Publicité

Publié le 10/10/2014 - Par la rédaction

Continental Automotive : un équipementier assume son rôle de leader de filière

Continental Automotive France vient de conclure un accord avec l’entité régionale Midi-Pyrénées de la Plate-forme de l’automobile (PFA) pour une action collective en faveur de la montée en compétence de ses fournisseurs locaux.

Pour le lancement de cette opération, le 3 juillet dernier, 45 entreprises sur les 56 fournisseurs sélectionnés par Continental Automotive France sont venues manifester leur intérêt. S’ils acceptent la proposition lancée par leur donneur d’ordres et portée par Automotech Cluster, émanation de la PFA en région Midi-Pyrénées, ces fournisseurs s’engageront dans des plans de progrès d’un an en moyenne, accompagnés par un consultant pris en charge financièrement à 50 % par des partenaires publics. Plus de la moitié d’entre eux a déjà donné son accord pour travailler sur l’un des quatre axes d’amélioration proposés : supply chain, international, lean et innovation.

Si Continental Automotive France a impulsé ce mouvement collectif, son président, Antoine Jouin, se refuse pourtant à fixer des objectifs précis sur chacun de ces quatre domaines. En effet, pour lui l’enjeu dépasse largement tel ou tel indicateur : « Notre objectif est que le réseau de nos fournisseurs français ne soit pas désavantagé. Nous sommes un groupe international dans une industrie automobile mondialisée et, pour des fournisseurs français, il est plus difficile d’avoir accès à l’échelon global que pour ceux de pays comme l’Allemagne ou la Chine, où les volumes produits sont plus conséquents. Nous constatons d’une part que le poids des fournisseurs français dans les achats de production du groupe a diminué et d’autre part que nous avons du mal à les emmener à l’international et à les faire reconnaitre dans le groupe comme fournisseurs préférentiels. Nous ne cherchons pas à fixer des objectifs d’amélioration, mais à montrer qu’ils sont capables de progresser. »

 

Plus du tiers des achats vers des fournisseurs français

Spécialisé dans les systèmes embarqués, l’équipementier allemand Continental Automotive est représenté par cinq sites en France (sur 170 dans le monde), dont trois dans la région Midi-Pyrénées, à Boussens, Foix et Toulouse où se situe le siège hexagonal de la division. Les deux autres sont à Rambouillet et Hambach. Cette division a enregistré en 2013 un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros soit près des deux tiers des revenus du groupe (33,3 milliards d’euros en 2013 et 23,5 milliards d’euros d’achats). Si le groupe ne communique pas le détail par pays de ses activités et encore moins celui de ses achats, Antoine Jouin, le président de Continental Automotive France précise cela dit que « 37 % des achats des sites français de Continental Automotive sont effectués auprès d’entreprises localisées en France. Sachant que les achats représentent entre 55 et 60 % du chiffre d’affaires, soit plusieurs centaine de millions d’euros en France. »

Sur certaines familles telles que l’électronique, qui représente une part importante des achats de production, la partie est déjà perdue. Ce n’est pas le cas en revanche pour d’autres éléments importants comme par exemple la mécanique. Les achats indirects restent le domaine où les fournisseurs français sont les plus représentés. La catégorie des fournisseurs préférentiels n’est cela dit par fermée aux fournisseurs français. D’autant que, sur un effectif achats de 70 personnes, Continental Automotive France comprend des acheteurs projets, des acheteurs sites et des acheteurs familles qui sont leader sur leur commodité pour l’ensemble du groupe.

 

Fiabilité, réactivité, agilité… proximité

C’est sur la base d’une reconnaissance déjà acquise au sein du groupe et de leur capacité à innover que les fournisseurs participant à cette opération ont été sélectionnés. Ils forment un éventail d’entreprises allant de la TPE à l’ETI. D’une manière générale, les fournisseurs français bénéficient dans le groupe d’une image plutôt positive grâce à leurs performances en termes de qualité et de respect des délais. En outrel’importance croissante accordée à la localisation des fournisseurs permet parfois de relativiser l’écart en termes de coûts. « L’automobile à de très grands volumes et une très faibles tolérance aux problèmes de qualité. Être à la hauteur de ces exigences signifie qu’il faut pouvoir intervenir avec le fournisseur dès qu’un problème se manifeste. Ce n’est pas possible lorsque l’on fonctionne avec des millions de pièces sur des bateaux ou en transit dans des containers. Plutôt que la notion de low cost, c’est la question de la localisation qui entre de plus en plus en ligne de compte dans le choix de nos fournisseurs », explique le responsable des achats de Continental Automotive France, Patrice Foulon.

Pour le président de Continental Automotive France, les fournisseurs français ont un autre atout à faire valoir : leur capacité de résilience. « Aujourd’hui, les fournisseurs qui ont surmonté la crise, comme c’est le cas des fournisseurs français avec lesquels nous travaillons, ont une certaine agilité et sont capables d’adapter leur structure et leur capacité de production pour pallier une baisse ou au contraire redémarrer très vite. C’est une force indéniable dans un monde en crise permanente. »

Ces questions de localisation et de réactivité sont d’ailleurs au cœur des problématiques achats du secteur aéronautique et Antoine Jouin assume pleinement cette influence régionale. « Basés à Toulouse, nous sommes très proches de la filière aéronautique », revendique-t-il. A l’occasion de la journée du 3 juillet, des entreprises du secteur aéronautique également fournisseurs du secteur automobile sont en effet venues évoquer des initiatives comparables portées par le Gifas, dont le président à également pris la parole.

Publié le 10/10/2014 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play