Publicité

Industries Performance

Actualité

Publié le 18/01/2013 - Par la rédaction

Ferroviaire : une filière en ordre de marche

Sur le modèle de leurs homologues de l’automobile et de l’aéronautique, les différents acteurs du ferroviaire français se structurent en véritable filière.

Au sein du Fonds stratégique d’investissement (FSI), l’industrie du chemin de fer dispose désormais d’un fonds dédié de 40 millions d’euros. Annoncé par l’ancien président de la République en septembre 2011, le Fonds de modernisation des entreprises ferroviaires (FMEF) vient (enfin) de se concrétiser avec la signature des quatre partenaires du FSI : Alstom, Bombardier, RATP et SNCF. A l’image du FMEA (Fonds de modernisation des équipementiers automobiles), le FMEF prendra des participations minoritaires et durables dans des sociétés « performantes, à potentiel de croissance et porteuses de compétitivité pour la filière ferroviaire ». Il vise à stimuler la consolidation du secteur par l’émergence d’entreprises de taille intermédiaire, capables d’innover et de se développer à l’international. Pour le moment, aucun investissement n’a été annoncé, mais plusieurs dossiers devraient être finalisés en 2013.

Depuis l’automne 2012, « Fer de France » réunit en outre le haut management des principaux acteurs de la filière : industriels, opérateurs, gestionnaires d’infrastructures et autorités organisatrices. Créé dans la foulée des Assises nationales du ferroviaire (septembre-décembre 2011), cet organisme est présidé par le PDG du groupe Alstom, Patrick Kron. Il a principalement vocation à défendre la bannière tricolore du ferroviaire à l’export, notamment en développant des actions et des offres communes associant technologies et gestion de réseaux. Par le passé, les acteurs français se sont présentés trop souvent en ordre dispersé sur les marchés étrangers, tandis que leurs concurrents allemands, japonais, coréens ou espagnols restaient unis.

Par ailleurs, la Fédération des industries ferroviaires (Fif) va favoriser les synergies entre les clusters du secteur, en particulier sur les projets R&D, la formation et les relations avec les donneurs d’ordres. « Nous avons identifiés quatre clusters prometteurs : l’association des industries ferroviaires du Nord-Pas de Calais, Mecateam en Bourgogne, Neopolia en Pays de la Loire et MipyRail Innovation en Midi-Pyrénées. D’autres se développent en Auvergne, en Alsace et à Belfort. Nous souhaitons les aider à grandir, soutenir la création de nouvelles structures et attirer de nouvelles PME dans le secteur, notamment celles de l’automobile », précise le délégué général de la Fif, Jean-Pierre Audoux.

Publié le 18/01/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play