Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2002 N°91
Janvier 2002

Publié le 17/09/2004 - Par la rédaction

Acier - en baisse

Acier

Les prix sont dans leurs plus bas depuis près de vingt ans et la situation des sidérurgistes américains est devenue critique. On compte 25 dépôts de bilan sur les trois dernières années dont des majeurs comme Bethlehem Steel et LTV. Malgré tout, la production américaine est en hausse de 4,2 % à 101,5 millions de tonnes.
Après la fusion Usinor, Arbed et Aceralia, le secteur de l’acier est toujours pénalisé par sa très faible concentration qui empêche quasiment toute réduction de production concertée. La nouvelle entité, Newco, estime se trouver dans une situation de surproduction qui devrait aller en s’amplifiant et envisagerait la fermeture de certaines unités. Les mesures antidumping des États-Unis accroissent le risque de voir déferler sur l’Europe des produits à bas prix, notamment de Chine et de Russie.
Suite à son enquête sur les préjudices subis par les sidérurgistes américains en raison d'importations d'acier à bas prix, la Commission américaine du commerce international (USITC) a proposé à l'administration d'imposer des tarifs douaniers de 20 % sur les aciers laminés plats. Le taux se-raient de 20 % la première année et puis diminuerait de 3 % chaque année pendant trois ans. Selon ses recommandations, des droits se-raient aussi imposés aux laminés longs et aux tubes d'aciers inoxydables. Un taux de 10 % frapperait les fils d'acier et un taux de 13 % les ferrures. Le président Bush aura jusqu'en février pour prendre une décision définitive.
Selon l’International Iron and Steel Institute (IISI), la capacité de production mondiale annualisée était en 2001 de 1,068 million de tonnes pour une production effective de 830 millions de tonnes, soit un taux d’utilisation de seulement 77,7 % des capacités. L’offre n’en aurait pas moins été excédentaire, puisque la demande se serait limitée à quelque 722 millions de tonnes. Actuellement, la surcapacité potentielle ressortirait donc à 48 % contre 45 % un an plus tôt. Les surcapacités seraient de 40 % pour l’Union européenne, de 23 % pour l’Amérique du Nord et de 37 % pour l’Asie. Elles atteindraient 350 % pour la Russie avec un taux d’utilisation de 71 %.
Comme la reprise économique ne peut qu’être lente, la plupart des producteurs envisagent un net tassement de leurs résultats et ne tablent pas sur une reprise des prix dans les premiers mois de l’année.

> Voir les archives

Publié le 17/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play