Publicité

Etude

Actualité

Publié le 17/10/2021 - Par la rédaction

Voyages d’affaires : le dernier Baromètre EPSA-IFTM prédit une reprise progressive.

Particulièrement éprouvé par la crise Covid avec une chute de 70% de son activité, le secteur du voyage d’affaires retrouverait en 2021 près de 50% du niveau de dépenses de 2019, 60% fin 2022. Ces prédictions ont été présentées lors du dernier salon Top Resa (du 5 au 8 octobre). Elles révèlent aussi l’état d’esprit des entreprises et de leurs collaborateurs. La mise en place d’un pass sanitaire européen et la fin progressive des restrictions vont réveiller les envies de déplacement…

Il y aura quand même un avant et un après Covid pour le voyage d’affaires. Au-delà des prévisions d’activité, même si les dépenses des entreprises reprennent progressivement, il semblerait que la question des déplacements fasse l’objet de nouveaux arbitrages. A terme, les auteurs de l’étude estiment entre 20 et 30% « la part des déplacements qui devraient disparaître du fait des outils digitaux, des nouvelles habitudes et des considérations RSE. » Ce qui est qualifié ici comme une forme de rééquilibrage répond autant à des enjeux économiques qu’écologiques. La maitrise de leur empreinte carbone s’avère en effet un enjeu prioritaire pour 37% des entreprises, soit une hausse de 25 points par rapport à 2019 et de nouveau une progression de 9 points par rapport à 2020.

L’envie est toujours là

Nous assisterions donc à une profonde transformation du voyage d’affaires. De leur côté, même s’ils devaient prendre de nouvelles habitudes, les voyageurs semblent avoir toujours avoir un avis favorable quant au choix de se déplacer. Ainsi, pour les sondés, la plupart des déplacements se sont avérés décisifs pour 15%, plutôt productifs pour 57%. Ils sont tout de même 24% à les avoir jugés « plutôt inutiles » (une visioconférence aurait suffi) soi une hausse de 6 points par rapport à 2020. Depuis le déconfinement, 27% des sondés ont le droit de voyager uniquement en France et le font (17% ne le font pas) ; 19% ont le droit de voyager en France et à l’étranger et le font (tandis que 26% ne le font pas). Les déplacements hexagonaux paraissent privilégiés par rapport aux voyages internationaux, les restrictions imposées par différents pays expliquent sans doute cela. Intéressants aussi les modes de déplacement privilégiés : toujours en France, le train gagne du terrain avec 71% des choix (+5 points par rapport à 2020), suivi par l’avion (9%) et la voiture de location (12%). Seuls 8% des répondants optent plutôt pour une visioconférence.

Vient maintenant le déluge des bonnes intentions qu’expriment toujours un bon sondage. A la question de savoir si l’impact écologique des déplacements peut faire évoluer les voyages, 29% des répondants se révèlent prêts à voyager moins et à remplacer « massivement » les déplacements par des visioconférences, 32% garderaient le même rythme de voyage mais choisiraient les options les moins polluantes, 19% voyageraient moins souvent mais sur des périodes plus longues, 20% enfin ne changeraient rien. En gros, ils sont quand même 80% à vouloir faire d’autre choix. De quoi faire en effet réfléchir le marché quant à l’évolution des offres.

La vaccination rassure

Quant à ma crise sanitaire, elle semble en passe d’être résolu si l’on en juge par les positions de sondés : la vaccination (sous-entendu sans doute son succès), encourage 48% des répondants à reprendre leurs déplacements. Prudents quand même, 27% estiment que cela dépend bien sûr de la situation dans le pays de destination et pour 13% encore du mode de transport utilisé (Y aurait-il des différences selon le l’avion, le train ou la voiture ?). Enfin, 12% répondent négativement. Il n’y aurait pas d’antivax du côté des voyageurs. L’appel du large sera le fort ! De quoi rassurer les professionnels du voyage. Et si la reprise s’affichait plus forte que prévue ? Un bémol quand même : la crise de l’énergie qui va renchéri les coûts (Pétrole en hausse de 58% en 2021 pour une consommation mondiale de + 6,5%). Le prochain baromètre EPSA-IFTIM l’évoquera plus en détail à n’en pas douter.



Barometre EPSA_IFTM_Business Travel - Bilan 2021 et perspectives 2022

Publié le 17/10/2021 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play