Publicité

Publié le 11/03/2021 - Par Guillaume Trécan

Heppner convertit la moitié de sa flotte au gaz

Christophe Comel, directeur des achats du groupe Heppner. Christophe Comel, directeur des achats du groupe Heppner.

Le groupe Heppner s’engage à ce que 50 % de ses véhicules roulent au gaz naturel comprimé d’ici à 2025. La direction des achats a déjà passé commande des premiers camions GNV en 2020 et a la lourde tâche d’optimiser économiquement ce choix imposé par une pression réglementaire croissante.

En neuf ans, le commissionnaire de transport routier indépendant Heppner a réduit de 12 % ses émissions de carbone, dans la foulée de la signature en 2010 de la charte « Objectif CO2 ». Un résultat rendu possible par une série d’actions de la direction des achats pour moderniser la flotte de camions et réduire les consommations de carburants. Heppner a notamment fait le choix de poids lourds norme Euro 5 EEV émettant 40 % de particules fines en moins et s’est doté de boîtiers de suivi de consommation et d’anomalies de conduite. La direction achats a également créé un poste d’animateur achats, dont le rôle est à la fois de suivre les consommations, de les analyser en accompagnant les opérationnels et d’acheter du carburant.

Pour passer à la vitesse supérieure, le groupe vient d’annoncer une nouvelle étape dans sa transition énergétique en annonçant son objectif de convertir 50 % de ses camions (hors sous-traitance transport) au gaz naturel pour véhicules (GNV). Cet effort de conversion vise en particulier à remplacer progressivement tous les véhicules Euro 5 EEV, sachant que plus de la moitié du parc d’Heppner est à la norme Euro 6.


41 % du parc fin 2021

Dès l’an dernier, la direction des achats a commandé 73 poids lourds au GNC (gaz naturel compressé). « Leur livraison s’échelonne jusqu’à la fin du premier semestre 2021, cinquante sont en exploitation actuellement. Une nouvelle commande va intervenir sur 2021, portant sur une quarantaine de véhicules. Ainsi, notre parc de véhicule roulant au gaz sera de plus de 110 véhicules fin 2021, soit 41 % », explique le directeur des achats, Christophe Comel.

Au-delà du choix de la motorisation, ces commandes représentent en elle-même une révolution au niveau des achats du groupe. « Nous avions jusqu’ici privilégié la location opérationnelle. Celle-ci ne permettant pas l’accès au dispositif de suramortissement mis en place pour l’achat de véhicule propre, nous avons été contraints de revoir notre modèle et d’opter pour le crédit-bail via notre partenaire financier BNP Paribas, tout en négociant des contrats de maintenance, assistance et relayage avec notre partenaire historique Fraikin. »


15 millions d’euros d’investissement

Le défi pour la direction des achats ne se limite pas à réussir cette transition de la location opérationnelle vers l’achat. Instiller de la performance économique dans la démarche s’annonce ainsi particulièrement ardu. « En termes de coûts, le programme que nous avons mis en place représente plus de 15 millions d’euros d’investissement. L’acquisition d’un camion roulant au gaz est aujourd’hui 30 % plus onéreux que son équivalent gasoil. Leur consommation est à peu près la même, mais nous faisons le pari que nous pourrons faire des économies sur le coût de l’énergie », anticipe Christophe Comel.

« Ce pari est loin d’être gagné du fait de la volatilité des prix du gaz et de l’atomisation des réseaux d’avitaillement, prévient-il. La priorité pour nous aujourd’hui étant plus le positionnement géographique des stations de gaz que le réseau auquel elles appartiennent. La gestion est plus complexe, lorsqu’une carte carburant permet l’accès à 40 % d’un réseau de plus de 10 000 stations-services, le réseau majeur des stations GNC représente 25 % des 144 stations en exploitation. Les axes de développement des réseaux gaz se portant actuellement sur le maillage et l’essor de la part du bio GNC, nous ne devrions pas connaître de solution consolidée à court terme. »

Pour assurer l’approvisionnement de ses camions roulant au GNC, la direction des achats travaille au côté de la direction des infrastructures pour développer des stations privatives. Une première devrait être opérationnelle en avril au Mans pour permettre aux chauffeurs d’Heppner et de ses sous-traitants de faire le plein. Quatre autres sont en projet pour répondre aux besoins imposés par les ZFE.


Une réglementation qui évolue à grande vitesse

Du côté réglementaire aussi le contexte demande à être clarifié. « Les contraintes réglementaires évoluent très vite, constate Christophe Comel. Si je prends l’exemple de la ZFE de Rouen, Le planning d’interdiction de circulation n’a été divulgué que récemment, les véhicules Crit’air 5 et 4 seront interdits dès le mois de juillet. » Quatre ZFE existent déjà – Paris, le Grand Paris, Lyon et Grenoble – et sept autres seront actives en 2021 : Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Pour Heppner, qui ne pourra plus faire rouler de véhicules au gazole à l’intérieur du périmètre de l’A86, la transition est donc une nécessité impérieuse.

Elle n’engage pas seulement ses achats, mais aussi ceux de ses sous-traitants. « Nous les accompagnons à différents niveaux. Le point le plus important c’est qu’ils aient un niveau d’information leur permettant de juger des contraintes réglementaires et des plannings associés. Ensuite dans un esprit partenarial, tous les tarifs négociés l’ont été pour eux aussi, que ce soit pour les véhicules ou pour le gaz », explique le directeur des achats d’Heppner. « C’est indispensable pour pérenniser la relation avec nos sous-traitants qui sont partie prenante dans cette transition », confie Christophe Comel qui ne cache pas que cette mission est devenue particulièrement ardue : « au-delà, la multiplication du nombre d’acteurs rend cette mission périlleuse. »



EN CHIFFRES

Chiffre d’affaires (2020) : 705 M d’€

Nombre de véhicules roulant pour Heppner : 888, dont 264 exploités en direct par l’entreprise et 77 % roulant pour des sous-traitants

Montant des achats (2020) : 100 M d’€ (hors achats transport)

Effectif achats : cinq personnes

Publié le 11/03/2021 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play