Publicité

Conjoncture

Actualité

Publié le 29/11/2021 - Par François-Charles Rebeix

Edito 100% web #17 : Les Achats vont-ils céder le pas à la finance verte ?

Cette fin d’année précipite nombre d’événements Achats. Qui s’en plaindra malgré des agendas surchargés ? Cela fait autant d’opportunités de rencontres, d’échanges, en présentiel ou en distanciel. Toutes ces initiatives témoignent du dynamisme de la fonction Achats et des associations qui les portent (ACA, ADRA, CNA, etc.). Elles révèlent aussi quelques tendances fortes. Les Achats poursuivent leur évolution mais dans quel sens ? Rien d’exhaustif ni de définitif dans notre propos, seulement des impressions à partager malgré tout.

Aptitudes tout terrain

Que ce soient les Rencontres de l’ADRA (Association des Directeurs et Responsables Achats), les Universités des Achats du CNA (Conseil National des Achats) , les Plumes de l’Achat de l’ACA (Association Cesa Achats et Supply Chain du groupe HEC Paris) ou encore les Journées de l’Achat Hospitalier organisées par le Resah (centrale d’achat), tous ces événements nous racontent la même histoire : cette fois encore, crise oblige, celle de la Covid depuis 2020, les Achats reviennent de loin et sortent plutôt renforcés de l’épreuve traversée. Même si le bout du tunnel n’est pas encore en vue pour cause de 5e vague annoncée sans oublier cette nième mutation du virus baptisée omicron, les organisations Achats savent qu’elles ont fait montre de leurs aptitudes. Parmi celles-ci : savoir sourcer par temps de pénurie, réduire les engagements quand la production, faute de demande, doit être sinon stoppée au moins fortement réduite, rassurer les fournisseurs qui devront rebondir quand la consommation repartira, maintenir la veille sur les projets et les ressources qui vont avec, ne jamais renoncer à transformer outils et process, etc.

Evidemment, les Achats livrent toujours, crise après crise, le même constat optimiste de leur importance enfin visible et reconnue comme telle. Sauf vents contraires sous l’effet d’une reprise exponentielle de la Covid, toutes les entreprises savent de quoi sera faite leur feuille de route pour les prochains mois sinon années. Cela tient en trois volets : sécuriser leur supply chain (relocaliser/réindustrialiser), digitaliser l’amont et l’aval de leurs activités (nouveaux canaux de vente/nouvelles plateformes achat et toujours plus de données) et enfin, assurer la transition écologique de leurs activités (décarbonation accélérée de toute leur activité). Le chantier n’ira pas sans que les Achats y prennent une place essentielle. Mais ils ne seront pas seuls. Les aiguillons ne vont pas manquer…

Seuls au monde

C’est une petite phrase prononcée au cours de la matinée inaugurale des Universités des Achats (du 22 au 26 novembre) qui a retenu notre attention. Ce jour-là, trois tables-rondes s’enchaînaient (Compliance, Souveraineté, Enjeux de la décarbonation)Avant-après, des Cette année comme les années précédentes, les organisateurs ont pris soin de constituer un plateau de qualité avec des dirigeants d’entreprises (Bris Rocher, groupe Rocher ; Fabrice Lacour, Hexalean ; Benoit de Ruffray, Eiffage ; Laurent Bataille, Schneider Electric France), des personnalités politiques (Alexandra Dublanche, vice-présidente de la région Ile-de-France et Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’industrie) et des experts (Pierre-François Thaler, Ecovadis ; Olivier Lluansi, PwC ; Vincent Moulin Wright, France Industrie ; Natacha Tréhan, Université Grenoble Alpes). Seule la ministre de l’Industrie a eu droit à être interrogées seule sur le plateau TV. Seuls aussi les représentants Achats à ces tables-rondes : Jean-Luc Baras, directeur des Achats du groupe Eiffage, Président du CNA et Marc Sauvage, directeur général adjoint, en charge des achats, du juridique et de la transformation numérique. Un duo équilibré, le premier représentant le privé, le second, le secteur public. On ne présente plus l’animateur maison tant il est attaché à ces UDA depuis leur origine : Stéphane Soumier. Les questions glissaient habilement d’un invité à l’autre les deux thèmes essentiels de ces échanges (transition écologique et réindustrialisation).

Tout a été dit au cours de ces échanges sur le rôle prépondérants des achats dans les entreprises comme dans les collectivités. Ils sont en prise directe avec le business pour les premières ou gardiens du temple pour délivrer les meilleurs services dans des budgets contraints pour les secondes. L’anticipation des risques fait partie de leurs responsabilités, et parmi ces risques figurent désormais tous les éléments de la « durabilité » des engagements, qu’ils soient environnementaux, économiques ou sociaux. En même temps. Pas de hiérarchie dans les nécessités ou les urgences. L’impérieuse nécessité de maitriser les coûts demeure mais l’étau semble se desserrer quand tous les intervenants concèdent que la RSE peut coûter plus cher. A charge pour tous les intervenants de cette chaine vertueuse – du fournisseur au consommateur – de mieux valoriser ses choix ou ses priorités. Les achats, maîtres de cet arbitrage ? Ce ne serait pas faux de le présenter ainsi. Dans tous les cas, sourcing et innovation sont deux autres responsabilités également dévolues aux Achats.

Le tableau de cette prééminence des Achats était complet avec ce qui ressemblait à un exercice de repentance de l’administration française : trop de délocalisation dans le passé, trop d’industries sacrifiées, une course à la mondialisation qui a eu comme terrible effet de négliger la proximité, les territoires, etc. Mais les choses bougent… dans l’autre sens. Promis, L’industrie revient. Celle de demain. C’est vrai que les projets abondent. Beaucoup de dossiers encore en suspens. Sans doute. Nous verrons bien les promesses.

Une impression

Alors la petite phrase ? Celle qui tourne et retourne à l’heure de la synthèse… Une petite question innocente d’abord : qui sera mieux placé pour mesurer la contribution effective aux enjeux de la décarbonation ? Nous suggérons les directions RSE parce qu’elles sont désormais dans tous les organigrammes ? Les directions Achats et Supply Chain parce que le bilan carbone de toute entreprise dépend largement de celui de leurs fournisseurs (et avec une part croissante des Achats, que croyez-vous qu’il arrive..) ? Non ! La réponse a fusé : les finances ! Avec cette formule entendue ou plutôt retranscrite dans l’esprit ici : cela fait 2 000 ans et plus que les spécialistes du chiffre mesurent les résultats, les bons, les mauvais, de toute activité. Aucune raison de changer. Ils sauront trouver les bonnes mesures… Les Achats ne seront pas seuls. D’où vient ce curieux sentiment qu’ils se font voler la vedette ? A la fin. Quand ça compte vraiment. Mais ce n’est peut-être qu’une impression. Les UDA 2021 ont été un vrai succès avec près de 1 500 inscrits. En attendant l’année prochaine, le replay est à visionner ici !

Des chiffres, encore des chiffres

Deux études encore à signaler. D’abord le baromètre Ecovadis 2021 Achats Responsable (version complète à télécharger ici). Il a été rendu public fin septembre et sans doute largement diffusé. Trois chiffres pour le résumer : cette année, 63% des dirigeants Achats déclarent que les objectifs de développement durable constituent une priorité « très importante ». Ils n’étaient que 25% en 2019. Toutefois 48% seulement des fournisseurs interrogés en miroir estiment réellement engagées dans le développement durable les entreprises avec lesquelles ils travaillent. Ils n’étaient que 39% en 2019. Sans doute, la prise de conscience est-elle plus forte aujourd’hui…

Autre étude, celle d’Ivalua-Coleman Parkes (version compète à télécharger ici). L’éditeur de SI Achats prend position : seuls 24% des fournisseurs européens interrogés (France-Royaume Uni-Allemagne-Suisse) feraient l’objet d’évaluations régulières de leurs pratiques en faveur de la durabilité. Sous-entendu par leurs donneurs d’ordres. Qui auraient aussi tous les moyens possibles à leur disposition. Les fournisseurs sont aussi 69% à convenir que les acheteurs devraient davantage collaborer avec eux sur des initiatives de durabilité. Alors, on attend quoi ? Achats ou Finances, la règle n’est peut-être pas encore tranchée. A suivre…


Communiqué de presse - Baromètre Ecovadis 2021 Achats Responsables

Communiqué de presse - Etude Ivalua-Coleman Parkes - Sustainable Suppliers Report

Publié le 29/11/2021 - Par François-Charles Rebeix

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play