Publicité

E-achat

Actualité

Publié le 03/11/2021 - Par Patrick Chabannes

Les éditeurs de suites SI Achats manquent de compétences achats et ça se voit...

Patrick Chabannes, Cyrenac Conseil Patrick Chabannes, Cyrenac Conseil

Si le digital est regardé comme une nécessité par les Directions des Achats, la quasi-absence de praticiens au sein des équipes produit des éditeurs Source-to-Pay interpelle et pose question sur leur capacité à accompagner la fonction dans ses défis à venir. Analyse et décryptage.

Curieux, fins analystes et concrets par profession, les acheteurs contribuent au résultat de leur entreprise en collaboration transversale. Qui pourraient dès lors douter de leur capacité à apporter de la valeur métier aux éditeurs de Suite Source to Pay ?

Acheteurs, rencontrez les VP Product des éditeurs et refusez de travailler en l’absence de professionnels de votre métier et d’un référentiel commun, socle nécessaire pour envisager une collaboration efficace.

Sans compétence métier, ni roadmap ni vision

La vision de l’éditeur est communiquée par sa roadmap, sa feuille de route. Une adaptation circonstancielle sera couverte par un développement spécifique. Dans les deux cas, la condition de succès impérative sera la présence d’un homme du métier à la tête de la Direction Produit apportant compréhension, vision et exécution. Évitez les consultants et les commerciaux de l’éditeur qui, pour les meilleurs, apprennent votre métier en vous écoutant.

Sans compétence métier, pas de nouvelles fonctionnalités

J’ai le souvenir du regard étonné d’un responsable de la gestion de stock devant l’absence des fonctions de base de ce type de solution, du désespoir de ce Directeur des Achats qui tentait de décrire les fonctionnalités nécessaires de gestion de risque de son portail fournisseurs à un éditeur P2P ne comprenant que commandes, factures et comptes tiers, de la stupéfaction d’un autre patron des Achats face à un éditeur de dématérialisation des factures décrivant (en 2021 !) son module d’approvisionnement comme le module de sourcing, de l’agacement de cette directrice du digital procurement Achat face à l’incompréhension de l’éditeur devant les impératifs complexes et nécessaires de la gestion des données fournisseurs en environnement multi-ERP. Et la liste est longue !

Sans compétence métier, pas d’expérience utilisateur

Développer une nouvelle fonctionnalité réutilisable nécessite des regards croisés de praticiens achats venant d’univers différents. Côté éditeur, s’y ajoutera la capacité à traduire en application informatique, côté utilisateurs il importera d’avoir au moins trois clients apportant trois angles de vue pour définir à la fois les fonctionnalités et l’exigence d’une expérience utilisateur, porteuse de valeur pour vos équipes.

Sans compétence métier, des intégrations forcément imparfaites

L’intégration n’est pas un sujet exclusivement technique. Il s’agit de données et de flux éléments de vos processus métier. Qu’il s’agisse de créer une API ou une intégration ad hoc, la description fonctionnelle, les exceptions et les règles métier nécessitent une collaboration et la compétence métier des flux traités sera une condition du succès.

Les métiers doivent revenir au sein des Directions Produits des éditeurs

La direction Produit est le lieu clé pour les praticiens, le lieu où ils sont aujourd’hui le plus absents chez les grands éditeurs. Les postes de Customer Success Management sont plus souvent proposés à des praticiens, intéressants mais quasi sans impact sur la solution. Les postes de consultant en implémentation pourront intéresser sans nul doute de jeunes acheteurs à la fibre digitale.

L’édition de logiciel métier est trop compliquée pour la laisser aux mains de technologues qui n’aiment rien d’autre qu’automatiser des processus. Depuis 40 ans j’ai toujours remarqué, et mon père, DSI et médecin, avant moi, que 10% des professionnels ont la fibre digitale. Acheteur, veillez à ce que Mercure ne remplace pas Vulcain, que le commerce ne supplante pas le praticien qu’il soit acheteur ou contrôleur financier, comptable ou contract manager, etc.


Lectori salutem, Patrick Chabannes

"A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G Orwell in 1984.


__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Lire cette Chronique en version anglaise et originale


Source-to-Pay software vendors lack procurement skills and it shows

Although digital is seen as a necessity by procurement departments, the virtual absence of practitioners within the product teams of source-to-pay software vendors raises questions about their ability to support the function in its future challenges. Analysis and deciphering.


Curious, fine analysts and concrete by profession, buyers contribute to their company's results through cross-functional collaboration. Who could doubt their ability to bring business value to Suite Source to Pay software vendors?

Buyers, meet with the software vendors' VPs of Product and refuse to work in the absence of professionals in the field and a common professional repository, which is the necessary foundation for effective collaboration.

Without business expertise, no roadmap, no vision

The software vendor's vision is communicated by its roadmap. A circumstantial adaptation will be covered by a specific development. In both cases, the imperative condition for success will be the presence of a business person at the head of the Product Management team, bringing understanding, vision and execution. Avoid the software vendor's consultants and sales people who, for the best, learn your business by listening to you.

Without business expertise, there are no usable new features

I remember the astonished look of a stock management manager when faced with the absence of basic functions in this type of solution, the despair of a Procurement Director who tried to describe the necessary risk management functionalities of his Supplier Portal to a P2P software vendor that only included orders, invoices and third party accounts, the stupefaction of a Procurement Director when faced with a demat invoice vendor describing (in 2021! ) its procurement module as the sourcing module, the irritation of this digital procurement director at the software vendor's lack of understanding of the complex and necessary requirements of supplier data management in a multi-ERP environment. And the list is long!

Without business expertise, there is no user experience.

Developing a new, reusable functionality requires a cross-section of procurement practitioners from different backgrounds. On the software vendor side, you will need to be able to translate this into an IT application, while on the user side, it is important to have at least three customers with three different perspectives to define both the functionalities and the user experience requirements, which will bring value to your teams.

Without business expertise, integrations will remain imperfect

Integration is not just a technical issue. It's about the data and flows that are part of your business processes. Whether it's creating an API or an ad hoc integration, the functional description, exceptions and business rules require collaboration and the business competence of the flows being handled will be a condition of success.

Businesses must return to the product departments of software vendors

Product management is the key place for practitioners, the place where they are most absent today in the large software vendors. Customer Success Management positions are more often offered to practitioners, interesting but with little impact on the solution. Implementation consultant positions will undoubtedly be of interest to young buyers with a digital bent.

Business software publishing is too complicated to be left in the hands of technologists who like nothing more than automating processes. For 40 years I have always noticed, and my father, a CIO and doctor, before me, that 10% of professionals are digital. Buyer, make sure that Mercury does not replace Vulcan, that commerce does not supplant the practitioner, whether he is a buyer or financial controller, accountant or contract manager, etc.


Lectori salutem, Patrick Chabannes

In an age of universal deception, telling the truth is a revolutionary act.” G Orwell in 1984.

Publié le 03/11/2021 - Par Patrick Chabannes

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play