Publicité

Etude

Actualité

Publié le 20/05/2020 - Par Guillaume Trécan

Etude AgileBuyer CNA 2 : quel destin pour les Achats après l’urgence ?

Une édition spéciale de l’enquête Tendances achats réalisée chaque année par AgileBuyer et le CNA éclaire l’action des Achats en pleine crise. Les résultats de ce sondage mettent aussi en exergue des lacunes dans la prise en compte des risques, alors que la crise économique s’approche.

A circonstances exceptionnelles dispositif exceptionnel. Olivier Wajnsztok, le patron d’AgileBuyer a décidé, début mai, de relancer son sondage annuelle sur les priorités des directions achats déjà publié en janvier dernier (voir la LDA n°290) en partenariat avec le CNA. Dès la semaine suivante, du 11 au 15 mai, le questionnaire était mis en ligne et recueillait les réponses de 778 professionnels des achats, dont un tiers de directeurs achats.

Premier enseignement de cette prise de température à chaud, un trio de tête de l’urgence s’impose concernant les attentes des directions à l’égard des Achats : réactivité (18 %) ; contribution à la protection sanitaire des salariés, sous-traitants, partenaires, clients, etc... (17 %) et risques contractuels (17 %). Tout de suite derrière, la réalisation d’économies, pour l’instant mise en sourdine, se tient en embuscade (15 %) avec le cash (12 %). La contribution au chiffre d’affaires (7 %), la RSE (6 %) et l’innovation (5 %) attendront des jours meilleurs. Quant aux risques réputationnels, leur très faible prise en compte (3 %) ne présage rien de bon pour les relations fournisseurs.

La crise permettra-t-elle à la fonction achats de monter en grade dans l’exécutif des entreprises ? Rien n’est moins, sur ; si 48 % des personnes interrogées répondent « oui » à la question « avez-vous le sentiment que votre positionnement au sein de votre exécutif ou de votre direction générale, est plus fort aujourd'hui dans ce contexte de crise ? », le verre est plus qu’à moitié vide, avec 52 % qui répondent « non ». Il est vrai que beaucoup d’acheteurs ont su se rendre utile et gagner en visibilité dernièrement en approvisionnant leurs entreprises en masques et en gels hydroalcooliques, 70 % du panel de ce sondage estime d’ailleurs que les approvisionnements en EPI (Equipements de Protection Individuels) sont désormais stabilisés dans leur entreprise.

Des outils insuffisants

Mais sur le sujet beaucoup plus sensible et stratégique de la gestion des risques, les lacunes sont très claires. A la question « estimez-vous avoir les outils suffisants pour réellement comprendre la fiabilité financière de vos fournisseurs ? » 54 % des personnes interrogées répondent non (19 %) ou rarement (35 %). Pourtant la situation est grave, voire alarmante pour certains, avec 37 % des personnes interrogées qui s’attendent à devoir faire face à des faillites de fournisseurs stratégiques… une proportion qui monte à 65 % dans le secteur aéronautique défense.

Lorsqu’on leur demande s’ils disposent d’un « outil prédictif complet d'identification et d'élimination des risques pour toutes les familles d'achats et secteurs d'activité », seuls 10 % répondent par un « oui » net et sans réserve. Ceux qui n’en ont pas sont tout de même 63 %, dont 46 % qui vont en mettre un en place et 17 % qui n’en veulent pas.

Dans cette atmosphère orageuse, les professionnels des achats s’apprêtent eux-mêmes à payer leur tribut à la crise. La proportion de répondants tablant sur des diminutions d’effectif dans les rangs des Achats a en effet bondi à de 16 % à 25 %, tandis que ceux qui tablent sur des hausses d’effectifs a fondu comme neige au soleil, passant de 28 % à 9 %.

Reste tout de même un point positif pour tenter de se consoler de ces mauvais présages : les objectifs de relocalisation d’achats se hissent de 16 % en décembre dernier à 25 % aujourd’hui, avec la France le plus souvent en ligne de mire (98 %) et le reste de l’Europe (67 %). Le bénéfice principalement attendu de ces opérations étant évidemment la sécurisation des approvisionnements (92 %), mais aussi une réduction de l’impact environnemental de l’entreprise (64 %). Une enquête très « politically correct » en somme….

Publié le 20/05/2020 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°296 - Septembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play