Publicité

Evénement RSE

Actualité

Publié le 08/10/2019 - Par la rédaction

Gesat : cap sur les territoires !

Le Gesat n’a pas renoncé à son évènement annuel ! Le 26 septembre, ce n’étaient plus ses fameux trophées mais une journée organisée au siège de l’AMF (Association des Maires de France). Le lieu et l’intitulé « Ensemble, développons les achats responsables » marquaient l’engagement renouvelé de l’association : les territoires peuvent beaucoup pour l’insertion du handicap.

Nouvelle équipe, nouveau cap ! Depuis dix-huit mois, le réseau Gesat qui se veut l’interface entre les 2 250 entreprises (1450 ESAT et 800 EA, 14 pôles de compétence) du STPA (Secteur du Travail Protégé et Adapté) et les donneurs d’ordres publics ou privés fait des territoires son nouvel horizon sous l’impulsion notamment de son nouveau directeur général, Denis Charrier. Cette journée commune, Gesat et AMF, en témoigne. La réforme de l’OETH a permis – de l’aveu même des responsables de l’association – un dialogue renouvelé avec les institutions – et l’élaboration de nouvelles offres de services pour ses adhérents directs (diagnostic Achats, calibrage des marchés, gestion des appels d’offres, formations, évènements de sensibilisation, etc.).

L’entreprise inclusive

Ce 26 septembre, le petit message vidéo de bienvenue (3 minutes) de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées auprès du Premier ministre, était sans ambiguïté : « Cette journée scelle une ambition forte que je partage et qui mérite que nous amplifiions nos action ». Pour la ministre, la réforme qu’elle conduit « ne se résume pas à l’obligation d’emploi direct des personnes handicapées. ».  D’une part, elle doit avoir un rayonnement local, au plus près des bassins d’emploi et d’autre part, « le recours au STPA, [qui] joue un rôle majeur doit être valorisé. L’accord « Cap sur l’entreprise inclusive » prend ici tout son sens. Sophie Cluzel n’omet pas de lui adjoindre le futur système de déduction des achats responsables « qui permettra à l’ensemble des entreprises de déduire autant, sinon plus, d’achats de sous-traitance ». Toujours selon la ministre, une opportunité autant pour les personnes handicapées que pour les établissements spécialisés qui les accompagneront sur ce marché de l’emploi. Cap aussi sur les entreprises !

Le réseau Gesat entend bien valoriser les savoirs-faires métier des EA-ESAT et non plus seulement médico-social qu’ils maitrisent déjà plutôt très bien. Il faut les aider à se connecter aux entreprises comme aux collectivités locales. Il n’y a pas que les grands donneurs d’ordres – qui tous ont le recours au STPA dans leurs objectifs – à solliciter. Rappel des chiffres : il n’y aurait que 3,4% des effectifs de toutes les entreprises déclarés comme travailleurs handicapés. L’emploi indirect ne représenterait que 0,4% des effectifs. Soit un écart total de trois points par rapport aux objectifs… De quoi redire ici une évidence : les personnes en situation de handicap n’ont pas forcément vocation à intégrer les entreprises dites ordinaires. Les EA/ESAT ont toute latitude pour inclure, adapter, faire évoluer ces personnes. La diversité des métiers présentée par le STPA (près de 200, bien au-delà du traditionnel secteur des espaces verts ; jusqu’à des savoirs-faires extrêmement techniques) permet toutes les ambitions. Autre chiffre choc : il y aurait en moyenne une EA/ESAT pour 16 communes. De quoi faire le lien entre STPA, RSE et… circuits courts. Le Réseau Gesat, c’est aussi un Observatoire Economique National des Achats Responsables auprès des prestataires ESAT et EA. Sa 3e étude, publiée en 2019, révèle en détail toute la richesse de ce secteur d’activité.

Trois idées force

A la tribune de l’évènement Gesat sont intervenues des personnalités très diverses : des élus, des représentants d’associations d’insertion, des donneurs d’ordres, missions handicaps et/ou achats dans une succession de tables rondes. Trois idées forces ressortaient de toutes ces interventions : la première, le recours au STPA s’inclue naturellement dans une démarche RSE où les achats ont de longue date toute leur place. Leur conversion n’est pas récente. La présence de Sarah Schönfeld, la directrice générale du Comité 21, un groupe d’action (!) très engagé dans le développement durable, nous a rappelé les premières réunions avec ce comité avec des directions achats dans les années 2000 sous l’égide de l’EM Grenoble et de la Cegos (voir aussi dans la LDA 112 – décembre 2003). Il reste que les bonnes pratiques RSE, si elles tendent à se généraliser, le font encore trop lentement. Beaucoup d’efforts de conversion restent à faire du côté des PME. Pour les convaincre que cela peut générer des économies et que le travail en liaison avec les territoires peut « entraîner des externalités positives » ! C’était joliment dit !

Partenariat avec l’AFM oblige, le niveau local, était très bien représenté avec la présence d’élus locaux ou de représentants de collectivités locales (Mouans-Sartoux dans le 06 ou Stains dans le 93). Mais le second enseignement de la journée, c’était le besoin de convergence des actions d’une association à l’autre. Mobiliser différents dispositifs de concert. Aider les personnes en situation de handicap (insertion, formation, logement, etc.), c’est aussi aider les entreprises qui les emploient à pérenniser leurs offres, les acticités auprès de leurs donneurs ordre. Ou comment contribuer à créer un écosystème non seulement vertueux mais efficace. Avec cette prévenance exprimée : attention à ne pas se parler uniquement entre experts du… handicap. Inclure, toujours inclure.

Actions !

Troisième axe suggéré : le passage à l’action ! Les donneurs d’ordres sont beaucoup plus attentifs. Jean-François Pape, directeur des Achats d’Icade insistait sur le côté local de ses chantiers de bâtiment (un milliard d’euros d’achats dont 800 millions d’achats de travaux). La dimension RSE fait partie de l’ADN du groupe et se décline désormais dans une stratégie achats globale depuis sa prise de fonction, il y a 18 mois.

La qualité, les aspects environnementaux, les relations avec les prescripteurs, l’interface avec les fournisseurs sont autant de misions parfaitement assumées par les achats. Il faut oser les achats ! Dans la salle, les représentants des ESAT-EA se rappelaient sans doute un ancien mot d’ordre du Gesat : Oser noc compétences… Prochaines étapes à suivre ; l’Inclusive Tour à l’initiative de l’UNEA (Union Nationale des Entreprises adaptées), une grande tournée de l’inclusion dans dix grandes villes (Première à Pau, vendredi 10 octobre 2019). Pour continuer à décloisonner… Et pas seulement aux achats.

 

Photos Gesat – Tous droits réservés

Publié le 08/10/2019 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play