Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2002 N°91
Janvier 2002

Management

Dossier

Achats et fusions

Achats et qualité

Interviews

Jean-Claude Lefebvre, Solving International
“ Évaluer avec le fournisseur le coût de la prescription du client ”

David Weber, directeur des achats au sein de l’ACT Advanced Turbo, Garrett, groupe Honeywell
“ L’acheteur sera responsable de ses évaluations et de ses estimations, en particulier en cas de défaillance du fournisseur ”

Frédéric Nicaise, responsable qualité, délégation générale aux achats, Groupe Air France
“ Le service que les achats rendent aux clients internes sera aussi certifié ”

Points-clés

Achats et fusions
Les cinq points-clés

Achats et qualité
Les dix points-clés

Témoignages

Yasser Balawi, program purchasing manager VISTEON
« Rendre les fournisseurs responsables de la qualité et du processus de production »

Jamil Dhib, directeur technique SOTUFEM
« Le fabricant doit assurer la qualité des matériaux achetés »

Sylvain Lancigu, directeur de la qualité CAPELLE (Groupe Aluthea)
« La norme ISO 9000 incite à une meilleure organisation »

Autres articles

Achats et fusions
Les achats boostés par les fusions

À lire
Des fusions et des hommes, par Philippe Very

Vivendi Universal
Fusion tambour battant

Tribune
Comment les achats peuvent-ils intervenir dans les fusions ?

Achats et qualité
Vers l’intégration de la performance économique

Normes de certification

Achat de compteurs d’électricité
Travailler sur le prix des produits ou le coût des processus ?

L’ACT Advanced Turbo
Accélérer la mise sur le marché

Intelligence artificielle collaborative
Définir les conditions optimales à la qualité

6 Sigma

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Normes de certification

Normes d’assurance qualité

• ISO 9000:2000

Depuis 1994, les normes de certification des systèmes de management comptaient trois catégories : ISO 9001 (conception, développement, production et installation de prestations associées), 9002 (production et installation de prestations associées) et 9003 (essais et contrôles finals). Ces trois normes ont été refondues en une norme ISO 9001:2000. La certification des systèmes de management de la qualité est donc maintenant unique, mais il est cependant possible pour les entreprises d’exclure certaines parties de la norme de leur certification, par exemple l’activité de conception. Il faudra cependant prouver que ces activités exclues ne participent pas de la satisfaction du client final.

• ISO 9004:2000

Cette norme, relative à la performance de l’entreprise, ne donne pas lieu à certification. Les auditeurs accordent toutefois une note de performance à l’entreprise qui s’y soumet.

• ISO 14000

Norme relative au management respectueux de l’environnement qui garantit que l’entreprise dispose d’un système de management environnemental. Celui-ci prévoit l’organisation de l’élimination des déchets, le contrôle de la consommation d’énergie et de matériaux, la réduction des incidents ayant des conséquences sur l’environnement, ainsi que la mise en place d’indicateurs et d’actions correctives.

• ISO 19011

Elle regroupera bientôt les normes de management de la qualité et celles de la famille 14000 pour la certification combinée des systèmes de management de la qualité et de management environnemental.

Normes éthiques et de sécurité

• OHSAS 18001

Élaborée en commun par plusieurs organismes de certification et de normalisation, OHSAS 18001 certifie les conditions d’hygiène et de sécurité dans lesquelles le travail est effectué au sein des entreprises.

• SA 8000

Produite par le CEPAA (Council on Economic Priorities Accreditation Agency), SA 8000 certifie les conditions dans lesquelles le travail est effectué au sein des entreprises auditées : conditions de travail (travail forcé, hygiène et sécurité), liberté d’association et droit aux négociations collectives, discrimination.

Exemples de normes sectorielles

• AQAP

Cette norme concerne les fournitures militaires. Elle est fixée par l’OTAN et reprend les principes de l’ISO 9000, avec des exigences complémentaires : gestion des configurations des produits et des divers documents associés, aide à l’assurance officielle de la qualité (mise à disposition du certificateur de tous les moyens nécessaires pour la certification).

• AS 9000

Elle est produite par l’International Aerospace Quality Group, organisme rassemblant les grandes entreprises du secteur aérospatial. Elle a pour but de réduire les audits de systèmes effectués par les donneurs d’ordres et d’introduire des exigences habituellement spécifiées par les contrats. Elle reprend celles des normes ISO 9000, en y additionnant des exigences spécifiques au secteur : fiabilité, maintenabilité et sécurité, conception et contrôle des modifications de conception, approbation et revue des sous-traitants, vérification du produit acheté, traçabilité du produit, contrôle des équipements, contrôle de la sous-traitance, audits internes, techniques statistiques.

• EN 46000

EN 46000 est une norme européenne spécifique au secteur médical. Elle contient des exigences supérieures à la norme ISO 9000 pour les systèmes de qualité des fournisseurs de produits médicaux. Ces exigences concernent la vérification de la conception (essais cliniques), l’identification et la traçabilité du produit, la maîtrise des processus (personnes, surveillance de l’entourage, propreté du produit, entretien, montage, processus spéciaux), l’examen et le traitement du produit non conforme, les actions correctives et préventives (en particulier la réglementation pour le retrait des produits du marché), enfin la manutention, le stockage, le conditionnement, la préservation et la livraison.

• FAR/JAR

Ces normes du secteur aéronautiques sont produites par la FAR (Federal Airworthiness Rules), organisme gouvernemental américain, et par la JAR (Joint Airworthiness Rules), organisme constitué par les autorités de régulation de l’aviation civile des pays européens. Elles ont pour but la sécurité et l’efficacité du secteur aéronautique par l’établissement de procédures aux stades de la conception, de la fabrication, de la maintenance des appareils ainsi que pour la certification du personnel.

• HACCP

HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) permet d’établir les dangers spécifiques à la consommation d’un produit alimentaire, de les évaluer et de mettre en place les mesures préventives pour les maîtriser. La démarche HACCP est imposée aux entreprises du secteur agroalimentaire par une directive européenne de 1996.

• ISO/TS 16949

Elle résulte de la synthèse des normes automobiles EAQF, QS 9000, AVSQ, VDA 6 et ISO 9000. Elle prévoit à la fois le système de management de la qualité mais aussi des procédures de maîtrise de la conception (objectifs de fiabilité) et de maîtrise des processus (plans d’urgence). Enfin, par rapport à la norme ISO 9000, elle contient des exigences de moyens.

• ISO 17799/BS 7799

Ces deux normes régissent les procédures pour la sécurité des systèmes d’information. Elles certifient le respect de procédures pour la prévention des interruptions de service, le contrôle de l’accès aux systèmes, le développement et la maintenance des systèmes, la sécurité des données, le respect de normes légales, la sécurité des personnels, la gestion de la sécurité des matériels et des réseaux.

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play