Publicité

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Acier - en stagnation

Acier

Sous la pression des sidérurgistes américains, le président Bush a imposé des droits de douane pouvant atteindre 30 % sur une gamme d'acier d'importation pour une durée de trois ans, afin de soutenir la sidérurgie américaine. Ces droits vont de 8,0 % à 30 %. Les tôles d'acier, les aciers laminés à chaud et à froid, les aciers pré-laqués et étamés seront imposés à 30 %. Le Canada, le Mexique, ainsi que les pays en développement dont les exportations d'acier vers les États-Unis sont inférieures à 3,0 % du total de chaque ligne de produits, sont exemptés de ces mesures. En revanche, parmi les pays touchés figurent l'Allemagne, l'Australie, le Brésil, la Chine, la Corée du Sud, la France, le Japon, les Pays-Bas, la Russie et la Turquie. Dans le cas du Brésil, 85 % à 90 % des exportations d'acier de ce pays vers les États-Unis pourraient ne pas être concernées. L'Union européenne a immédiatement condamné la mesure et va porter plainte devant l'OMC, tout en examinant dès maintenant d’éventuelles mesures de rétorsion. L’UE sera très probablement suivie par le Japon.
Une étude de la Deutsche Bank estime la production globale d’acier à 817,6 millions de t pour une consommation de l’ordre de 741 millions de t. Pour 2003, elle évalue les volumes à 841,2 millions de t et 763,2 millions de t respectivement. Ces chiffres, marquant un fort écart entre offre et demande, devraient, entre autres conséquences, accélérer les concentrations, ce qui, toujours selon cette étude, devrait permettre un rebond des prix dès cette année. Thyssen Krupp ne prévoit pas de retournement de la conjoncture mondiale avant le second semestre 2002 et insiste sur le fait que les aciers plats souffrent d'une baisse des prix et de problèmes de surcapacité.


> Voir les archives

Publié le 16/09/2004 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play