Publicité

Publié le 31/03/2021 - Par Guillaume Trécan

Le Resah et l’Hôpital Foch s’unissent pour accompagner les fournisseurs innovants

Line Farah (Hôpital Foch) et Marin Chapelle (Resah) Line Farah (Hôpital Foch) et Marin Chapelle (Resah)

Le Resah (réseau des acheteurs hospitaliers) et l’hôpital Foch de Suresnes s’associent dans la création d’une Centre d’innovation des dispositifs médicaux destiné notamment à préparer les PME et TPE innovantes à affronter les affres de la commande publique.

Ce Centre d’innovation des dispositifs médicaux (CDIM) propose deux couches d’expertise aux innovateurs : côté Resah une offre de formation à l’approche des marchés publics et côté hôpital Foch, une expertise médico-économique pour faire mûrir leur solution. « Dans le tissu industriel des fabricants de dispositifs médicaux, plus de 93 % sont des TPE et PME qui n’ont pas toujours de service dédié à l’approche des marchés publics ou aux stratégies d'accès au marché », rappelle Line Farah, docteur en pharmacie et coordinatrice du CDIM au sein de l’Hôpital Foch. Une lacune qui se ressent côté Resah, fréquemment confronté à une incompréhension des règles de référencement d’une centrale d’achats publics. « Savoir comment répondre à un marché public n’est pas quelque chose d’aisé pour des entreprises créées par des médecins ou des ingénieurs qui n’ont pas forcément les connaissances en termes de marchés publics et de procédures », reconnaît Marin Chapelle, directeur de projet à la direction du développement du Resah, une entité créée en janvier 2021, qui coordonne toute la partie innovation du Resah, y compris le CDIM.


Des phases de test jusqu’à l’accès au marché

« Nous voulons proposer une offre d’accompagnement sur mesure, poursuit Line Farah. Cela peut être dans des phases de proof of concept, dans des phases de développement clinique, pour des entreprises qui ont effectué une première levée de fonds, ou dans les stades un peu plus tardifs, pour les entreprises qui ont déjà un produit et un marquage CE mais qui ont besoin d’être accompagnées dans une stratégie d’accès aux marchés, avec du conseil stratégique ou sur l’élaboration de modèles médico-économiques. »

Au sein de l’Hôpital Foch, une trentaine de personnes va collaborer au CDIM, chefs de projets, attachés de recherche clinique, techniciens de laboratoire, statisticiens, méthodologistes, membres de l’unité data... S’ajoutent à cela personnels soignants et pharmaciens qui travaillent déjà avec les acteurs des dispositifs médicaux. Détenu par la Fondation Foch, l’hôpital Foch est notamment reconnu pour son expertise dans des domaines telles que les transplantations, la chirurgie robotisée ou encore l’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’imagerie médicale.


Le catalogue de formation du Resah à l’appui

De son côté, le Resah s’appuiera sur une partie de son offre de formation, en particulier ses programmes, « Réglementation et pratiques des marchés publics », de niveau 1 et 2. Ces formations courtes, de respectivement 21 heures et 7 heures, sont conçues pour initier aux bases de la commande publique, permettre de maîtriser les différents types de procédures et comprendre leur implication dans la durée de vie du contrat. « Ces formations portant sur l’accès aux marchés publics, elles concerneront donc plutôt des entreprises dont le projet est mature et déjà à un stade proche de la commercialisation. Mais nous pouvons aussi mettre en relation des startups et des établissements pour organiser une phase de test et de codéveloppement », explique Marin Chapelle.

L’accompagnement des innovateurs vers la commande publique hospitalière est un sujet sur lequel le Resah multiplie les initiatives, puisqu’il va également lancer en septembre 2021 une formation co-construite avec HEC Paris, intitulée « Healthcare Impact », dont le but est d’aider les entrepreneurs à développer leur activité dans le domaine de la santé.

Le Resah et l’hôpital Foch, dont le directeur général, Jacques Léglise est membre du bureau et du conseil d’administration du Resah, n’en sont pas à leur première collaboration dans le domaine de l’innovation. « Nous avons participé ensemble au projet InDemand, un programme d’innovation par la demande en lien avec des financements européens, dans le cadre duquel nous avons co-créé avec l’hôpital Foch et la startup Semeia une app destinée aux patients dialysés greffés ou en attente de greffe », explique Marin Chapelle.

Publié le 31/03/2021 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play