Publicité

Evénement

Actualité

Publié le 23/09/2013 - Par des directeurs et responsables achats l'Association

Les chroniques de l'ADRA : quelle évolution dans la formation des acheteurs ?

Les membres de l’Association des directeurs et responsables achats ont eu l’occasion d’assister ce jeudi 19 septembre à un Jeudi de l’ADRA dédié à l’avenir des acheteurs. Une démarche prospective qui lance une nouvelle saison des Jeudis de l’ADRA.

« Aujourd’hui, on laboure plus de champs, mais on ne laboure pas plus profond », telle est l’allégorie utilisée par Bernard Gracia, président de l’European Institute of Purchasing Management et invité de l’ADRA, pour illustrer que les achats n’ont pas fondamentalement changé depuis vingt ans. Un postulat qui fait des achats une fonction en devenir laissant libre cours à de nombreuses spéculations concernant les compétences des acheteurs de demain.

 

Selon Bernard Gracia, la stratégie des achats doit s’aligner sur la stratégie des entreprises. Dans un système favorisant le principe de l’entreprise étendue, les externalisations successives ont rendu cet alignement plus difficile. En effet, sans directeurs des opérations en charge de superviser les process en interne, difficile de contrôler tout l’écosystème. Ce sont désormais les leaders de l’extending development (LED) qui doivent davantage prendre en charge ce type de mission et ainsi faire muter les achats vers un développement extérieur.

 

Les deux aspects permettant cette mutation, selon le directeur de l’EIPM, sont les suivants : la modification des relations avec les clients internes et les fournisseurs, qui sont désormais des business partner et des sous-traitants. Une transition terminologique simple qui facilite le tremplin vers l’innovation. Puis, le travail sur le comportemental des acheteurs. Confiance, humilité, écoute active, courage, innovation, autant de compétences qui doivent être acquises par les acheteurs et qui facilitent le passage à une relation partenariale approfondie avec un fournisseur.

 

Au delà des expertises techniques fondamentales, les acheteurs du futur devront favoriser le relationnel et le comportemental en sus des valeurs de leadership et d’entrepreneurship primordiales dans des entreprises en crise. L’EIPM a développé un outil d’évaluation des compétences des acheteurs en entreprise. En 2012, il a évalué le savoir et le savoir-faire de 10 000 personnes grâce à une série de questionnaires à choix multiples et de simulations. Cela a permis d’estimer le poids de la mise en œuvre face à la théorie, et inversement. L’idée à terme est d’intégrer le travail comportemental dans la formation des acheteurs et de lui faire prendre un poids tout aussi important que celui du théorique.

 

Les achats numériques sont des cas d’application de l’inadaptation des compétences des acheteurs à un contexte en perpétuelle évolution. Selon Christine Hannion, membre de l’ADRA et directrice pédagogique d’une formation sur les achats numériques dans le cadre de l’université Paris-Dauphine, il y a un véritable défi à relever dans le monde des achats qui adopte souvent une position en retrait face aux achats numériques (achats de systèmes, matériels, outils, logiciels, de services support ou d’accès, de sous-traitance...). Cette formation a pour objectif de faire comprendre les codes du marché numérique, d’anticiper les risques techniques, juridiques ou commerciaux spécifiques à ce domaine, de faire en sorte que les acheteurs deviennent force de proposition et qu’ils puissent analyser le business model de leur entreprise.


Au terme des interventions de ces deux experts et au regard de leurs formations, force est de constater que les acheteurs de demain ne seront peut-être pas ceux que l’on croit.

 

Une chronique proposée et écrite par l'ADRA.

Publié le 23/09/2013 - Par des directeurs et responsables achats l'Association

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°295 - Juillet - Août 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play