Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2002 N°91
Janvier 2002

Management

Dossier

Achats et fusions

Achats et qualité

Interviews

Jean-Claude Lefebvre, Solving International
“ Évaluer avec le fournisseur le coût de la prescription du client ”

David Weber, directeur des achats au sein de l’ACT Advanced Turbo, Garrett, groupe Honeywell
“ L’acheteur sera responsable de ses évaluations et de ses estimations, en particulier en cas de défaillance du fournisseur ”

Frédéric Nicaise, responsable qualité, délégation générale aux achats, Groupe Air France
“ Le service que les achats rendent aux clients internes sera aussi certifié ”

Points-clés

Achats et fusions
Les cinq points-clés

Achats et qualité
Les dix points-clés

Témoignages

Yasser Balawi, program purchasing manager VISTEON
« Rendre les fournisseurs responsables de la qualité et du processus de production »

Jamil Dhib, directeur technique SOTUFEM
« Le fabricant doit assurer la qualité des matériaux achetés »

Sylvain Lancigu, directeur de la qualité CAPELLE (Groupe Aluthea)
« La norme ISO 9000 incite à une meilleure organisation »

Autres articles

Achats et fusions
Les achats boostés par les fusions

À lire
Des fusions et des hommes, par Philippe Very

Vivendi Universal
Fusion tambour battant

Tribune
Comment les achats peuvent-ils intervenir dans les fusions ?

Achats et qualité
Vers l’intégration de la performance économique

Normes de certification

Achat de compteurs d’électricité
Travailler sur le prix des produits ou le coût des processus ?

L’ACT Advanced Turbo
Accélérer la mise sur le marché

Intelligence artificielle collaborative
Définir les conditions optimales à la qualité

6 Sigma

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Achats et qualité

Les dix points-clés

1 Distinguer les niveaux de qualité

La qualité s’analyse à trois niveaux. D’une part, les spécifications de qualité intrinsèques du produit ou du service acheté ; en deuxième lieu, la performance du fournisseur qui intègre le prix, l’absence de défaut, le respect des délais de livraison, un management clairement orienté vers la satisfaction du client et respectueux de normes environnementales et éthiques. Vient enfin la qualité globale du processus, de la définition du produit ou du service avec le client jusqu’à l’utilisation du produit livré. Cette démarche comprend aussi bien le processus de décision stratégique (choix des spécifications et des fournisseurs, planification, gestion des risques) que les différentes étapes de fabrication, de livraison et de contrôle.

2 Utiliser la certification pour sélectionner

Les certifications de systèmes de management de la qualité prouvent qu’un fournisseur possède un système d’assurance-qualité. Pour obtenir la certification, ce dernier a dû écrire les méthodes de l’entreprise et mettre en place des stratégies de réaction aux ruptures de qualité selon les exigences de la norme ISO 9000. Cette organisation a été ensuite auditée par un organisme de certification, lui-même accrédité. La certification peut aussi se faire par référence à d’autres normes, spécifiques à un secteur ou à une problématique de management (environnement, éthique ou sécurité).

3 Évaluer le management du fournisseur

La stratégie du fournisseur doit être orientée vers la satisfaction des besoins du client final. La nouvelle version de la norme ISO 9000 prévoit un audit approfondi des dirigeants, destiné à évaluer leur degré de prise en compte de la qualité dans leur management. Elle sera prouvée par la présence de dispositifs destinés à améliorer la compréhension du besoin du client et à le répercuter au sein de l’entreprise. Mais il sera aussi nécessaire de s’assurer que les dirigeants suivent une stratégie générale d’entreprise en adéquation avec celle du donneur d’ordres. L’objectif est d’éviter les ruptures d’approvisionnement, la communication de données confidentielles à des concurrents ou encore de s’assurer que le fournisseur est décidé à accompagner le développement de l’activité de son client.

4 Intégrer la qualité dans les contrats

Les contrats avec les fournisseurs doivent intégrer les exigences de qualité du donneur d’ordres : obligation de suivre un processus de certification, mise en place de systèmes de contrôle pour le respect des exigences de qualité, plan de progrès vers des objectifs tels que le zéro défaut, engagement à mener des actions d’amélioration du processus pour répondre aux exigences de qualité du client, présence de stratégies de réponse en cas de non-qualité identifiée par le client. Le contrat pourra aussi spécifier la méthode de mesure de la qualité avec les critères utilisés par le client : degré de couverture du besoin, logistique, qualité des produits ou services et système de qualité, technologie. Il comprendra de même les indicateurs à fournir par le sous-traitant : questionnaires et reporting de l’exécution des contrats.

5 Établir une organisation en projet

La principale préoccupation des acheteurs est d’obtenir de leurs fournisseurs un niveau de qualité en adéquation avec les attentes des clients. Pour ce faire, il est nécessaire d’intégrer les fournisseurs aux équipes de projet de l’entreprise. Ils pourront ainsi être en contact avec les exigences des clients du donneur d’ordres, apporter leur expertise au projet et éventuellement utiliser les mêmes outils de contrôle de la qualité que le donneur d’ordres et son client.

6 Inciter les fournisseurs au suivi qualité

Pour que la qualité finale produite par le donneur d’ordres soit au niveau de la demande des clients, les fournisseurs doivent eux-mêmes mettre en place des outils de contrôle de leur propre processus, en début, en cours ou en fin de fabrication, sur l’intégralité de la production ou sur un échantillon. Il s’agira d’outils d’analyse tridimensionnelle, de caméras, d’appareils de radioscopie, de spectrométrie ou encore de contrôle statistique de processus et de métrologie. Ils pourront être complétés par des outils de gestion du coût de la qualité et de la non-qualité ou de gestion des risques.

7 Contrôler la prestation des fournisseurs

Pour le contrôle et le suivi des prestations, l’acheteur dispose de plusieurs outils. L’audit permet l’évaluation avant et en cours de contrat. Il peut être réalisé par l’acheteur ou par un service de suivi de la performance des fournisseurs. Pour les achats de composants de production plus spécifiquement, l’acheteur peut utiliser des outils de contrôle de la performance du processus du fournisseur, tels que la méthode Six Sigma ou l’intelligence artificielle collaborative.

8 Suivre la qualité en interne

D’une part, le donneur d’ordres peut avoir mis lui-même en place un système de management de la qualité, par exemple un outil transversal comme le PEP (Product Excellence Planning). Ceci garantira le respect des étapes essentielles à l’obtention de la qualité, comme l’évaluation complète des fournisseurs ou la gestion des risques, et permettra le pilotage de la qualité par la direction générale. D’autre part, les acheteurs pourront, à l’aide d’un extranet, recueillir les avis des clients internes sur les prestations des sous-traitants et les informer des actions entreprises pour en améliorer la qualité.

9 Intégrer l’environnement et l’éthique

Le management environnemental (gestion des déchets, consommation d’énergie et de matières, emballages, utilisation de matières dangereuses) est certifié par la norme ISO 14000 et, depuis le début de l’année, la norme ISO 19011. Le management respectueux de normes d’éthique et de sécurité est certifié par les normes SA 8000 et OHSAS 18001. Le donneur d’ordres peut aussi avoir adopté une charte éthique et sociale qui spécifiera les obligations des fournisseurs. Ces spécifications, intégrées aux contrats, font l’objet de contrôles et de visites.

10 Allier qualité et réduction des coûts

La remise en cause des spécifications de qualité des produits et services peut permettre deux types d’améliorations de la performance économique du donneur d’ordres. Tout d’abord, les produits peuvent être reconçus en utilisant des matières premières moins onéreuses, sans diminution de la qualité finale perçue par le client (redesign to cost). Ensuite, des dysfonctionnements dans les processus, arrêts et retards de production, doivent être évités en achetant des qualités d’emballage ou de composants plus élevées et plus résistantes.

Publié le 09/10/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play