Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2002 N°94
Avril 2002

Management

Dossier

Achats et résultats financiers

Achats en ligne

Interviews

Alain Darney, directeur des achats, Groupe SNPE
“ Donner la responsabilité maximale aux unités opérationnelles ”

Christine Bénard, vice-présidente achats groupe, Valeo
“ D’une logique de négociation par les achats à une logique de management de la relation fournisseurs par l’entreprise ”

Jean-Guy Laujin, responsable du projet e-business,Renault VI, Groupe Volvo
“ Accélérer et optimiser le processus de sourcing stratégique avec les nouvelles technologies ”

Jean-Pascal de Casanove, responsable du projet e-procurement, Pechiney
“ La qualité du business plan et son objectivité conditionnent la réussite d’un projet ”

Jean-Louis Robin,chef de projet e-procurement,Aventis
“ L’outil permettra aux utilisateurs de respecter sans effort les procédures achats ”

Bruno de Larminat,en charge du projet e-procurement, Italcementi-Ciments français
“ Maîtriser en interne le processus électronique,le plus en amont possible de l’enchère ”

Rémi Mialet, directeur des achats groupe, Saint-Gobain
“ L’e-procurement est un outil pour le sourcing stratégique et la globalisation des achats ”

Catherine Cauwet, directrice des achats, Nestlé France
“ La crédibilité auprès des fournisseurs reste un enjeu majeur pour atteindre nos objectifs ”

Patrick Le Laouenan,directeur des achats, Sanofi-Synthélabo
“ Nous n’avons pas attendu les places de marché pour mettre en place des processus achats efficaces ”

Points-clés

Achats et résultats financiers
Les cinq points-clés

Achats en ligne
Les dix points-clés

Témoignages

Marc Petitqueux Directeur des achats, Ratier-Figeac
“ Les outils technologiques nous accompagnent dans notre stratégie ”

Serge Vanborre Chef de projets informatiques achats
“ La capacité du système à évoluer et à s'adapter est une donnée fondamentale dans le choix de la technologie ”

Autres articles

Achats et résultats financiers
Les achats s’invitent aux présentations de résultats

Grands groupes
L’actualité des programmes de réductions de coûts

Achats de bus
La RATP fait tomber les frontières

Achats en ligne
Travail collaboratif et enchères, vainqueurs de l’e-achat au second tour

Les erreurs de l’e-procurement
Entre précipitation et manque de réflexion

E-procurement
Bouger les habitudes et manager le changement

Intranet achats
Air Liquide développe son espace public achats

E-procurement
Agilent Technologies passe en ligne

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Alain Darney, directeur des achats, Groupe SNPE

“ Donner la responsabilité maximale aux unités opérationnelles ”

Spécialiste des matériaux énergétiques et des sciences de la vie, le groupe SNPE réalise annuellement 500 millions d’euros d’achats d’exploitation pour un chiffre d’affaires de 820 millions d’euros. Organisé en unités opérationnelles décentralisées, avec un périmètre en constante évolution, SNPE noue également des alliances stratégiques avec des partenaires tel Snecma. Quel management des achats et quels outils répondent à cette organisation ? Alain Darney, directeur des achats de la SNPE, avance des éléments d’explication.

Comment sont organisés les achats au sein de SNPE ?
Pour comprendre notre organisation achats, il est nécessaire de comprendre celle de notre groupe. Historiquement, le groupe SNPE est présent dans le domaine des matériaux énergétiques. Ceci recouvre notamment les pou-dres et explosifs à usage militaire ou civil et la propulsion solide pour missiles et lanceurs spatiaux. Depuis sa création en 1971, SNPE s'est diversifiée dans la chimie fine à destination notamment des marchés de l'agrochimie et de la pharmacie. La chimie représente maintenant plus de 60 % de notre chiffre d'affaires. Les activités du groupe sont donc diverses. Elles sont de plus en plus internationales et très évolutives dans le sens où le périmètre du groupe n'est pas figé. Cette diversité nous a conduits à optimiser la gestion de nos activités dans le cadre d'unités opérationnelles tournées vers leurs marchés. La philosophie du groupe consiste à donner la responsabilité maximale aux unités opérationnelles. La démarche est identique pour les achats où les responsabilités sont décentralisées. Cette dé-centralisation présente deux avantages ma-jeurs. D'abord, elle correspond à la diversité et à l'organisation du groupe. De plus, elle permet d'intégrer les acheteurs au sein des équipes pour lesquelles ils travaillent.
Quel est le rôle de la direction des achats groupe ?
Avec cette décentralisation, il existe un risque de perte du bénéfice du volume et donc d'affaiblissement de notre pouvoir de négociation. C'est à ce niveau qu'intervient la direction des achats groupe dont la responsabilité consiste à développer le travail en réseau pour permettre l'exploitation en commun de certains portefeuilles. Une quarantaine de segments d'achats transversaux a été identifiée. Nous nous sommes fixé deux objectifs au sein de la direction des achats groupe. Le premier consiste à renforcer le professionnalisme des acheteurs. Nous sommes aujourd'hui au milieu du gué. Notre second objectif relève de la maîtrise du portefeuille achats. Nous demandons aux responsables achats de chaque entité de gestion de nous restituer des informations précises et suffisantes sur le portefeuille qu'ils gèrent : nature des achats, volume, fournisseurs… Des orientations sont données pour permettre une exploitation des données au niveau du groupe.
Utilisez-vous des outils spécialisés pour maîtriser ces données ?
Les acheteurs travaillent avec les services de gestion-comptabilité et utilisent des outils similaires, notamment les extractions comptables de nos progiciels de gestion Qualiac, Adonix, SAP. Ces ERP disposent de fonctionnalités achats. La cohérence avec les données comptables est un aspect fondamental de notre démarche. Nos activités évoluent tellement vite qu'il serait coûteux, voire illusoire, de déployer un logiciel unique pour gérer nos achats. Notre périmètre évolue constamment à travers des prises de participation ou des alliances. Nous allons par exemple mettre en commun, avec Snecma, une partie de nos activités sur les matériaux énergétiques. D'autre part, nous considérons que le niveau de précision obtenu à partir des données comptables est opératoire et cadre avec notre politique d'achats décentralisée. Les opérationnels doivent savoir ce qui est acheté au niveau local. Comme il n'existe pas de codification unique pour un même produit au sein du groupe, nous travaillons à ce que les informations soient présentées de manière cohérente. Nous identifions par exemple les matières premières, les emballages, les dépenses d'énergie et de fluide à partir des principaux postes de dépenses exprimées dans les documents comptables.
Quelle est votre approche de l'e-procurement ?
Nous estimons que l'e-procurement est une problématique d'approvisionnement, ce qui est d'ailleurs l'étymologie exacte du terme. Aussi intéressant qu'il soit, l'e-procurement n'est pas au cœur de notre réflexion achats qui se situe en amont. En ce qui concerne les outils présents sur le marché, nous raisonnons en termes de fonctionnalités. Ainsi, par exemple, l'accès à des bases de données en ligne, telles que Kompass ou Dun & Bradstreet, nous permet de bénéficier de données utiles dans le cadre de la recherche de fournisseurs. Nous avons utilisé ChemConnect, la place de marché dédiée à la chimie, et d'autres prestataires spécialisés comme DoubleTrade ou Buying-Partner mais notre démarche est à ce jour expérimentale.

Le Groupe SNPE en bref
Chiffre d'affaires : 820 millions d'euros
Effectif : 5 400 personnes
Montant des achats : 500 millions d'euros (achats d'exploitation) et environ 100 millions d'euros d’investissements
Portefeuille achats :
• matières premières (50 %)
• équipement de production (25 %)
• autres dépenses liées à la production (12 %)
• achats généraux (12 %)
Portrait
Alain Darney (57 ans, Polytechnique) est directeur des achats du groupe SNPE depuis 1999. Il a exercé des responsabilités en R & D, en qualité et production, puis de direction d’établissement dans la plupart des activités du groupe SNPE (matériaux énergétiques et chimie fine).

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play