Publicité

Publié le 08/10/2020 - Par Guillaume Trécan

Christian Gauthier (Air France) : « la direction achats est un poste aujourd’hui particulièrement exposé et stratégique »

Le nouveau directeur des achats du groupe Air France a pris ses fonctions le 1er mars après un parcours maison qui l’a amené, dernièrement, à diriger le programme de transformation IT du groupe. Un profond travail de restructuration l’attend pour contribuer à rétablir la performance économique de l’entreprise.

Vous avez pris vos fonctions en mars 2020 dans un contexte pour le moins particulier…

En effet, mais avec le recul, cela m’a permis d’entrer de plein pied, à la fois auprès des équipes et sur nos différents sujets, ainsi qu’avec l’ensemble de nos partenaires et fournisseurs avec lesquels cette crise a nécessité de relever la fréquence et la proximité de nos interactions.

Quels achats couvrez-vous ?

La quasi-totalité des achats d’Air France, soit sept milliards d’euros. En sont exclus, les achats d’avions neufs et le hedging de fuel, une fonction rattachée à la Trésorerie. Nous sommes organisés autour de sept familles d’achats principales : les services aéroportuaires ; les achats Corporate et Marketing ; les services en vol ; l’IT ; l’engineering et la maintenance ; le carburant ; et les redevances aéroportuaires et de navigation.

La situation actuelle bouleverse-t-elle la ventilation de ces achats, avec certaines familles en sommeil et d’autres en inflation ?

Au-delà de besoins nouveaux, comme par exemple l’entreposage des avions et de besoins spécifiques à la crise, comme les achats de biens et équipements médicaux et sanitaires, tous les domaines ont été impactés et mobilisés de la même façon. Pour tous ces domaines, il a fallu dans un premier temps adapter nos commandes et nos achats, dans un contexte de réduction de l’activité drastique. Aujourd’hui, il faut repartir dans une logique de reconstruction et de restructuration profonde pour faire face aux défis opérationnels et économiques que nous avons durablement devant nous.

Une évolution de l’organisation accompagne-t-elle votre arrivée ?

La fonction achats regroupe 177 personnes organisées autour de nos sept domaines et un CPO Office. Cette entité mène les projets transverses pour le développement de la fonction achats, en termes d’outils et de ressources humaines. Elle mène également un certain nombre de projets liés à la gestion du risque et de la qualité, notamment à travers l’accompagnement des process de référencement fournisseurs et l’administration de nos relations contractuelles. Cette organisation a fait ses preuves mais nous sommes en train de revoir un peu le périmètre du CPO Office pour apporter un meilleur soutien aux domaines et les focaliser sur leur raison d’être : le sourcing. Nous avons encore aujourd’hui quelques tâches administratives que nous pouvons rendre plus efficaces en tirant au maximum partie de nos systèmes d’information. Il y a également des activités d’étude ou de prospective au niveau des domaines que le CPO Office va prendre en charge et renforcer.

Quelles sont les priorités de votre feuille de route ?

Dans un contexte économique très exigeant, nous avons une nécessité de restructuration extrêmement forte de façon à pouvoir rétablir notre performance économique. C’est d’autant plus important que la crise nous a amenés à accumuler une dette considérable. Les sept milliards d’euros prêtés avec le soutien de l’Etat devront être remboursés. La restructuration doit permettre de rétablir une situation économique pour faire en sorte que cette trajectoire soit tenable. Cela impose une exigence forte dans l’ensemble de nos réductions de coûts unitaires. Cela passe à la fois par des projets en interne de réorganisation, de restructuration, de redéfinition de nos périmètres d’activité et par des économies sur nos dépenses externes assez considérables. Elles doivent dans un premier temps s’adapter à une activité réduite. Sur l’ensemble de l’année 2020, nous serons probablement autour de -40 % à -50 % d’activité par rapport à 2019. Le retour à un niveau quasi comparable à 2019, ne se fera pas avant trois à quatre ans. Nous devons adapter l’ensemble de notre supply chain à ce contexte et aller chercher une performance économique de nos achats sur tous les domaines.

Le groupe communique-t-il sur la part que les Achats prendront dans ce programme d’économies ?

Nous n’avons pas encore communiqué de manière détaillée l’ambition achats. Mais son ampleur correspond, sur ce qui est adressable, à des économies de 10 % à 15 % sur certains secteurs.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la fonction achats après un parcours dans des fonctions opérationnelles ?

La direction achats est un poste aujourd’hui particulièrement exposé et stratégique parce qu’il y a des enjeux énormes par rapport à nos ambitions dans cette reconstruction. Ce challenge est particulièrement motivant et enthousiasmant. Dans un groupe comme Air France, il présente aussi l’intérêt d’être en interaction avec énormément de problématiques et d’enjeux métiers différents. Nous travaillons avec un écosystème de fournisseurs qui représente des pans très variés de l’économie.



PORTRAIT

Christian Gauthier (52 ans, Polytechnique, Supaéro) a pris les fonctions de délégué général aux achats d’Air France le 1er mars 2020. Il reporte au directeur général économie et finance, lui-même rattaché au DG. Il a commencé sa carrière au ministère de la défense, avant de rejoindre le conseil, d’abord chez Peat Marwick (1997-2000) puis Mc Kinsey (2000-2004). Il a rejoint Air France en 2004 pour diriger des activités concernant les opérations au sol de la compagnie aérienne, il a notamment été directeur des opérations de l’aéroport Roissy Charles De Gaulle de 2012 à 2016. Il était dernièrement directeur du programme de transformation IT de l’entreprise, après un passage de près de quatre ans dans la filiale catering du groupe, Servair, comme directeur général Afrique.

Publié le 08/10/2020 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play