Publicité

Conseil

Actualité

Publié le 20/05/2021 - Par Guillaume Trécan

Inverto, la filiale de conseil achats de BCG se déploie à Paris

Denis di Vito, Managing Director Denis di Vito, Managing Director

Le cabinet BCG vient d’officialiser la création à Paris d’une équipe d’une dizaine de consultants spécialisés dans le conseil achats rattachée à sa filiale Inverto, issue du rachat d’un pure player allemand du conseil achats en 2015.

Inverto représente aujourd’hui 250 personnes en Europe, sur sept pays : Allemagne, Danemark, Suède, Autriche, Grande Bretagne, France et Chine. Un huitième bureau est en cours d’ouverture aux Pays-Bas et des développements sont à attendre en Europe du Sud, à commencer par l’Italie. En France, une première phase de recrutements vient d’être bouclée qui va voir arriver une dizaine de consultants entre juin et septembre. « A terme, quand le modèle aura atteint sa première phase de croissance, nous devrons être une quarantaine de personnes », se projette Denis di Vito qui dirige le bureau parisien. Ce quadragénaire a rejoint le BCG en 2019 après huit ans au sein de la practice achats d’Oliver Wyman à Paris, dans le prolongement d’une carrière dédiée au conseil achats qui l’a vu successivement passer par Neoditel, Lowendal Masai et IBM. Au-dessus des managers par pays l’équipe de direction d’Inverto est aujourd’hui composée des trois fondateurs allemands du cabinet, Kiran Mazumdar, Frank Wierlemann et Markus Bergauer, que complète Thibault Pucken.


Une équipe dédiée orientée opérationnel

« Le BCG dispose déjà d’une expertise achats avec des consultants très expérimentés en Achats intégrés dans des équipes plus généralistes. Avec Inverto, l’idée est de constituer un bras armé complémentaire avec des consultants dédiés, des personnes capables d’aller plus loin que les phases de recommandation, en s’impliquant au côté du client dans la réalisation et la mise en œuvre d’actions impactantes », explique le patron du bureau parisien d’Inverto.

« En termes de go to market, nous sommes totalement intégrés au BCG » précise Denis di Vito, qui cite comme illustration deux projets majeurs en France en 2021 auxquels Inverto a participé. Le premier concerne un enjeu de retournement pour une enseigne de grande distribution, comprenant un volet achats important qui devait contribuer à remettre l’entreprise sur la voie de la profitabilité et générer du cash à court terme. L’autre concerne un groupe pharmaceutique conduisant une grande transformation digitale qui avait besoin de réduire ses coûts de legacy pour pouvoir libérer des moyens pour de nouveaux investissements.

En ce qui concerne la typologie de clients auxquels s’adresse le cabinet, Denis di Vito en identifie principalement trois : des sociétés du CAC 40, qui sont pour partie les clients historiques du BCG ; des clients de l’offre « BCG Turn », des entreprises qui ont besoin d’être redressées ; et des sociétés en portefeuille de private equity où le conseil achats est sollicité pour apporter des points de profitabilité supplémentaires qui se valorisent lorsque les fonds cèdent leur participation.


Prolonger l’esprit de frugalité lié à la crise

Si l’ouverture du bureau parisien était programmée de longue date, indépendamment du contexte, Denis di Vito reconnait que « la crise met sur le haut de l’agenda le sujet des achats et de la performance économique, de la capacité à délivrer des résultats avec des laps de temps raccourcis. » Pour autant, il n’entend pas se contenter d’actionner des leviers basiques et compte également sur un travail de fond sur la performance opérationnelle des fournisseurs, ou encore sur la gestion de la demande. « Pendant la crise Covid, les modes de fonctionnement des entreprises se sont transformés et une forme de frugalité s’est installée dans certains domaines : les espaces de bureaux, les voyages d’affaires, les flottes d’entreprise… nous devons nous inspirer de cette période et de faire perdurer de nouveaux principes de gestion de la demande et de structure de la base de coût », explique-t-il.

Parmi les orientations à venir d’Inverto, il identifie également une montée en puissance des sujets de réduction de l’impact environnemental d’une part et de sécurisation des chaines d’approvisionnement d’autre part. « Je ne serais pas surpris que dans un avenir proche le succès de nos missions soit évalué, en plus de la performance économique, sur des critères environnementaux ou des critères d’évitement de ruptures d’approvisionnement. Le modèle Inverto est bien conçu pour accompagner les clients dans cette direction », anticipe le patron du bureau parisien d’Inverto.

CP BCG Inverto Paris

Publié le 20/05/2021 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play