Publicité

Publié le 20/01/2021 - Par la rédaction

Objectifs achats : rester bons sur les coûts et dans la relation fournisseurs

La fonction achats a eu beau évoluer, elle n’en a pas moins continué d’affirmer ses fondamentaux, les deux piliers du travail des directions achats demeurant, Top 250 après Top 250, la négociation et le pilotage des relations fournisseurs. Pour le reste, la digitalisation, l’innovation ou la RSE restent en toile de fond, mais n’ont pas encore crevé l’écran.
D’année en année, le questionnaire Top 250 n’a cessé d’évoluer pour permettre d’exprimer de la manière la plus précise possible les priorités des directions achats et les différents moyens de générer de la performance achats. L’abandon de l’item « réduction des coûts » (LDA n°186, septembre 2010), tellement évident qu’il ne disait rien des orientations de la politique achats a permis de dévoiler avec plus de subtilité les différents leviers des directeurs achats. pour exprimer cette perpétuelle quête de performance financière à l’achat, cette écrasante priorité a été remplacée par le levier « négociation, renégociation », resté jusqu’en 2019 le numéro au sommet de la hiérarchie des axes de travail des directions achats. Une place qu’il vient donc tout juste de perdre au profit du levier « sourcing, mise en concurrence ».
Si cette tendance demande à être confirmée dans les années à venir, une autre en revanche est bien plus nette, c’est la disparition des objectifs de sourcing dans les pays à bas coûts, qui jusqu’en 2009, trônaient en deuxième position des priorités des directions achats, comme une fin en soi. Avant de dégringoler à la 6e place du classement en 2010, puis tout en bas de liste. Au point de n’être désormais évoqué que par une poignée de directions achats et très rarement en tête du top 5 de leurs leviers prioritaires.
Ces quinze dernières années, l’importance des axes de travail tournant autour de la recherche de synergies et de la massification des achats semble également s’éroder peu à peu pour ne plus apparaître qu’en 9e position en 2019.
Le pilotage des relations fournisseurs, en revanche n’a cessé de remporter toujours plus de suffrage. À mesure que les questionnaires du Top 250 introduisaient de nouveaux items, la gestion des relations fournisseurs a maintenu son rang avec une remarquable constance dans le top 5 des priorités achats.
Quelques rangs plus loin, il en est de même des projets SI achats qui ont presque tout le temps fluctué entre la 5e et la 7e place, à l’exception d’un passage éphémère par la 10e place en 2015.
D’autres sujets ont connu des succès en trompe l’œil qui se sont dissipés dès lors que nous avons pondéré notre classement en fonction de la hiérarchie des choix des cinq priorités que nous demandons aux directeurs achats de citer. Tant qu’il ne s’agissait que de comptabiliser le nombre de fois où l’item était cité, le développement durable paraissait en effet faire partie des principales priorités des directeurs achats, mais dès lors que nous avons pondéré le classement, il s’est avéré que cette priorité n’était que très secondaire, dégringolant de la 5e à la 12e place (LDA n°243 novembre 2015).
Le même triste constat s’est appliqué à l’innovation qui est n°3 des priorités achats en 2010 (LDA n°186, septembre 2010) et la 10e par ordre d’importance l’an dernier.

Objectifs des directions des Achats







Publié le 20/01/2021 - Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play