Publicité

Publié le 04/02/2020 - Par la rédaction

Baromètre Obsar : les objectifs environnementaux montent en puissance

La 11e édition du baromètre de l’Observatoire des achats responsables révèlent un bond spectaculaire des objectifs des directions achats ne matière de réduction de l’empreinte carbone et d’économie circulaire. Mais attention, les freins à la mise en œuvre de ces objectifs n’ont jamais été aussi forts.

La cause du développement durable avance le pied sur le frein dans les entreprises et le secteur public si l’on en croit les résultats du Baromètre de l’Observatoire des achats responsables (Obsar) 2020. Et des freins au développement durable, les acheteurs en rencontrent de plus en plus. Le principal, cité à présent par plus de la moitié du panel de l’Obsar, les sempiternelles objectifs contradictoires, crève le plafond, passé en trois éditions de cette enquête de 33 % à 51 %. Deuxième obstacle le plus souvent cité, qui a suivi une courbe de progression parallèle au premier, les contraintes budgétaires, sont passées en un an de 30 % à 42 % de citations. Des tensions économiques mettraient-elles une certaine pression sur les directions achats, reléguant au second plan tout ce qui n’apporte pas des résultats immédiats ?

Pourtant de nets progrès apparaissent dans les objectifs liés au développement durable des directions achats, en particulier sur le plan environnemental. Quatre items font des bonds spectaculaires en nombre de citations lorsque les participants à l’enquête sont interrogés sur leurs objectifs en matière de d’environnement. La « réduction des consommations (y compris énergétiques) » reste le principal objectif, mais cité par 53 % du panel contre 35 % l’an dernier, suivi par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, une proposition introduite dans le questionnaire de cette année, à laquelle souscrivent 38 % des participants. « Recycler » est devenu un objectif pour 36 % des personnes interrogées contre 26 % l’an dernier. Acheter des produits éco-conçus n’était cité que par 10 % du panel en 2019, tandis que cette année, ce sont 36 % des participants qui l’ont inscrit dans leurs objectifs. En moyenne chaque personne interrogée dans le cadre de cette enquête cite plus de deux objectifs à chaque fois.

 

La prise en compte du TCO très parcellaire

Mais des objectifs aux résultats il y a loin, puisque la prise en compte du coût global des achats – ajoutant au coût d’acquisition les coûts logistiques, de non-qualité, ou encore liés aux risques RSE – demeure minoritaire. Seuls 15 % du panel prend en compte ce TCO « systématiquement », auxquels s’ajoutent les 43 % qui le prennent en compte parfois, on atteint une population sensibilisée de 58 % contre 64 % l’an dernier.

Ce qui progresse dans les outils des acheteurs pour mener à bien leurs objectifs liés au développement durable, ce sont les indicateurs liés à l’évaluation des fournisseurs. Plus de la moitié de l’échantillon interrogé par l’Obsar utilise désormais des questionnaires ou des plateformes d’évaluation propres à leur organisation, soit 57 % (61 % dans le secteur privé) contre 49 % lors de la précédente édition. Des audits internes ou externes sont désormais pratiqués par 43 % du panel (52 % dans le privé), contre 36 % l’an dernier. Le manque d’indicateur est d’ailleurs le seul frein qui ne progresse pas sensiblement cette année, sachant qu’il concerne tout de même 42 % de l’échantillon.

Autre élément en progrès, la prise en compte des enjeux sociaux et sociétaux est directement portée par l’évolution de la réglementation. Cela se traduit par un focus sur le respect des droits de l’homme cité par 58 % des acheteurs du secteur privé, en progression de neuf points sur un an et l’insertion des personnes éloignées de l’emploi par 95 % des acheteurs du publics, en progression de 16 points sur un an.

Enfin, une dernière source de satisfaction qui ressort de cette étude tient au fait que la question du développement durable et responsable est devenue un élément indéboulonnable du paysage de la fonction achats. En effet, plus du tiers des personnes interrogées indiquent mener une politique achats responsables depuis plus de cinq ans. C’est d’autant plus remarquable que l’échantillon du sondage a diminué cette année passant de 185 à 143 responsables achats et qu’il inclue 61 % de néo-répondants.

Publié le 04/02/2020 - Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°296 - Septembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play