Publicité

Conseil Supply chain

Actualité

Publié le 28/11/2016 - Par la rédaction

Bp2r : le moral des transporteurs européens au beau fixe

Si le moral des transporteurs français s’améliore, celui des transporteurs européens serait lui au top ! Pour la 6ème année consécutive, le cabinet de conseil Bp2r, spécialisé supply chain et transport, livre son diagnostic sur le secteur après avoir interrogé 179 entreprises européennes.

Le moral des transporteurs et commissionnaires continue dans l’ensemble de progresser, même si leur situation financière reste fragile. C’est le principal enseignement de ce sondage réalisé par Bp2r. Les transporteurs interrogés notent une hausse des volumes d’activité en 2016 et sont davantage confiants dans leurs perspectives d’activité à court terme. Ainsi, 54% des transporteurs français ont vu leurs volumes croître depuis le début de l’année, contre 43% l’an dernier à la même période. Mieux : 68% d’entre eux estiment qu’ils atteindront leurs objectifs en 2016. Ailleurs en Europe, 85% des prestataires ont vu évoluer favorablement leur activité et 90% sont confiants dans l’atteinte de leurs objectifs. De même, pour les six mois à venir, 49% des transporteurs français s’attendent à une croissance des volumes, soit neuf points de plus qu’à l’automne dernier et vingt de plus que deux ans plus tôt ! Leurs confrères européens affichent un optimisme encore plus grand : 90% d’entre eux prévoient une croissance de leur activité.

 

Conséquence de cet optimisme, les investissements en ressources humaines et matérielles sont sur une pente ascendante et cette tendance devrait se poursuivre. Toujours depuis le début de l’année, 54% des transporteurs français disent avoir recruté des conducteurs au-delà du renouvellement naturel de l’effectif (une tendance continue depuis 2013) et ils sont encore 51% à anticiper de nouvelles embauches au cours des prochains mois. Leurs confrères européens continuent de dire mieux : 75% ont recruté depuis le 1er janvier et comptent poursuivre ces embauches dans 76% des cas.

 

Du côté des investissements cette fois, 44% des répondants français ont déclaré avoir développé leur flotte au-delà du renouvellement de leur parc de véhicules, quand ils n’étaient que 25% en 2014 et 36% d’entre eux prévoient de poursuivre ce développement au cours des six prochains mois. Les transporteurs du reste de l’Europe font toujours plus : 79% disent avoir investi depuis le début de l’année et 75% devraient poursuivre. Au niveau du marché, les Français ne sont plus que 45% à estimer que le marché est sur-capacitaire (contre 54% l’an dernier), et 20% à le considérer comme sous-capacitaire. Côté Européens, seuls 19% des transporteurs considèrent que les capacités disponibles excèdent les volumes produits. Question sous-jacente : après une forte expansion des transports en provenance des pays d’Europe de l’Est, le paysage promettrait-il de se stabiliser et avec lui les prévisions de revalorisation tarifaire ?

 

Après la crise et la forte expansion des pavillons d’Europe de l’Est, chacun finirait-il par trouver sa place dans le nouvel ordre des choses ? La stabilité par rapport à l’an dernier des prévisions de revalorisation tarifaires (pour 2017) semble le confirmer. Conçue pour lutter contre la concurrence déloyale des pays à bas salaires, la loi Macron mise en place au 1er juillet 2016 prévoit l’application du minimum salarial français pour les opérations de transport réalisées en France. Beaucoup d’acteurs restent en attente de résultats concrets. D’autre part, 80% des sondés français déclarent ne pas croire à l’efficacité de cette loi. Les opérateurs européens interrogés ne sont quant à eux que 12% à appliquer ou prévoir une revalorisation tarifaire, 52% ne l’estimant pas nécessaire et 36% déclarant ne pas être concernés par cette loi.

 

Enfin, malgré tous les signaux positifs relevés précédemment, la situation financière des entreprises de transport françaises inquiète toujours leurs dirigeants. Seules 22% des entreprises françaises estiment avoir amélioré leur situation financière par rapport à l’an dernier, quand la réponse à cette même question était de 29% en 2015. Et 59% seulement pensent atteindre leurs objectifs de rentabilité en 2016, soit un point de moins que l’an dernier (meilleur toutefois que les 46% de 2014). Dans les autres pays d’Europe, le sentiment général est très différent puisque 57% des répondants considèrent que leur situation financière s’est améliorée et 81% d’entre eux atteindront leurs objectifs de rentabilité.

 

En résumé, si on peut parler de sortie de crise progressive pour les transporteurs français, les recrurtemenrs et investissemnts en matériel concerneraient essentillement les entreprises de plus de 20 véhicule alors que la majere partie du lmarché est constituié d’intervenants plus petits (intervenant notamment en sous-traitance). Ailleurs en Europe, les intervenants affichent un plus grande confiance dans leurs prespectives de développement.

 

Précisions :

Ce sondage a été réalisé par questionnaire à choix multiples, comportant 16 questions, entre le 4 et le 28 octobre 2016 ; 179 réponses de transporteurs, représentatifs en termes de taille, d’activités et de segments de transport ont été analysées.

Publié le 28/11/2016 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play