Publicité

Publié le 22/02/2021 - Par Patrick Chabannes

CHRONIQUE : 2021, du rififi dans les SI achats

Mutation du marché des SI Achats, valse d’acquisitions et de changement de postes, intensification de la transformation digitale, arrivée de l’intelligence artificielle, l’année 2021 présente les prémices d’évolutions passionnantes, dangereuses pour certains et pleine d’opportunités pour d’autres.

Passage d’un marché de la demande à un marché de l’offre

La brutale mutation du marché des SI Achats passé d’un marché de la demande soutenu il y a vingt ans par la création et la professionnalisation des Directions des Achats à un marché de l’offre généré par les contraintes règlementaires de facturation et de vigilance, par la transformation digitale des entreprises et l’arrivée de nouvelles technologies et de solutions verticalisées, condamne les éditeurs historiques de SI Achats à se réinventer ou à disparaître.

La Gestion des Fournisseurs : un marché de spécialistes ?

Commençons par les solutions de Gestion des Fournisseurs. Ce marché promis aux Plateformes S2P semble pouvoir leur échapper au profit des spécialistes. En témoignent la croissance du canadien Tealbook gavé d’IA depuis sa création et mené par la francophone Stephany Lapierre. Sa levée de fond A de 14,4 millions de dollars et ses partenariats récents, le choix de deux de nos grandes sociétés pharmaceutiques de gérer leurs risques fournisseurs avec Aravo et Hicx et la croissance de Axiscope, Orga Software et de CoBuy doivent attirer votre attention sur la dynamique particulière de ce marché.

Revue de détail des éditeurs en France

Ariba semble enfin bénéficier de son rachat par SAP malgré sa désolante politique de réseau fournisseur payant si peu facile à utiliser.

Solide leader, Basware continue d’innover dans sa spécialité, l’e-facturation et les réseaux fournisseurs sans convaincre sur les flux S2C et e-procurement.

Corcentric, après son rachat de Determine sort 100 millions de dollars pour acheter le réseau de paiement Vendorin renforçant une offre achat, finances et paiement qui, sous la conduite de Gérard Dahan et Xavier Pierre-Bez, devra trouver sa cible en Europe.

Coupa, fort de ses nombreuses acquisitions, étend son offre S2P avec la gestion de trésorerie de l’allemand Bellin et paye 1,5 milliard de dollars pour la startup Supply Chain Llamasoft. De l’intégration technologique à celle des ressources humaines en passant par les exigences financières, les challenges à relever sont nombreux pour le leader du pack.

Le géant de la démat Esker fait une entrée fracassante au Magic Quadrant P2P du Gartner vous obligeant à l’inviter aux RFP’s.

Ivalua continue en Europe sur les bases d’une excellente croissance, offrant au DG EMEA Franck Lheureux le poste envié de patron des ventes mondes (CRO). Nul doute que ce manager d’exception trouvera les clés de la croissance aux Etats-Unis malgré le retour du mythique fondateur, David, dans l’Hexagone. Gageons que sa politique de développement sur une seule plateforme technologique et l’investissement sur des verticaux comme le Manufacturing ou le PII soutiendront leurs ambitions avec une entrée en bourse en vue.

Jaggaer et son objet technologique non identifié issu du mariage de SCIQuest, Combinet, Pool4Tool et Bravo Solutions, proposé sous l’élégante appellation marketing Jaggaer One, peine encore à convaincre, malgré une direction renouvelée et le vent d’innovation insufflé par le francophile VP Product Management Amenallah Reghimi.

La croissance rapide du réseau Little big connection mené par Julien Clouet comme de celui de Malt témoigne de la vivacité du marché vertical des achats de prestations de service qui devrait ravir Opase et Oalia.

Oxalys avec l’arrivée de Cédric Guillouet et la récente levée de fonds de 3 millions d’euros, devrait se voir pousser des ailes.

Le succès continue de l’aventure de Per Angusta ravira les amoureux des Achats. La levée de fond et l’arrivée de Maurice Hamoir en France et de Jason Treida aux USA sont des garanties d’un futur sans nuage.

L’anglais Proactis (Perfect Commerce), semble avoir choisi une politique commerciale centrée sur les ETI avec l’une de ses acquisitions, eSize, et conservant ses autres solutions selon la demande de ses clients. Martial Girardin, sa figure historique a su gérer la transition en remettant les clés à Olivier Jung.

SynerTrade, l’absence de vision stratégique depuis l’annonce en 2018 de la décision de vente de la société par le PDG d’Econocom est sanctionnée par le départ d’Eberhard Aust le charismatique fondateur et celui en France de la très appréciée directrice générale Anne Tessier-Chênebeau. L’incertitude règne.

La jeune Silex, gavée d’IA, s’épanouit sous la conduite de Nicolas Bridey et Quentin Fournela.

Zycus, malgré la confiance de quelques clients en France, ne se décide toujours pas à investir réellement dans l’Hexagone et le départ du polyglotte Patrick Van Osta laissera un vide à la tête de l’Europe.

L’offre pléthorique et hétérogène oblige à suivre les bonnes pratiques achats : s’inscrire dans la stratégie du Comex, analyser ses besoins puis étudier le marché fournisseurs et prendre le temps de choisir son ou ses partenaires.


pchabannes@cyrenac.net

Publié le 22/02/2021 - Par Patrick Chabannes

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°300 - Janvier 2021

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play