Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2002 N°94
Avril 2002

Management

Dossier

Achats et résultats financiers

Achats en ligne

Interviews

Alain Darney, directeur des achats, Groupe SNPE
“ Donner la responsabilité maximale aux unités opérationnelles ”

Christine Bénard, vice-présidente achats groupe, Valeo
“ D’une logique de négociation par les achats à une logique de management de la relation fournisseurs par l’entreprise ”

Jean-Guy Laujin, responsable du projet e-business,Renault VI, Groupe Volvo
“ Accélérer et optimiser le processus de sourcing stratégique avec les nouvelles technologies ”

Jean-Pascal de Casanove, responsable du projet e-procurement, Pechiney
“ La qualité du business plan et son objectivité conditionnent la réussite d’un projet ”

Jean-Louis Robin,chef de projet e-procurement,Aventis
“ L’outil permettra aux utilisateurs de respecter sans effort les procédures achats ”

Bruno de Larminat,en charge du projet e-procurement, Italcementi-Ciments français
“ Maîtriser en interne le processus électronique,le plus en amont possible de l’enchère ”

Rémi Mialet, directeur des achats groupe, Saint-Gobain
“ L’e-procurement est un outil pour le sourcing stratégique et la globalisation des achats ”

Catherine Cauwet, directrice des achats, Nestlé France
“ La crédibilité auprès des fournisseurs reste un enjeu majeur pour atteindre nos objectifs ”

Patrick Le Laouenan,directeur des achats, Sanofi-Synthélabo
“ Nous n’avons pas attendu les places de marché pour mettre en place des processus achats efficaces ”

Points-clés

Achats et résultats financiers
Les cinq points-clés

Achats en ligne
Les dix points-clés

Témoignages

Marc Petitqueux Directeur des achats, Ratier-Figeac
“ Les outils technologiques nous accompagnent dans notre stratégie ”

Serge Vanborre Chef de projets informatiques achats
“ La capacité du système à évoluer et à s'adapter est une donnée fondamentale dans le choix de la technologie ”

Autres articles

Achats et résultats financiers
Les achats s’invitent aux présentations de résultats

Grands groupes
L’actualité des programmes de réductions de coûts

Achats de bus
La RATP fait tomber les frontières

Achats en ligne
Travail collaboratif et enchères, vainqueurs de l’e-achat au second tour

Les erreurs de l’e-procurement
Entre précipitation et manque de réflexion

E-procurement
Bouger les habitudes et manager le changement

Intranet achats
Air Liquide développe son espace public achats

E-procurement
Agilent Technologies passe en ligne

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Marc Petitqueux Directeur des achats, Ratier-Figeac

“ Les outils technologiques nous accompagnent dans notre stratégie ”

« Différents projets technologiques sont en cours au sein des achats de Ratier-Figeac. Nous utilisons avec certains fournisseurs le pack EDI tel qu’Airbus l’a établi. Mais la solution EDI pose un problème de maintenance et de coût pour les sociétés de taille moyenne. C’est pourquoi nous souhaitons faire appel à un prestataire spécialisé pour développer une solution HTML sécurisée. Pour développer ce projet, nous allons travailler avec un prestataire technique capable de nous fournir des outils d’e-sourcing. Nous ne nous orientons pas vers un grand éditeur de logiciels généraliste mais vers un éditeur qui connaisse parfaitement notre secteur d’activité. Autre avantage, cette solution d’e-sourcing nous permettra de mieux structurer en interne nos marchés achats. Nous serons donc plus productifs en interne et vis-à-vis de nos fournisseurs.
La solution retenue sera interfacée avec notre ERP. Nous n’envisageons pas de déployer les outils spécifiques de notre ERP en plus de notre solution e-sourcing. À notre sens, la première qualité d’un ERP est sa stabilité. C’est pourquoi nous ne souhaitons pas changer de version. L’interfaçage avec le SGDT (système de gestion des données techniques) est un point essentiel du projet. Les liens très étroits avec le SGDT permettent de suivre l’évolution des produits. Notre horizon est la fin de l’année 2003.
Nous nous sommes intéressés aux enchères électroniques en tant que filiale du groupe UTC. Le groupe compte 150 000 employés dans le monde pour un chiffre d’affaires de 26 milliards de dollars et possède donc un volume de négociation important pour les catégories génériques. Nous avons mené des expériences pilotes sur certaines catégories comme l’emballage ou les produits chimiques. Dans notre approche, nous distinguons les outils liés à la recherche de nouveaux marchés achats, aux enchères et à la passation de commandes.
Ces développements technologiques s’inscrivent dans les projets que nous menons aux achats. Nous repensons notre politique de make or buy pour acheter davantage de sous-ensembles. Cette évolution va renforcer le caractère stratégique des achats. D’autre part, nous comptons réduire de 35 % nos flux logistiques. Concrètement, nous demandons à nos fournisseurs de nous livrer dans une fenêtre de tir de plus en plus réduite, par exemple un délai de huit jours pour les meilleurs d’entre eux. Cette rationalisation de la chaîne logistique correspond aussi à une demande de nos donneurs d’ordres pour lesquels nous devons être capables de livrer les produits à un jour près. Cette évolution exige un travail en flux tendu de la part des différents acteurs de la chaîne logistique, à l’instar de l’automobile. De notre côté, nous devons être capables de fournir à nos fournisseurs des données fiables sur douze mois. En travaillant la chaîne logistique, nous déplaçons une partie de la pression sur nos fournisseurs ».

Ratier-Figeac en chiffres
Activité : équipementier et sous-traitant aéronautique
Chiffres d’affaires : 150 millions d’euros
Effectif : 1 050 personnes
Montant des achats de production
45 millions d’euros
Montant des achats hors production
15 millions d’euros
Effectif du service achats
20 personnes dont 15 acheteurs

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play