Publicité

Conjoncture

Actualité

Publié le 07/01/2022 - Par François-Charles Rebeix

Edito 100% web #18 : attention à l’overdose administrative qui guette les Achats !

A tous nos lecteurs, nous souhaitons une très bonne année 2022 ! En dépit des circonstances et de toutes les restrictions que nous subissons. Retour sur 2021, la première année de La Lettre des Achats 100% en ligne. La Covid a bouleversé nos rythmes. Du mensuel au quotidien ou presque, avec de nouveaux formats d’articles : des éditos, des comptes rendus d’événements et surtout beaucoup d’entretiens. Pour donner à lire ce qui ne pouvait être lu ailleurs. Le compte est bon ? A vous de juger.

Les écrits restent

La pandémie a balayé nos saisons, nos façons de travailler. Le variant omicron a remis en selle le télétravail. Ce sera désormais trois jours minimum obligatoires par semaine. A moins de 1 000 euros d’amende par poste éligible si les entreprises n’obtempèrent pas. Qui l’aurait cru, il y a deux ans, quand tout a commencé ? Nous n’en avons pas encore terminé avec cette vie à distance. La transformation digitale se fera donc à marche forcée… Les plateformes ont de beaux jours devant elles, et en même temps (cette antienne va-t-elle perdurer ?), les réunions en visio, les webinars, le distanciel plutôt que le présentiel, l’image plutôt que l’écrit. L’écrit a pourtant le mérite de tenir la distance quand la parole, faute d’être conservée,s’évapore dans le temps. Un texte se lit, se relit, se conserve alors qu’un événement en direct oblige et mobilise l’attention plus longtemps. Jusqu’ici, nous avons fait le pari de l’écrit. Un choix exclusif. Mais qui sait s’il sera définitif ?

Session de rattrapage

En attendant, en choisissant de vous raconter au fil de l’eau l’actualité des Achats, nous pensons vous faire économiser du temps. Nous synthétisons pour vous. Si vous le souhaitez, vous pouvez ici parcourir de nouveau l’année passée à travers nos éditos 100% web ou relire notre série d’entretiens avec des personnalités du monde des Achats. Vous y retrouverez nombre des thèmes qui traversent la fonction et au-delà, les entreprises. Pour être élargir encore plus le débat, nous avons aussi un faible pour notre sélection annuelle de livres. La rétrospective Livres Achats off 2021 a retenu pas moins de 14 ouvrages sur des thèmes très divers mais où dominent toujours l’économie, la géopolitique, l’innovation et la transition écologique.. Toujours à lire donc !

Pour clore ce rappel de 2021, nous aurions voulu aussi nous étendre sur ce qu’a communiqué récemment la Banque de France sur la santé de nos entreprises. Alors en résumé ici, Tout va bien ! L’analyse des comptes consolidés 2020 des grands groupes français (hors secteur financier) a mis en évidence leur capacité d’adaptation. Si en raison de la crise sanitaire qui a affecté leur activité et donc les chiffre d’affaires et la rentabilité, ils ont tout à la fois maîtrisé leurs dépenses et leur endettement financier, préservé leur niveau global d’investissement, diminué les distributions de dividendes et renforcé leur trésorerie ! Dommage que les délais de paiement des fournisseurs restent problématiques et que les conditions d’adressage des factures se dégradent avec la multiplication de ces portails dont l’usage s’avère très peu ergonomique pour ne pas dire pire. La Médiation se penchera-t-elle un jour sur un phénomène qui promet d’allonger un peu plus les délais de règlement ? A suivre… En attendant, les grandes entreprises requièrent toujours l’attention de nos dirigeants à en croire cette étude de l’Observatoire des multinationales. Au moment où la France préside pour six mois l’Union Européenne – et même si charité bien ordonnée commence par soi-même - ce rappel n’est pas inutile bien que Bercy multiplie aussi les initiatives comme ce colloque Stratégie Nation ETI pour nous convaincre que les plus petites entreprisse ne seront pas oubliées. Toujours à suivre…

Prédictions

De quoi sera fait 2022 ? Déjà, au 1er janvier, en application de l’article 8 du règlement Taxinomie (règlement UE 2020/852), les sociétés vont devoir publier « des indicateurs de durabilité ». Les entreprises qui emploient plus de 500 personnes et 40 millions d’euros de CA sont les premières concernées. L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) a publié les modalités de ce nouveau règlement délivrées le 21 juillet 2021 par la Commission Européenne. Ce reporting qui relie information financières et extra-financières a, en gros, six objectifs : deux climatiques (atténuation et adaptation au changement climatique) et quatre environnementaux (utilisation durable et la protection des ressources aquatiques et marines, la transition vers une économie circulaire, la prévention et le contrôle de la pollution, et la protection et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes). Avec une supply chain qui pèse pour 70% dans tout calcul d’impact carbone, les achats apparaissent en première ligne de ce nouvel enjeu. Les Achats et leurs fournisseurs. La barrière liée à la taille des entreprises sera sans doute vite franchie pour s’étendre aux plus petites… Natacha Tréhan (Management Stratégique des Achats, Université Grenoble Alpes), dans ses vœux présentés sur LinkedIn, a résumé les enjeux pour les Achats en huit points. L’enthousiasme de cette universitaire et chercheuse est manifeste. Mais tout de même, à bien lire, attention, l’horreur administrative guette les services Achats et avec eux, tout leur écosystème. Il leur faudra beaucoup de savoir-faire et d’à-propos pour concilier innovation, performance économique et performance environnementale ! A supposer aussi que les règes générales (COP 26 et suivantes) soient clairement exprimées…

Dans quel état d’esprit se trouvent précisément les Achats en ce début d’année ? Nous le saurons en début de semaine avec la sortie de la traditionnelle étude AgileBuyer-CNA Tendances et Priorités des Départements Achats (sous embargo jusqu’au mardi 11 janvier). L’édition 2022 est sous-titrée « Pénuries pour tous, boom de relocalisation(s) et moins de réduction des coûts ». Pour les deux premières acceptions, cela parait en effet bien dans l’air du temps. La troisième est plus surprenante sinon inquiétante. Sans doute le moins de réduction des coûts ne traduit-il pas une démarche volontaire des entreprises mais davantage une situation subie, dans la logique des pénuries constatées. Les fournisseurs n’ont donc pas fini de reprendre la main sur les donneurs d’ordres. Les précédentes études AgileBuyer-CNA le suggéraient déjà. Pas faciles les Achats ! Les promoteurs de l’étude annoncent près de 900 répondants. C’est loin du total d’adhérents revendiqué par le CNA (15 000) mais constitue quand même un échantillon solide (en hausse d’une année sur l’autre). Nous saurons bientôt tout. Encore quelques heures à attendre…

Mouvements

Autre événement à suivre : la prochaine conférence sur les achats d'Amazon Business « en Europe pour la première fois au printemps prochain », Baptisé Reshape, et destiné aux responsables achats des entreprises privés comme du secteur public, cet événement se tendra le 10 mars prochain en Europe donc mais aussi au Japon pour la première fois également. La veille, c’’est une deuxième édition de ce même événement qui se tiendra aux Etats-Unis. Toujours aussi offensif, Amazon poursuit son implantation avec méthode…

Les grands du SI Achats n’ont qu’à bien se tenir. Au fait, deux petits événements ont déchiré le ciel tranquille de cette rentrée de janvier. Esker (dématérialisation et gestion des factures fournisseurs) devrait prendre le contrôle de la société britannique Market Dojo (appel d’offres Achats). Les grands de la « demat » rachètent de petites structures très spécialisées pour compléter leur offre en amont. Suite logique. La finance commande… A l’inverse, Synertrade enregistre le départ de son directeur général, Gérard Dahan, moins de quatre mois après sa nomination en septembre. A peine arrivé, déjà reparti. De quoi se poser (à nouveau) des questions sur l’avenir de l’éditeur, même adossé au géant Econocom. Chronique d’une fin annoncée ? A suivre.


Publié le 07/01/2022 - Par François-Charles Rebeix

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play