Publicité

Publié le 01/07/2013 - Par la rédaction

BravoSolution : la future écotaxe, un sujet achats par excellence

Avec sa double activité, éditeur de solutions e-achat et prestataire de conseil, BravoSolution a choisi la future écotaxe pour (re)mettre l’accent sur une autre de ses spécialités : les achats de transports. C’était il y a quelques jours autour d’un plateau d’intervenants déjà sensibilisés aux enjeux de ce dossier de rentrée.

Le groupe s’appuie sur un outil dédié, dont le centre de compétences se situe à Chicago, au siège de ses activités nord-américaines (issu du rachat de l’ex-VerticalNet). L’occasion de rappeler que BravoSolution a une offre supply chain et transport (qui a déjà dix ans d’âge), que plus de 100 projets transports sont passés par ses outils (en gros, une gestion des appels d’offres avec un rapprochement optimisé des réponses fournisseurs selon les choix établis) sur une base mondiale de 10 000 fournisseurs, etc. Pour clore ces présentations, BravoSolution revendique encore un chiffre d’affaires de 62 millions d’euros en 2012 (+6 millions par rapport à 2011), 600 clients (+20 cette année), 550 collaborateurs et quinze bureaux sur trois continents. Eléments de langage à retenir : le montant du chiffre d’affaires en plus équivaudrait (presque) au seul chiffre d’affaires de certains de ses concurrents… La bataille (des chiffres) est lancée. Mais laissons cela aux spécialistes.

Revenons au sujet : le 1er octobre prochain, l’écotaxe verra le jour. Elle s’appliquera aux véhicules de plus de 3,5 T, concernera 15 000 kilomètres de routes du réseau secondaire et fonctionnera selon un système de bonus-malus (+10 % pour les véhicules dit polluants, -20 % pour les véhicules électriques par exemple). Certains avancent un surcoût de 0,8 centime à 1,14 centime par kilomètre... Ce sera donc le prix à payer pour promouvoir un système de transport de plus en plus durable… La loi écomouv’ (c’est son petit nom) prévoit 1,2 milliard de collecte (780 millions d’euros pour l’Etat, 160 millions pour les collectivités locales, 230 millions pour son seul fonctionnement, 50 millions de TVA…). La collecte se fera via des SHT (sociétés habilitées au télépéage), les véhicules seront équipés de boîtiers GPS (600 000 véhicules immatriculés en France, 200 000 hors frontières) tandis que des portiques de contrôle (!) jalonneront les routes. Les douanes et la gendarmerie seront, elles aussi, à même de procéder à des contrôles.

Les transporteurs et les chargeurs sont directement concernés. Et indirectement les entreprises qui achètent « marchandises rendues » ou les consommateurs en bout de chaîne bien sûr. La loi, toujours, impose aux transporteurs la répercussion des taxes. Autant de contraintes administratives supplémentaires. Voilà très largement résumé le contexte qui devrait pousser les transporteurs, comme les chargeurs, à optimiser leurs flux logistiques, à revoir leurs schémas d’organisation, à travailler les investissements dans leurs matériels, etc.

Parmi les vœux pieux exprimés au cours de la réunion par divers chargeurs présents (Assa Abloy, Ciments Calcia, Gefco, Lafarge, Total, etc.) : poursuivre l’optimisation de tous les flux, ressortir les projets difficiles, faire (enfin ?) travailler acheteurs et logisticiens ensemble, lutter contre le déni de certains (sur l’imminence de la mise en œuvre de ces dispositifs), identifier aussi de nouveaux prestataires, séparer les différents niveaux de prestations (transport-logistique), etc.

Avec ces conclusions (provisoires) : toutes les réponses n’ont pas encore été apportées (notamment par l’administration), prévoir de toute façon de (fortes) hausses tarifaires, une multiplication des appels d’offres dès la rentrée, des lourdeurs supplémentaires pour les plus petites et moyennes entreprises du secteur (comment les rendre elles aussi plus durables ?), etc. Dernière lueur d’espoir face à toutes ces interrogations : un possible report au 1er janvier 2014. Qui sera vite là. A suivre donc.

Publié le 01/07/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play