Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2002 N°91
Janvier 2002

Publié le 17/09/2004 - Par la rédaction

Platine - en stagnation

Platinoïdes

Une source complémentaire d’approvisionnement peut peser sur les cours l’an prochain. Le russe Norilsk, avec 60 % de l’offre mondiale de palladium et 30 % de celle de platine et de rhodium, a décidé de mettre en exploitation ses crassiers où s’entassent les résidus miniers depuis 1937. L’évolution des techniques rend rentable cette exploitation déjà opérationnelle au Zaïre et en Afrique du Sud. Sur les cinq prochaines années, elle devrait lui permettre d’extraire de 30 à 40 tonnes de palladium, soit 935 000 à 1,25 million d’onces. Pour le palladium, les fondamentaux sont considérés comme négatifs. En 2001, la demande, tous secteurs confondus, aura baissé de quelque 24 % en raison du fort recul de la demande dans l’automobile (- 14 %) et dans l’électronique (- 51 %). Sur les six premiers mois de l’année, les estimations de cours se situent dans une fourchette de 260 à 380 dollars l’once. La poursuite par la Russie de la suspension de ses livraisons de palladium a fait remonter les cours au-dessus de 400 dollars, ce qui est conforme à sa volonté affichée. L’évolution des cours dépendra majoritairement des anticipations des traders sur la date de la reprise de ces livraisons. Point positif : l’industrie automobile, premier utilisateur de palladium, ayant largement puisé dans ses stocks en 2001, une remontée des cours est envisageable. Les acteurs du marché estiment que les cours de ce métal ont atteint fin 2001 un « niveau de soutien ».
Pour le platine, la demande est soutenue par un accroissement de ses usages industriels : remplacement du palladium dans l’automobile, verres spéciaux, alliages dentaires, raffinage du pétrole. Malgré le recul de la joaillerie, ces activités ont fait augmenter l’an passé la demande de 5 %. L’offre devrait être encore déficitaire cette année. Johnson Matthey, société de courtage dont les prévisions font autorité sur le marché, estime qu’une fois les ventes à découvert résorbées, les cours devraient se redresser pour se situer, sur le premier semestre, dans une fourchette de 400 à 500 dollars l’once.

> Voir les archives

Publié le 17/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play