Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2002 N°94
Avril 2002

Management

Dossier

Achats et résultats financiers

Achats en ligne

Interviews

Alain Darney, directeur des achats, Groupe SNPE
“ Donner la responsabilité maximale aux unités opérationnelles ”

Christine Bénard, vice-présidente achats groupe, Valeo
“ D’une logique de négociation par les achats à une logique de management de la relation fournisseurs par l’entreprise ”

Jean-Guy Laujin, responsable du projet e-business,Renault VI, Groupe Volvo
“ Accélérer et optimiser le processus de sourcing stratégique avec les nouvelles technologies ”

Jean-Pascal de Casanove, responsable du projet e-procurement, Pechiney
“ La qualité du business plan et son objectivité conditionnent la réussite d’un projet ”

Jean-Louis Robin,chef de projet e-procurement,Aventis
“ L’outil permettra aux utilisateurs de respecter sans effort les procédures achats ”

Bruno de Larminat,en charge du projet e-procurement, Italcementi-Ciments français
“ Maîtriser en interne le processus électronique,le plus en amont possible de l’enchère ”

Rémi Mialet, directeur des achats groupe, Saint-Gobain
“ L’e-procurement est un outil pour le sourcing stratégique et la globalisation des achats ”

Catherine Cauwet, directrice des achats, Nestlé France
“ La crédibilité auprès des fournisseurs reste un enjeu majeur pour atteindre nos objectifs ”

Patrick Le Laouenan,directeur des achats, Sanofi-Synthélabo
“ Nous n’avons pas attendu les places de marché pour mettre en place des processus achats efficaces ”

Points-clés

Achats et résultats financiers
Les cinq points-clés

Achats en ligne
Les dix points-clés

Témoignages

Marc Petitqueux Directeur des achats, Ratier-Figeac
“ Les outils technologiques nous accompagnent dans notre stratégie ”

Serge Vanborre Chef de projets informatiques achats
“ La capacité du système à évoluer et à s'adapter est une donnée fondamentale dans le choix de la technologie ”

Autres articles

Achats et résultats financiers
Les achats s’invitent aux présentations de résultats

Grands groupes
L’actualité des programmes de réductions de coûts

Achats de bus
La RATP fait tomber les frontières

Achats en ligne
Travail collaboratif et enchères, vainqueurs de l’e-achat au second tour

Les erreurs de l’e-procurement
Entre précipitation et manque de réflexion

E-procurement
Bouger les habitudes et manager le changement

Intranet achats
Air Liquide développe son espace public achats

E-procurement
Agilent Technologies passe en ligne

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Achats de bus

La RATP fait tomber les frontières

L’appel d’offres mené par la RATP pour l’attribution des marchés de bus pour les années 2002 à 2004 consacre l’internationalisation des achats. Renault a remis l’offre la plus avantageuse pour des lots d’un total de 536 bus, avec une option sur 190 unités supplémentaires. Le constructeur allemand Man a décroché un marché de 100 bus standard et 80 en option. Scania a remporté le lot de quinze unités pour les Orlybus. La mise en concurrence des constructeurs a permis à la RATP de faire une économie de 3,5 % par rapport au marché précédent. « Pour que l’ouverture soit réelle, nous avons dû motiver les fournisseurs. C’est un signal fort que nous avons envoyé aux constructeurs européens et à tous nos fournisseurs. Aujourd’hui, l’ouverture européen-ne de la RATP est active », précise Francis Lefebvre, directeur du département achats et logistique.
La RATP a ouvert progressivement son panel fournisseurs pour donner plus de place à la concurrence. Jusqu’ici, l’ouverture du panel était surtout administrative, pour respecter la lettre du Code des marchés, mais n’impliquait pas une réelle mise en concurrence des acteurs. Le premier changement a lieu en 2001, quand la RATP a acheté 70 bus autoroutiers à Evobus, filiale de Mercedes. Cette première ouverture à un constructeur européen a été socialement facilitée par l’existence d’une chaîne de montage Evobus en France.
Pour conduire ses appels d’offres, la RATP a raisonné en termes de coût de possession et de fonctionnement. La régie a introduit une clause sur la consommation de gazole dans le cahier des charges. Sur une durée de douze ans, le coût de la consommation de carburant est égal au coût d’achat d’un véhicule.
L’ouverture du panel fournisseur concrétise la mise en place d’un service achats par la RATP menée depuis cinq ans. Il compte aujourd’hui 150 personnes et gère un volume de plus d’un milliard d’euros.

La RATP en chiffres
Montant des dépenses d’achat (2000) 1,15 milliard d’euros
Effectif : 40 000 agents
Effectif aux achats : 150 acheteurs
Sécurité sur internet
Une norme mondiale est en route
World Wide Web Consortium (W3C), Citigroup, Motorola, Sun Microsystems ou Verisign entre autres, se sont mis d'accord sur une technique plus souple de vérification des signatures électroniques apposées sur les documents circulant sur le net. Selon W3C, la norme XML-Signature Syntax and Processing peut désormais être intégrée dans les nouveaux produits et services des éditeurs de logiciels. Microsoft l’a d’ailleurs incluse dans sa nouvelle plate-forme technologique Visual Studio, un ensemble d'outils permettant de créer de nouvelles applications web en exploitant les données en format XML. Le standard adopté permet à la signature de n'être reliée qu'à certaines parties des documents, contenant uniquement les informations en possession de l'utilisateur au moment où il signe, précisent les partisans de la XML Signature, alors que jusqu’ici la plupart des logiciels de signature considéraient un document comme une entité indivisible. Cette différence de conception est très importante pour les documents électroniques passant de main en main. Ce standard évitera qu’une information soit modifiée ou complétée avant réexpédition, tout en conservant une apparente authenticité du fait de la signature. Cette nouvelle norme peut être utilisée pour valider des textes, mais aussi des images et des graphiques dans différents formats de compression tels que « bitmap » ou « jpeg ». De plus, XML Signature fonctionne avec le langage de programmation XML, ce qui devrait faciliter son adoption par les concepteurs de logiciels, qui ont tendance à délaisser le format HTML.

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play