur des achats, La Française des Jeux
“ Nous devons adapter notre stratégie aux différents types d’achats ”

Nicolas Mathieu, directeur de la stratégie achats, Groupe Bayard Presse
“ Le problème des achats généraux reste l’application des contrats-cadres ”

Interviews

Jean-Pierre Lau, directeur des achats hors production, Alcatel
“ Nous devons sans cesse démontrer notre efficacité ”

Jacques Chambre, directeur des achats hors production, Thales
“ Avec l’externalisation, l’acheteur devient un "supplier relationship manager" ”

Christian Campion - directeur des achats hors production - Général Electric System Europe
“ Développer les groupes de travail pour multiplier les leviers d’achat ”

Ignacio Sanguesa, directeur des achats, Telefónica
“ Suivre un tableau de bord adapté ”

Hans-Hermann Grundmann, directeur des achats, Bayer Polymers
“ Nous avons gagné en termes de mobilisation de ressources et de matériels ”

Points-clés

Les dix points-clés

Par la rédaction

Christian Campion - directeur des achats hors production - Général Electric System Europe

“ Développer les groupes de travail pour multiplier les leviers d’achat ”

Avec une structure centrale réduite, l’organisation des achats hors production de GEMS Europe met l’accent sur le travail collaboratif entre les busines units et les différentes fonctions de l’entreprise. Mais pour gérer au mieux les 400 millions d’euros de dépenses dans les 28 pays d’implantation du groupe, le directeur des achats préconise aussi le recours aux outils utilisés pour les achats industriels, dont la méthode 6 sigma.

Comment avez-vous organisé votre service ?
Avec une équipe de six acheteurs et une personne en support pour l’e-procurement, nous couvrons une centaine de sites industriels ou tertiaires dans 28 pays européens. Nous voulons coordonner les efforts avec une structure en corporate la plus légère possible. Nous travaillons en collaboration avec nos collègues américains de GEMS mais également avec nos collègues européens des autres activités du groupe. Notre objectif est de développer ces groupes de travail afin de multiplier les leviers d’achat.
Vous évoquez des collaborations européennes ou transatlantiques. Comment fonctionnent-elles ?
Nous cherchons à nous organiser autour de commodités ou de familles d’achats. Pour les télécoms, nous disposons par exemple d’une personne dédiée au sein de l’organisation corporate, chargée de multiplier les contacts et de remonter les besoins et les demandes des sites. Elle anime aussi une équipe multifonctionnelle et multi-business. Selon les familles d’achats, nous adoptons une approche par pays ou européenne. Pour la téléphonie mobile par exemple, une approche européenne n’aurait pas de sens. Nous nous sommes donc regroupés avec les entités de GE en France. À une échelle européenne, nous avons travaillé la connectivité des PC pour les déplacements en Europe. Avec mes collègues américains, nous avons axé nos efforts sur l’informatique. Nous faisons aussi appel à la même agence de voyages dans le monde entier, ainsi qu’à un prestataire privilégié pour les véhicules de fonction.
L’activité des acheteurs semble construite sur le travail en équipes multifonctionnelles.
C’est pour moi un axe essentiel de notre démarche. Il faut dialoguer avec les opérationnels qui ne dépendent pas des achats. L’achat de télécoms est par exemple lié à l’informatique et aux opérationnels de la vente qui ont besoin de portables. Pour le FM, nous avons travaillé avec les services généraux et les opérationnels sur le terrain. La direction des achats est partenaire des différentes fonctions de l’entreprise et doit les aider à tenir leur budget et à mener à bien leur transformation. Je travaille activement au rapprochement, notamment avec la vente et le service, pour leur permettre d’améliorer leur coût et soutenir les opérationnels au quotidien.
Est-il possible d’utiliser des leviers industriels avec les achats hors production ?
Je m’appuie sur mon expérience des achats directs où l’on travaille en relation avec le bureau d’études et la production pour optimiser les produits. Dans toutes nos démarches, nous utilisons 6 sigma. Nous en appliquons l’esprit en termes de cercles de qualité, d’amélioration continue, pour nous appuyer sur des chiffres et remettre à plat les fonctionnements. Avec cette méthodologie, nous avons une approche process, afin de ne pas seulement chercher les meilleurs prix mais aussi l’optimisation des commandes et de la facturation. Il est tout à fait possible de calquer cette vision industrielle sur les achats indirects : nous mettons ainsi en place un processus qui fonctionne d’un bout à l’autre de la chaîne d’achat, en liaison avec les fournisseurs référencés.
De quels outils disposez-vous pour assurer le suivi de votre politique achats ?
Nous cherchons à standardiser la comptabilisation des économies et les outils de communication des résultats. Parallèlement, nous construisons des bases de données communes. Nous travaillons également sur les tableaux de bord liés à ces bases de données dans les 28 pays où nous sommes présents. De plus, les entités majeures du groupe travaillent toutes sous Oracle. Pour l’e-procurement, Oracle Applications est en place dans la majorité de nos implantations. En France, nous recourons à Oracle SSP (self service purchasing) ; cet outil intègre le workflow et simplifie de beaucoup notre travail. Il permet aussi de renforcer la partie contrôle et respect des contrats-cadres. Le système sera peu à peu étendu à l’Europe, pour tous les achats, hors transport et frais de déplacement.
L’externalisation fait-elle partie de vos axes de travail ?
Nous avons recours à l’externalisation par exemple pour la gestion de la flotte automobile. Nous avons aussi un partenaire européen pour le FM, la gestion et la maintenance des sites. La taille réduite de notre équipe ne nous permet pas d’aller plus loin. Nous travaillons plutôt à l’organisation des contrats-cadres que nous avons développés. L’externalisation est aussi une manière de réduire le nombre de fournisseurs, à l’heure actuelle de 10 000 à 15 000 au sein du groupe. Nous réfléchissons également à une meilleure utilisation de la centrale d’achats pour nos achats de classe C et pour les achats non répétitifs.

 

GEMS Europe en chiffres
Équipements d'imagerie médicale
Chiffre d’affaires : 1,5 milliard d’euros
Effectif : 6 000 personnes
Montant des achats hors production
400 millions d’euros
Effectif achats hors production
6 personnes

Les achats hors production de GEMS Europe
Le service couvre l’ensemble des achats indirects, c’est-à-dire ce qui n’est pas lié aux pièces pour la production ou pour les services. Ces achats comprennent notamment le MRO, les prestations de services divers, le transport, les activités liées aux bâtiments (location, utilities, sécurité, etc.). Le montant des achats s’élève à 400 millions d’euros, dont 75 à 80 % pour la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et la péninsule ibérique.

 

Christian Campion
Au sein de GEMS Europe,  (44 ans, UTC) a occupé les fonctions de responsable des programmes de productivité pour l’unité rayons-X puis de responsable des programmes e-business pour les achats Europe, production et frais généraux. Il a été nommé, en septembre 2002, directeur des achats hors production

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°293 - Mai 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play