Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2002 N°91
Janvier 2002

Management

Dossier

Achats et fusions

Achats et qualité

Interviews

Jean-Claude Lefebvre, Solving International
“ Évaluer avec le fournisseur le coût de la prescription du client ”

David Weber, directeur des achats au sein de l’ACT Advanced Turbo, Garrett, groupe Honeywell
“ L’acheteur sera responsable de ses évaluations et de ses estimations, en particulier en cas de défaillance du fournisseur ”

Frédéric Nicaise, responsable qualité, délégation générale aux achats, Groupe Air France
“ Le service que les achats rendent aux clients internes sera aussi certifié ”

Points-clés

Achats et fusions
Les cinq points-clés

Achats et qualité
Les dix points-clés

Témoignages

Yasser Balawi, program purchasing manager VISTEON
« Rendre les fournisseurs responsables de la qualité et du processus de production »

Jamil Dhib, directeur technique SOTUFEM
« Le fabricant doit assurer la qualité des matériaux achetés »

Sylvain Lancigu, directeur de la qualité CAPELLE (Groupe Aluthea)
« La norme ISO 9000 incite à une meilleure organisation »

Autres articles

Achats et fusions
Les achats boostés par les fusions

À lire
Des fusions et des hommes, par Philippe Very

Vivendi Universal
Fusion tambour battant

Tribune
Comment les achats peuvent-ils intervenir dans les fusions ?

Achats et qualité
Vers l’intégration de la performance économique

Normes de certification

Achat de compteurs d’électricité
Travailler sur le prix des produits ou le coût des processus ?

L’ACT Advanced Turbo
Accélérer la mise sur le marché

Intelligence artificielle collaborative
Définir les conditions optimales à la qualité

6 Sigma

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Achat de compteurs d’électricité

Travailler sur le prix des produits ou le coût des processus ?

Une compagnie d’électricité en Europe dé-sirait réduire le coût d’achat des compteurs de son parc. Le prix historique était d’environ 60 euros et un million de compteurs étaient changés chaque année, soit en moyenne 60 millions d’euros de coût d’achat annuel. Dans le cahier des charges, les impératifs de qualité étaient nombreux, destinés à assurer simultanément la sécurité des personnes (installateurs, utilisateurs et agents chargés du comptage). L’application d’une méthodologie d’achat classique avait permis de réduire le coût d’acquisition de 48 % : 24 points par analyse de la valeur et analyse fonctionnelle, 8 points par l’amélioration de la chaîne d’approvisionnement, 16 points par l’ouverture de l’appel d’offres à la concurrence internationale.
Cependant, on s’est aperçu, en replaçant le produit acheté (le compteur) dans le processus global de comptage, que son coût ne représentait qu’un vingtième du coût total du processus. Le vrai problème n’était plus la réduction du coût du compteur, mais la réduction du coût du processus par le changement de la technologie de comptage. Le relevé des anciens compteurs électromécaniques a été remplacé par une télégestion par ligne électrique : le nouveau compteur électronique est relevé à distance. Ce compteur électronique est plus cher que le compteur électromécanique, mais le coût du processus a été réduit de moitié, ce qui permet d’amortir le changement des 30 millions de compteurs en quatre ans.

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play