Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2020 N°289
Janvier 2020

Marchés

Enquête

Emballage : sur un air de plastique « bashing »

Sur un air de plastique « bashing »

Témoignages

Vincent Chauvet - Responsable des achats d’emballage - Fleury Michon
« Entre 3 et 4 millions de barquettes bois par an »

Patrick Morvan - Directeur de la communication - Elipso
« C’est prématuré de parler de désamour pour le plastique »

Par la rédaction

Patrick Morvan - Directeur de la communication - Elipso

« C’est prématuré de parler de désamour pour le plastique »

Qu’attendez-vous du débat parlementaire actuel ?

Nos principales attentes portent sur le recyclage et la consigne. La commission européenne a publié en septembre la circulaire "Plastics Alliance" qui stipule que 10 millions de tonnes d’emballages plastiques devront être recyclés en 2025. La France s’est engagée sur 1 million de tonnes dont 440 Kt venant de l’emballage, le reste venant du bâtiment et de la plasturgie. Mais la question est : comment trouver la ressource ?

Vous voulez dire que le plastique à recycler vient à manquer ?

C’est la question que se posent les grands donneurs d’ordres qui veulent incorporer du recyclé dans leur production. Si la consigne devient obligatoire sans nuance, certains gisements ne seront plus recyclés et la ressource disponible va diminuer. Ajoutons à cela que tout l’investissement dans la modernisation des centres de tri aura été vain si tous les plastiques sont consignés.

Qu’en est-il des plastiques industriels et commerciaux ?

Les fûts, bidons et films industriels représentent la moitié des 2,2 millions de tonnes de déchets plastiques annuels en France. Il semblerait que la loi sur l’Économie Circulaire oriente les producteurs de ces déchets vers une REP : une filière à Responsabilité élargie des producteurs, qui les obligerait à créer eux-mêmes un système de récupération de leurs fûts et bidons. Nous préparons ce virage avec eux.

Vous parlez de plastique recyclé. Où en sont les industriels ?

Les industriels français ont diminué l’usage des ressources fossiles (de 86 % à 82 % en un  an) et ont augmenté les matières recyclées (de 12 % à 14,5 %) ainsi que les matières d’origine biosourcées (de 2 % à 3,5 %). Hélas, le biosourcé est encore deux ou trois fois plus cher que le fossile, et présente encore quelques problèmes d’approvisionnement.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°295 - Juillet - Août 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play