Publicité

Etude Livres

Actualité

Publié le 25/10/2019 - Par la rédaction

Intelligence artificielle : Un manifeste pour l’intelligence de la donnée d’abord

Le Cercle de la Donnée, un think tank indépendant créé il y a tout juste un an, vient d’éditer une première étude sur l’intelligence artificielle ou plutôt sur les conséquences de cette technologie. Au centre de cette réflexion menée à la fois par des juristes et des spécialistes, les données. Leur croissance exponentielle a des conséquences sur nos organisations, nos institutions, nos vies. Un manifeste sous la forme de 12 propositions conclut (provisoirement) ces travaux.

Président du Cercle de la Donnée, à l’origine de ce think tank, Matthieu Bourgeois, Avocat (KGA Avocats), spécialiste en Droit des nouvelles technologies, signe avec ses co-listiers une somme entièrement consacrée à cette matière première de l’avenir : la donnée ! Partant du monde réel et progressant vers le monde artificiel du numérique, cette publication titrée « Intelligence artificielle : décider en toute connaissance de donnée » explore toutes les facettes d’un monde en plusieurs dimensions. Partant d’une série de parallèles monde naturel/mode artificiel et intelligence humaine (approches philosophiques et scientifiques)/intelligence artificielle (la vie algorithmique, définition et enjeux !), les chapitres nous emmènent successivement dans une dimension éthique, juridique, technologique, économique de la donnée.

Deux entretiens concluent l’ouvrage, l’un avec Yann LeCun, (Prix Turing 2019), Monsieur « IA » de Facebook) et l’autre avec Guillaume Poupard, Directeur général de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI). Les deux faces d’un monde en extension, le premier démystifiant les usages, le second marquant l’importance du territoire de sécurité des informations, quelles qu’elles soient. Usages privés face aux rôles de l’Etat. Le pouvoir économique face au pouvoir régalien. Le débat (à distance ?) ne fait que commencer. Ce que l’on se dit en refermant l’ouvrage, c’est que si le monde numérique a rattrapé le monde réel, celui-ci n''est pas (encore) dépassé ! Il s’appuie sur des règles et des usages permettant d’encadrer des actions qui n’ont rien d’immatériel. Pour peu qu’une volonté collective s’exprime.

Matthieu Bourgeois est intervenu à plusieurs reprise dans La Lettre des Achats, d’abord sur les évolutions récentes du code civil (LDA n°254 – novembre 2017), ensuite sur l’importance de la donnée pour… les directions achats (LDA n°255 – décembre 2017) et enfin à l’occasion de la sortie de son ouvrage Droit de la donnée – Principes théoriques et Approche pratique (Livres Achats Off 2017). Chez Mathieu Bourgeois, la donnée est une seconde nature ! A lire.

 

Les douze propositions du manifeste :

1.     Définir et constitutionnaliser des principes fondamentaux que les technologies IA devront respecter (droits numériques de l’homme).

2.     Définir des règles qui puissent s’appliquer dans le monde numérique.

3.     Travailler à l’élaboration d’un texte (Règlement communautaire) applicables aux données à caractère non personnel.

4.     Définir une politique publique d’investissement massif visant à créer un champion étatique ou européen de l’IA.

5.     Structurer une filière de la science de la donnée aboutissant à l’instauration de nouvelles professions réglementées.

6.     Etudier l’opportunité d’une obligation légale imposant aux fournisseurs d’IA de déposer une documentation permettant d’expliquer le mode de fonctionnement et les résultats de l’IA.

7.     Mettre en place des certifications et des labels qui seront gages de transparence et de confiance pour les utilisateurs.

8.     Etablir des référentiels caractérisant les typologies de données en fonction de leur nature, leur usage, leur criticité. Pour faciliter leur interopérabilité.

9.     Avant toute modélisation, définir le périmètre des données nécessaires et légitimes.

10.  Introduire une phase de contrôle à l’issue d’un pré-traitement des données afin de s’assurer de leur neutralité.

11.  Mettre en qualité (standardisation, exactitude ou représentativité) les données pour s’assurer que le système fonctionne.

12.  Documenter de façon précise l’ensemble des données, du contexte et des traitements qui ont permis de construire le jeu de données et rendre le tout accessible à toute demande.

Publié le 25/10/2019 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play